FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Austérité en Europe
Aller à la page: <  1, 2, 355, 56, 5773, 74, 75  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 18 Fév - 15:39 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Call for United States of Europe

EC vice-president, Viviane Reding, calls for full fiscal and political union for 18 eurozone countries but not Britain


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Fév - 15:39 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 18 Fév - 21:35 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

More Ferraris sold in the UK than anywhere else in Europe
Record numbers of tailor-made cars, which cost at least £151,000, sold in Britain last year despite rising prices




Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 06:09 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Union européenne mercredi 19 février 2014
Bruxelles peine à concrétiser son projet d’union bancaire
Les ministres des Finances doivent revoir la copie face à l’intransigeance du Parlement européen. Le 16e Conseil de ministres franco-allemand cherchera un compromis ce mercredi à Paris


Revenir en haut
BA


Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2013
Messages: 280

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 07:37 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Les 17 Länder de l'Allemagne.


Depuis la réunification en 1990, l'Allemagne est composée de 16 Länder : 


Bade-Wurtemberg, Basse-Saxe, Bavière, Berlin, Brandebourg, Brême, Hambourg, Hesse, Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Saxe, Saxe-Anhalt, Schleswig-Holstein, Thuringe.


Et puis, petit à petit, sans faire la guerre, dans la paix et dans la discrétion, l'Allemagne a annexé un 17ème Land.


L'annexion de ce 17ème Land s'est très bien passée : il n'y a eu ni mort, ni blessé.


Aujourd'hui, mercredi 19 février 2014, la chancelière Angela Merkel ne réunira pas son conseil des ministres à Berlin.


Aujourd'hui, c'est un conseil des ministres décentralisé : Angela Merkel tiendra son conseil des ministres dans le 17ème Land. 


Aujourd'hui, Angela Merkel réunira tous ses ministres dans le Land de Frankreich.


http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-entreprise/les-gouvernements-francais-et-allemand-reunis-au-grand-complet-a-paris_46109.html


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 15:46 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

17 février 2014
Une vision de la France de François Hollande depuis l’Espagne
"L’anomalie française", dernier obstacle à l’hégémonie allemande, arrive à son terme

Manolo Monereo Pérez
Le 17 novembre 2013 Paul Krugman a tiré la sonnette d’alarme et dénoncé l’existence d’un « complot » contre la France. La raison : l’abaissement de la notation financière du pays gaulois par l’agence Standard & Poor.


D’une part, il prenait note de la campagne initiée par des grands média économiques internationaux, qui qualifiaient la France d’authentique « bombe à retardement », potentiellement plus grave que l’Espagne, la Grèce et le Portugal ; d’autre part, il analysait ses plus importantes variables macroéconomiques sans trouver aucune raison pour tant de pessimisme et d’inquiétude, surtout par rapport à d’autres pays du soi-disant « noyau » européen. Sa conclusion ne pouvait pas être plus directe : « La France a commis le péché impardonnable d’être financièrement responsable sans faire souffrir les pauvres et les indigents. Elle doit être punie ».
Deux mois plus tard, le célèbre prix Nobel d’économie revient sur le même sujet, cette fois avec un titre encore plus significatif : « Scandal in France ». Le centre de l’histoire : le changement radical de position du président Hollande vers des thèses néolibérales, la réduction de l’impôt des sociétés et des dépenses de l’État tout en revendiquant, ni plus ni moins, la fort connue loi de Say, « l’offre crée sa propre demande ». Il est probable que Marx et Keynes auront sursauté dans leurs tombes en se souvenant ironiquement que lorsque les théories des intellos coïncident avec les intérêts des tous puissants, elles perdent en échange la capacité d’analyse et de prévision.


Revenir en haut
BA


Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2013
Messages: 280

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 15:57 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Aujourd'hui, l'Allemagne a voulu emprunter 5 milliards d'euros sur les marchés. Durée de l'emprunt : 10 ans.


Résultat : échec.


Vous avez bien lu : l'Allemagne a échoué.


Les investisseurs internationaux n'ont pas voulu prêter les 5 milliards d'euros que l'Allemagne voulait emprunter.


Lisez cet article :


L'Allemagne lève 3,80 milliards d'euros, en souhaitait 5.


L'Allemagne n'a pas réussi à attirer autant de demande que ce qu'elle offrait pour une émission obligataire à 10 ans (Bund), a annoncé mercredi la Banque centrale allemande chargée de l'opération, soit une première depuis septembre 2012.


L'Allemagne proposait un volume de 5 mrd EUR de titres à échéance février 2024 et n'a reçu des offres qu'à hauteur de 4,33 mrd EUR, rendant cette opération "techniquement sous-souscrite".


Le taux de rendement moyen est ressorti à 1,64%, contre 1,77% lors de la dernière émission de même échéance fin janvier.


Finalement, le pays a choisi de ne lever que 3,80 mrd EUR, ce qui lui permet d'indiquer que l'opération a été sur-souscrite selon un ratio de 1,1. 


Comme à son habitude, l'Allemagne a retenu le reste de la mise, 1,20 mrd EUR, pour la placer progressivement sur le marché secondaire.


Il s'agit de la première fois depuis septembre 2012 qu'une émission obligataire allemande à 10 ans attire moins que voulu, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'Agence financière, l'organisme gérant la dette publique du pays.


http://www.romandie.com/news/n/BONDSL_Allemagne_leve_380_mrd_EUR_en_souhaitait_571190220141426.asp


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 18:27 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Contrôle des concentrations : Paris propose des simplifications à Bruxelles
19/02 | 11:29 | mis à jour à 14:39 | Jean Michel Gradt
Le rapport de Fabien Zivy, commandité par Bercy, suggère de permettre aux entreprises dont les projets de fusion concernent au moins trois pays de déposer un seul dossier auprès de la Commission européenne. IL recommande aussi de faire prévaloir le droit européen de la concurrence sur les droits nationaux.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 11:27 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

régularisation jeudi 20 février 2014
L’accord Rubik rapporte huit fois moins que prévu au Royaume-Uni
Les banques suisses n’ont reversé que 1,2 milliard de francs à Londres. Le contrat comporte des failles trop facilement exploitables, dénonce Tax Justice Network


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 24 Fév - 11:24 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

[*] Scandal of 11m empty homes

Number of vacant properties across EU is enough to house all of the continent's homeless twice over
668 comments


Revenir en haut
BA


Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2013
Messages: 280

MessagePosté le: Mar 25 Fév - 12:50 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

L'euro rejoindra le florin d'Autriche-Hongrie, la couronne de Tchécoslovaquie, le dinar de Yougoslavie, le rouble de l'URSS, etc, dans le grand cimetière des monnaies plurinationales.


Même les plus acharnés partisans de l'euro commencent à comprendre ce que nous devons préparer :


Nous devons préparer l'après-euro.


Même Jean-Marc Vittori vient de le comprendre !


Même Jean-Marc Vittori !


Mieux vaut tard que jamais.


Mardi 25 février 2014 :


Se préparer à l'après-euro.


La zone euro semble traverser des eaux plus calmes. Mais aucun de ses problèmes n'est réglé. Sur fond de croissance lente, le statu quo ne peut pas s'éterniser : il faudra approfondir ou démanteler. Or l'adhésion faiblit. 


Il est des messages que l'on ne délivre pas avec joie : l'euro a moins d'une chance sur deux de survivre. Il est donc temps de songer à l'après-euro. 


Le message peut sembler paradoxal. La monnaie commune paraît aujourd'hui sauvée. Après la plus grave crise de sa jeune histoire, les indicateurs se remettent au vert. L'activité est repartie fin 2013, plus fort qu'on ne le croyait. L'Etat emprunte à 3,5 % en Espagne comme en Italie, pratiquement deux fois moins cher qu'il y a deux ans. L'euro approche de 1,40 dollar, son change le plus élevé depuis 2011. Mais, au fond, rien n'est réglé. La zone euro reste enfermée dans un cercle vicieux. La dette des particuliers, des entreprises, des Etats restera trop lourde dans les années à venir face à une croissance trop lente pour rembourser sans peine et une inflation trop faible pour éroder la montagne.


Il faut donc profiter du répit actuel pour se préparer à la suite des événements. La croissance trop lente réveille les vieux démons. En Italie, en Autriche, en Allemagne, en Finlande, en France, bien sûr, des partis politiques très différents les uns des autres prospèrent sur une idée commune : la vie serait plus belle sans l'euro - et au-delà, sans l'Europe. Ils vont sans doute obtenir un succès éclatant aux élections européennes de juin. Selon les pointages des experts de Deutsche Bank sur le prochain Parlement européen, un député sur six, voire un sur quatre, appartiendra à la mouvance anti-européenne.


Ce vote-condamnation prend racine dans un chassé-croisé de souvenirs. D'abord, la génération de la guerre s'efface, et avec elle le sentiment d'une impérieuse nécessité : l'entente entre pays voisins. Ce n'est pas faire injure à Helmut Schmidt et à Valéry Giscard d'Estaing de dire que l'essentiel de leur oeuvre est désormais derrière eux.


Ensuite, la génération de la crise s'affirme, et avec elle la mémoire d'une cruelle évidence : l'Europe en a été la béance. Ce sont les nations qui ont sauvé banques et industries. Les dirigeants de la Commission ont disparu de la scène pendant le drame. Après, ils ont réapparu en une étrange trinité, avec le FMI et la Banque centrale européenne (la troïka), donnant des conseils d'étouffement qu'il a fallu ensuite inverser pour sauver ce qui pouvait l'être. Difficile de faire mieux pour donner corps à l'idée d'une Europe contre les peuples. Une idée de surcroît alimentée par les gouvernants nationaux, qui partent sans cesse «  en guerre contre Bruxelles » - en France à propos des OGM ou de la réforme bancaire, pour prendre des exemples récents


La langueur persistante de la croissance fera le reste, dans un continent où un actif sur huit est au chômage. La Banque centrale européenne, dont le président, Mario Draghi, a pourtant promis qu'elle ferait «  ce qu'il faudra » pour sauver la monnaie commune, n'y pourra pas grand-chose. Non seulement la politique monétaire n'est pas un outil très efficace pour doper l'activité, mais, de plus, le très subtil arrêt rendu début février par la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe lui coupe les ailes.


Dans cette drôle d'Union monétaire sans solidarité budgétaire, le statu quo ne peut pas s'éterniser. Il faudra choisir entre l'approfondissement … ou le démantèlement. 


En attendant, les tensions vont fatalement monter. Au fil des mois, l'idée d'une « sortie de l'euro » va gagner du terrain. Mais l'euro n'est pas un club ou un pub d'où l'on sort à volonté. Le départ d'un pays fera exploser la monnaie unique. Maints économistes ont certes imaginé des systèmes séduisants sur le papier - les euros sud et nord du professeur du CNAM Christian Saint-Etienne, les sorties temporaires proposées par le président de l'institut allemand IFO Hans-Werner Sinn. Sauf que… ces systèmes ne tiendraient pas une journée sur les marchés financiers, où des centaines de milliards seraient aussitôt placés pour gagner de l'argent sur le prochain mouvement. Là aussi, un autre souvenir semble s'être estompé : celui des tempêtes monétaires qui ont soufflé sur l'Europe jusqu'au début des années 1990.


Dans cette rupture, la France pourrait hélas jouer les premiers rôles. Un tiers de ses habitants souhaitent désormais le retour au franc. La tentation du repli y apparaît partout. Jusqu'à… la Française des Jeux , qui a renationalisé début février l'Euro Millions ! A chaque tirage du Loto européen, elle promet «  un millionnaire garanti en France ». 


Plus profondément, l'économie du pays a longtemps été droguée aux dévaluations qui compensaient sa dérive des salaires et des prix - un problème toujours pas résolu. Et les gouvernants de gauche - comme auparavant ceux de droite - enchaînent les « chocs » sans jamais parvenir à retrouver le chemin de la croissance. 


Christopher Pissarides a mis les pieds dans le plat le mois dernier. Ce prix Nobel d'économie 2010, qui avait été l'un des rares Britanniques partisans de l'entrée du Royaume-Uni dans l'euro, a dit tout haut dans le quotidien « The Telegraph » ce que nombre d'experts pensent tout bas à Paris : « [En cas d'échec de vraies réformes en France], je serais très inquiet de ce qui arriverait à l'euro. »


L'éclatement de l'euro aurait des conséquences incalculables. Il remettrait en question la construction communautaire entamée il y a maintenant plus de soixante ans. Ce n'est heureusement pas une certitude. Il faut revenir ici au latin, à un vieil adage paraphrasé après un appel lancé sur Twitter par votre serviteur. Le précis Merlin Caesar propose : «  Si vis euro, para mortem ejus. » - « Si tu veux l'euro, prépare sa mort. » 


Le moins orthodoxe Monteno avance : «  Si vis euro, para chaos. » 


Jean-Marc Vittori.


http://www.lesechos.fr/opinions/chroniques/0203335771066-se-preparer-a-l-apres-euro-652624.php


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 26 Fév - 17:54 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

L’Après-9 février 15:54
Le drapeau suisse a flotté au Parlement européen

Lors d’un débat consacré aux suites du vote de la Suisse, les eurodéputés ont réaffirmé, en grande majorité, que la libre circulation entre l’UE et la Suisse n’était pas négociable. L’Italien Mario Borghezio, de la Ligue du Nord, qui a bruyamment défendu le oui à l’initiative UDC, a été expulsé de l’hémicycle


Revenir en haut
BA


Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2013
Messages: 280

MessagePosté le: Mer 26 Fév - 22:55 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Chômage en janvier 2014 : catégories A, B, C, D, E :
 
France métropolitaine :
 
5 597 700 inscrits à Pôle Emploi.
 
France entière (y compris l'outre-mer) :
 
5 924 400 inscrits à Pôle Emploi.
 
Variation sur un mois : + 0,6 %.
 
Variation sur un an : + 5,7 %.
 
http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-CT78QI.pdf
 
-              « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)
 
-              « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)
 
-              « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)
 
-              « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)
 
-              « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)
 
-              « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)
 
-              « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix) 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 28 Fév - 23:09 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

La revue d'#gibier : quand Mario Draghi s'inquiète de la faible inflation...
28/02 | 21:38 | Henri Gibier

Le président de la BCE rappelle devant la Bundesbank, focalisée sur la hausse des prix, qu'une inflation trop basse est aussi "un risque en elle-même".


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 28 Fév - 23:09 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

A. Edwards : "L’Allemagne risque de devenir l’économie la plus faible de la zone euro"
28/02 | 17:11 | mis à jour à 17:26 | Nicolas Madelaine
Albert Edwards, qui travaille à la Société Générale à Londres, est connu pour ses prédictions pessimistes. Actuellement, il craint une vague de dévaluations des pays émergents et de la Chine.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 28 Fév - 23:11 (2014)    Sujet du message: Austérité en Europe Répondre en citant

Italie : "l’hallucinante" flambée du chômage selon Matteo Renzi
28/02 | 16:24 | mis à jour à 17:25 | Pierre de Gasquet
Après la trompeuse accalmie de décembre, le chômage italien est reparti à la hausse en janvier et frôle désormais les 13%, avec 3,29 millions de chômeurs officiels dans la Péninsule.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:36 (2016)    Sujet du message: Austérité en Europe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 355, 56, 5773, 74, 75  >
Page 56 sur 75

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com