FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Austérité en Europe
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2173, 74, 75  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 09:31 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant


La fundadora de Cura el NHS, con el informe de Staffordshire. / TAL COHEN (EFE)


Cameron pide perdón por el mayor escándalo sanitario en Reino Unido
PATRICIA TUBELLA Londres 5
Las "negligencias espantosas" del personal de un hospital de Staffordshire causaron entre 400 y 1.200 muertes en cuatro años


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 09:31 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 09:33 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Merkel mantiene a la ministra que perdió su título doctoral por plagio
JUAN GÓMEZ Berlín 35
La ministra de Educación, de viaje en Sudáfrica, es el miembro del Gabinete más cercano a la canciller


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 15:21 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant


    [*]
    [*]Zoe Williams
    This obsession with outsourcing public services has created a shadow state




    This obsession with outsourcing public services has created a shadow state
    The winners are private equity and shareholders. The losers are the low-paid and the vulnerable. And in the end we all pay



    [*]The Guardian, Thursday 7 February 2013[*]Jump to comments (370)[*]
    [*]
    [*]

    ‘We paid G4S, we will pay it again when its prisons catch fire. We will pay A4e when it finds no jobs, and we will pay Serco when its probation services fail.' Photograph: Christopher Thomond for the Guardian

    The government has "finally woken up from its post-election slumber",notes Caroline de la Soujeole, from investment bank Seymour Pierce, "and is open for business … determined to find new, efficient ways of delivering services rather than cutting them". Huh. Who ever heard of a government that could cause this much damage while still asleep? But that is by no means the most wrong part of a short but entirely wrong statement.
    By "open for business", the analyst means the government is outsourcing public services – at a huge rate. The value of such contracts has risen from £9.6bn in 2008 to £20.4bn in 2012. Seymour Pierce estimates that public sector outsourcing could hit (deep breath) £101bn by 2014-15.
    You can see the existing contracts wherever you look – helping unemployed people find jobs has been entirely privatised. It's known as the "welfare market", a peerless example of double-speak in which people's welfare is ignored and market forces dominate. The Work Programme doesn't work at all on its own terms – though if, as I suspect, the true aim is to destroy the standing and the self-esteem of the unemployed, it is working quite well. That's worth between £3bn and £5bn over five years. Atos has £3bn worth of contracts, also over five years. The UK Border Agency issued contracts worth £1.7bn, all to three companies and running for five years. Probation services are outsourcing 60% of their work, valued at about £600m a year.
    This is all based on the principle that the public sector is inherently inefficient. Hand it over to private companies and they will swoop in with their efficiency, their economies of scale, their incentives and their competitiveness, winnowing it down into a dart of perfectly targeted public spending.
    In practice, when they say efficiency, that generally means lower wages. When they say economies of scale, that generally means constructing the contracts in such a way as to leave only the largest companies eligible to bid for them. When they say incentives, look closely and you will mainly see perverse incentives. And when they say competition, what you're actually left with is four or five – sometimes only three – companies, who barely compete with one another at all but instead operate as an unelected oligarchy.
    Most public services are not about producing microchips, they're about human relationships – care work, parole, job-seeking, even assessing whether or not a disabled person is really disabled; they are about one human being spending time with another. The economist Ha-Joon Chang's famous example of the pitfall of efficiency is that it mainly means making things faster – and yet if you played a minuet at three times the speed, would that improve it?
    .../...


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 16:16 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    15:11 Electrabel accusée d'abus de position dominante (Reuters)

    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 16:47 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    Budget de l'Europe : les dirigeants campent sur leur position
    07/02 | 15:37 | Les Echos 
     


     
    Les dirigeants européens sont à Bruxelles pour tenter de parvenir à un accord sur le budget européen. 
     


    Dernière édition par Danyves le Jeu 7 Fév - 17:51 (2013); édité 1 fois
    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 17:18 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    The ECB agreed to ease the terms under which the Irish government repays debts it incurred in support of its stricken banking system, a person familiar with the talks said.



     From GLOBAL ECONOMY 3:14pm
    ECB agrees to Irish bank debt restructure
    ©PADeal will ease Ireland’s short-term financing requirements
     
     


    Dernière édition par Danyves le Jeu 7 Fév - 17:50 (2013); édité 1 fois
    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 17:24 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    Merkel n'est "pas sûre" d'un accord européen sur le budget

    07/02 | 15:37 | mis à jour à 15:46 | Les Echos 
     
     

     
     
    Les dirigeants européens sont à Bruxelles pour tenter de parvenir à un accord sur le budget européen. 
     
     


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 21:41 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    From WORLD 7:11pmEU leaders set to tighten budget
    ©AFPCouncil president Van Rompuy proposes cuts of €15bn


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 05:22 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    EU cuts: Hollande snubs Cameron

    French president stays away from proposed meeting with British PM aimed at forging compromise
    9 comments


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 10:58 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    UNION EUROPÉENNE 09:43

    Budget européen: l’austérité de plus en plus probable(AFP)


    Les pays exigeant des coupes sévères comme la Grande-Bretagne seraient en voie d’imposer leurs vues. Un accord pourrait intervenir dans la matinée, sur un budget d’austérité de 960 milliards d’euros pour 2014-2021


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 11:19 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    Budget européen : 18 heures de négociations pour un possible accord en trompe-l'oeil
    08/02 | 07:54 | mis à jour à 08:39 | Anne Bauer et Renaud Honoré 
     
    Les chefs d'Etats européens sont revenus ce vendredi matin en séance plénière pour tenter de trouver un compromis sur le Budget européen. Récit des dernières heures d'une négociation prise en otage par Londres. 


    Revenir en haut
    shadok
    Administrateur

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 2 052

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 16:11 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    Austérité ? 
    Pas pour tout le monde : 
    Les retraites en or de l'Europe

    http://www.lepoint.fr/economie/les-retraites-en-or-de-l-europe-19-05-2009-3…


    Aucun régime de retraite de la fonction publique dans les 27 États membres n'est aussi favorable. Et pour cause, un commissaire européen, un juge, un avocat général de la Cour de justice... n'acquittent aucune cotisation, contrairement au fonctionnaire européen lambda qui, lui, verse 10,90 % de son traitement de base. 

    Mais pour ce tarif zéro, les hauts fonctionnaires de l'Union bénéficient de prestations luxueuses détaillées dans un rapport que s'apprête à publier Sauvegarde Retraites, association connue pour son obstination à traquer les abus. Ainsi, quand ils abandonnent leurs fonctions, les maîtres de l'Union peuvent toucher jusqu'à 70 % d'un dernier traitement très confortable. Les émoluments de ces "superfonctionnaires" s'élèvent, en moyenne, à 21.260 euros mensuels. Au bas de l'échelle, le greffier du Tribunal de la fonction publique touche 16.327 euros. En haut, le président de la Cour des comptes perçoit 23.405 euros et celui de la Cour de justice 26.651 euros, et cela, sans indemnités et autres suppléments familiaux (par exemple, plus de 2.000 euros par mois pour 3 enfants à charge !). 

    Pour obtenir les 70 % de leur dernier salaire pour leurs retraites, les hauts fonctionnaires de l'Union n'ont pas besoin de trimer 40,5 ans, comme dans le privé, en France. Il suffit de "tenir" 16 ans. La vérité oblige à dire qu'il est assez rare de parvenir à ce seuil fatidique compte tenu de la durée des mandats, mais même un court passage reste avantageux. Ainsi, Jacques Barrot, vice-président de la commission chargée des transports, au terme de seulement 5 ans de mandat, aura droit, en octobre, à une pension de 4.728,20 euros. 



    ou encore 


    55.000 fonctionnaires européens dans le collimateur
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/11/21/20002-20121121ARTFIG00671-550…


    Les retraites à 9000 euros par mois à 50 ans, çà fait désordre dans le contexte actuel 
    http://blogs.mediapart.fr/blog/jfsimonjx/241011/la-pension-des-eurocrates


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 18:05 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    From WORLD 3:36pmEU leaders seal long-term budget deal
    ©AFPVictory for Cameron and hawks as spending set to be cut


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 18:48 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    L'Allemagne dénonce à son tour les rémunérations des salariés de la fonction publique européenne

    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Ven 8 Fév - 18:53 (2013)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

    MYRET ZAKICela porte un nom: ploutocratie


    L’interventionnisme sert à enrichir les riches et appauvrir les pauvres; le non-interventionnisme sert à enrichir les riches et appauvrir les pauvres.

    Face à l’interventionnisme sans précédent des Etats pour sauver un secteur financier en échec depuis 2008, d’aucuns ont cédé à la tentation facile d’une critique libérale qui a identifié son unique coupable: l’Etat. Ainsi, l’étatisme serait le responsable de tous les maux actuels. Mais ces penseurs, hors de la réalité, ne voient que la partie du problème qui les arrange. Car la critique libérale de l’interventionnisme échoue totalement à expliquer le non-interventionnisme obstiné par lequel, l’autre moitié du temps, ce même Etat faillit entièrement dans la régulation et l’imposition de sanctions un tant soi peu opérantes contre les abus du système financier. J’ai écrit ici en août dernier que le capitalisme de marché n’a jamais existé, car il n’existe qu’à temps partiel: uniquement quand ses promoteurs, l’élite de la finance, en retirent d’énormes profits. Et qu’il cesse d’exister quand ces derniers en retirent des pertes. Le capitalisme libéral s’avère donc aussi utopique que le communisme sous l’URSS.
    Un «libre marché» subventionné
    Aux Etats-Unis, lorsque la période est à l’euphorie boursière, le système se fait ultra-libéral et dérégulateur pour permettre aux acteurs des marchés de maximiser leurs gains, libres de toute contrainte réglementaire. L’Etat et les autorités de surveillance démissionnent, les standards de l’éthique s’effondrent, comme ce fut le cas aux Etats-Unis avant 2000 (crise des valeurs technologiques), avant 2002 (scandales comptables) et avant 2008 (crise des subprimes). Aux Etats-Unis, quelque 250 lois et réglementations fédérales et étatiques favorisant la protection de l’épargne ont ainsi été démantelées depuis les années 1980 à la demande des banques, ouvrant l’ère du crédit prédateur qui a mené à la crise des subprimes. Mais lorsque la période est au krach boursier, la finance sollicite l’interventionnisme maximal de l’Etat et des banques centrales, sommés de subventionner les chantres du non-interventionnisme. Le système se fait étatiste au plus haut degré pour protéger les acteurs du «libre marché» de toute perte ou sanction, alors qu’ils ont échoué. Ainsi, quand l’Etat intervient, c’est pour enrichir les riches, et quand il s’abstient d’intervenir, c’est aussi pour enrichir les riches. Le système s’autorise à être ultra libéral à la hausse et hyper interventionniste à la baisse, opérant dans les deux cas une redistribution dans un seul sens: de la base vers le haut. Il ne s’agit donc pas d’être pour ou contre l’interventionnisme étatique, mais contre le mélange prédateur des deux, savamment organisé pour n’agir que dans l’intérêt du secteur financier. Un interventionnisme qui agirait pour sauver à la fois les banques et les plus démunis de la société serait plus défendable que le présent système. Un non-interventionnisme qui laisserait les banques faillir, et priverait aussi de protection les moins favorisés, serait plus défendable que le présent système. Mais le système actuel, où l’élite gagne à tous les coups, porte un nom. Et ce n’est pas l’étatisme. C’est la ploutocratie (gouvernement par la classe des riches). Les Etats-Unis, modèle dominant de notre ère, ne sont pas une démocratie, mais une ploutocratie. Nous vivons en ploutocratie. Francis Fukuyama, auteur de La fin de l’histoire, a récemment écrit plusieurs essais sur la ploutocratie américaine. D’après le magazine The American Interest, les Etats-Unis, qui étaient une ploutocratie industrielle en 1890-1920, sont devenus une ploutocratie financière dès les années 1990. L’élite de la finance, lobby désormais plus puissant que celui de la défense, sponsorise aujourd’hui l’Etat afin qu’il serve ses intérêts. C’est ainsi qu’aucun dirigeant financier n’a eu à répondre des abus sans précédent de la spéculation sur les subprimes, alors que 50 millions d’Américains sont à la soupe populaire. Les amendes payées par Wall Street représentent moins de 5% des profits engrangés durant la bulle. Et des scandales outranciers comme les manipulations du taux LIBOR resteront probablement impunis. A chaque euphorie, le non-interventionnisme de l’Etat aboutit à surenrichir les élites financières (25 gérants de hedge funds ont gagné, sur la seule année 2006, autant que le PIB de l’Islande), et à chaque crise l’interventionnisme appauvrit les pauvres: entre 1970 et 2008, le revenu de 0,1% des plus riches a progressé de 385%, tandis que le revenu de 90% de la population n’a pas bougé. L’impunité fait partie de la ploutocratie,  tout comme le non-interventionnisme, dans la mesure où c’est un non-interventionnisme acheté. 
    Publié le 27 Novembre 2012 à 19:20


    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:58 (2016)    Sujet du message: Austérité en Europe

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2173, 74, 75  >
    Page 20 sur 75

     
    Sauter vers:  

    Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
    Traduction par : phpBB-fr.com