FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Forum Index

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique

 
Post new topic   Reply to topic    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Forum Index -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur
Previous topic :: Next topic  
Author Message
shadok
Administrateur

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,338

PostPosted: Mon 10 Dec - 14:08 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

La compétitivité , l'indépendance industrielle de la France est bien la conséquence d'une attitude politique .. avant tout . 


Ou l'état abdique son rôle de puissance publique , et nous voyons ce qui se passe dans le cas de Florange , ou il se souvient qu'il est là pour préserver l'intérêt des Français , leur industrie,  leurs compétences ..  et quelque part , il réagit , souvent trop tard mais il limite la casse comme dans l'affaire GEMPLUS / TPG / Fonds d'investissement public français (FIS)


Il y a d'ailleurs des similitudes assez troublantes dans la gestion du dossier par TPG entre Arcelor et Gemplus ... 


Historique : celui de wikipedia est très bien fait . 


Gemplus1 international était une entreprise française de fabrication de carte à puce, alors no 1 dans le domaine des cartes à puces et systèmes associés (avec plus de 40 % de part du marché mondial), devant SchlumbergerSemaOberthur Card Systems et Giesecke & Devrient. Elle a fusionné avec Axalto le 2 juin 2006 pour former le groupe Gemalto.


En 1988, six ingénieurs — dont Marc Lassus, futur directeur de Gemplus, Daniel Legal et Philippe Maes — quittent Thomson-CSF pour tenter l'aventure de la carte à puce. Grâce à 100 millions d'aides publiques et d'importantes commandes de France Telecom pour ses cartes téléphoniques, ils fondent l'entreprise Gem qui connaît une forte croissance (40% par an)2.


En 2000Marc Lassus accepte l'entrée dans le capital de son entreprise de TPG (Texas Pacific Group, à hauteur de 26 %, payés 550 millions de dollars, Lassus pensant que TPG va l'aider à conquérir le marché américain et à entrer en Bourse) bien que ce fonds d'investissement américain se soit fait deux fois refoulé par Daniel Le Gal, directeur général. Texas Pacific Group obtient en échange le droit de nommer la majorité des membres du Conseil d'administration et de transférer le siège de l'entreprise au Luxembourg, la société s'appelant désormais Gemplus international4. Progressivement la plupart des fondateurs historiques de Gemplus quittent l'entreprise2.


En août 2002, alors que les plans sociaux se succèdent et qu'une guerre entre les actionnaires historiques et TPG a lieu depuis plusieurs mois, le Conseil d'administration de Gemplus nomme à sa tête Alex J. Mandl (en), administrateur de In-Q-Tel, le fonds de capital-risque crée par la CIA, confirmant la volonté de l'agence américaine de contrôler la cryptologie (brevets, transfert de technologie) mise en œuvre dans les cartes à puces5


Le 19 décembre 2002, Marc Lassus, ancien président fondateur de Gemplus, démissionne du conseil d'administration, de même que son allié Ziad Takieddine. Cette annonce est intervenue juste avant un vote de l'assemblée générale extraordinaire du groupe. La direction demandait la révocation des deux administrateurs accusant Marc Lassus de ne pouvoir débourser un prêt de 78 millions d'euros de stock-options accordé par la société lors de sa mise en bourse, et M. Takieddine accusé d'avoir critiqué des décisions prises au sein du conseil6. Ces démissions sont en fait une manœuvre d'In-Q-Tel pour que les Américains soient seuls maîtres à bord5.


En 2009, l’État français via le Fonds stratégique d'investissement rachète 8% de Gemalto, devenant l'actionnaire principal du groupe mais intervenu trop tard pour empêcher les Américains de détenir les technologies de cryptologie de la carte à puce, comme en témoigne le fait que TPG a revendu ses actions l'année plus tard8.


L'erreur de Marc Lassus : croire que l'entrée d'un fonds américain lui ouvrirait les portes du marché outre atlantique .. sa seconde erreur ayant été de leur emprunter de l'argent .. 





2002 : l'article de Libération : 


 
Quote:
Alors à qui la faute ? Pour Marc Lassus et plusieurs de ses alliés au conseil d'administration : si Gemplus traverse aujourd'hui cette crise, c'est d'abord à cause de TPG. Selon eux, Bonderman aurait d'abord cherché à affaiblir l'entreprise, pour ensuite la transférer aux Etats-Unis dans le but de mieux la revendre à un groupe américain. Et quand, en août dernier, les salariés de Gemplus découvrent, ahuris, que leur nouveau patron, Alex Mandl, a été administrateur d'In-Q-Tel, un fonds d'investissement de la CIA, les hypothèses les plus folles circulent. Et si TPG travaillait, en sous-main, pour des intérêts secrets américains, appâtés par la technologie française ?






Le fameux prêt de 78 Millions accordé à Lassus l'a été avec l'aide de David Bonderman , le patron de TPG !!



 
Quote:
Le plus cocasse, c'est que c'est David Bonderman, le patron de TPG, qui avait proposé à l'époque ce petit cadeau empoisonné à Lassus. Or, aujourd'hui, ce dernier se dit ruiné, d'au moins «200 millions d'euros», selon une source proche du dossier. Lassus le flambloyant s'est endetté alors que les actions de Gemplus valaient encore 3 euros. Aujourd'hui, l'action plafonne à 0,80 euro.




En 2005 , l'ex Directeur Juridique  Europe de GEMPLUS  dénonce l'absence de réaction des pouvoirs publics, l'incapacité des RG à analyser la situation .. L'absence de renseignements sur les objectifs réels , dans un rapport Compétitivité et défense Economique : la prise de Controle de GEMPLUS , publié en 2005 




 
Quote:
Dans le même temps, Texas Pacifique Group, fonds d’investissements étasunien créé en 1993 et dont certains dirigeants sont proches des services de renseignement du pays, se rapproche de Gemplus, puis en prend le contrôle, alors que les principaux dirigeants sont remerciés. M. Alex MANDL en devient le P-DG. 


Conclusions de M. DELMAS
M. DELMAS déplore le manque de réactivité de l’Etat français. Ainsi, les RG locaux perçoivent l’aspect social de l’affaire, pas son volet technologique, les documents communiqués à ces services étant rédigés en anglais... Les administrations sont trop parcellées,


En outre, l’on note qu’aux Etats-Unis, un administrateur étranger n’a pas de droit de vote au sein du conseil d’administration d’une entreprise nationale. La prise de contrôle est alors plus difficile.



M. DELMAS invite les acteurs économiques à la prudence et à mieux protéger l’information stratégique, leurs secrets et savoir-faire. En effet, certains fonds d’investissements se comportent en véritables corsaires. Les frontières entre les secteurs public et privé sont beaucoup plus perméables dans les pays anglo- étasuniens. Ainsi, la prise de contrôle de Gemplus par TPG aura permis le transfert d’une technologie que l’on peut qualifier de souveraineté à un pays ami, mais aussi concurrent.




Je crois qu'il n'y a pas grand chose à ajouter à cette conclusion . 
On peut également faire un autre parallèlle avec le pacte d'actionnaire signé entre GM et PSA , qui a interdit toute livraison de PSA sur ce qui était son premier marché export : l'IRAN .. La suite on la connaît elle s'appelle Aulnay . 


Memes méthodes , mêmes objectifs ... qui gagnent d'autant plus facilement qu'ils  trouvent  en face d'eux un ETAT sans stratégie , sans volonté, ayant totalement abdiqué sa fonction de puissance publique . 


Par contre , je crois que la phrase de M. DELMAS a besoin d'être répétée , mise en lumière , accentuée : 


En outre, l’on note qu’aux Etats-Unis, un administrateur étranger n’a pas de droit de vote au sein du conseil d’administration d’une entreprise nationale. La prise de contrôle est alors plus difficile. 
 

On appelle çà la concurrence libre et non faussée version américaine . 


Gemplus : l'espion qui n'en est pas un : http://www.liberation.fr/economie/0101432932-gemplus-l-espion-qui-n-en-est-pas-un


http://www.liberation.fr/economie/0101428652-rien-ne-va-plus-chez-gemplus


Lire la prise de contrôle de GEMPLUS :http://www.anaj-ihedn.org/Telecharger/ANAJ_2005_la_prise_de_controle_de_Gemplus.pdf


Last edited by shadok on Mon 10 Dec - 14:56 (2012); edited 1 time in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 10 Dec - 14:08 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Mon 10 Dec - 14:54 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Absence de vision, intelligence économique réduite à un aspect militaire pour la Défense Nationale et le renseignement. Voir les cours de l'IHEDN, dont François Hollande, lieutenant-colonel de réserve, à suivi une session.

Back to top
shadok
Administrateur

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,338

PostPosted: Mon 10 Dec - 17:35 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Un autre article  mignon comme tout  .. partculièrement savoureux 
Le personnage de Bondernman est particulièrement sulfureux . 


http://www.01net.com/editorial/191327/la-chute-de-gemplus/


Entrée en scène de Texas Pacific Group
Courant 1999, Marc Lassus est contacté par David Bondernman. Ce dernier est le fondateur de Texas Pacific Group (TPG), un fonds d'investissement américain connu pour avoir racheté Continental Airlines en 1993, alors en redressement judiciaire pour 66 millions de dollars, et l'avoir revendu 700 millions en 1998 à Northwest Airlines.
Entre David Bonderman et Marc Lassus l'entente est immédiate. David Bonderman est un as du montage fiscal. C'est lui qui propose à Lassus de transférer le siège de Gemplus à Luxembourg. La chose est courante pour des entreprises dont l'essentiel de l'activité est à l'international.
En plus de disposer d'une fiscalité moins forte, le Luxembourg offre un cadre réglementaire plus souple que celui de la France pour ce qui touche à la rémunération des dirigeants. Le montage du nouveau Gemplus se décide entre les trois principaux actionnaires : Quandt (entré en 1996 à 27 % du capital lors du rachat de Datacard par Gemplus en 1996), Marc Lassus et TPG.


Montage en cascade, fusion en douce


Si les détails du pacte d'actionnaire ne sont pas connus, on sait que David Bonderman et Marc Lassus ont conclu un certain nombre d'accords secrets : TPG apporte 550 millions d'euros à Gemplus, et en contrepartie obtient 26 % des parts, le droit de nommer le PDG et la majorité au conseil d'administration. De son côté, Marc Lassus conserve le pouvoir de nommer les autres membres du comité exécutif et un petit bonus : un prêt en actions sans garantie d'un montant de 70 millions d'euros !


Le 6 décembre 1999, la société Gemplus Luxembourg au capital de 18 millions d'euros est créée par Marc Lassus et Gilles Lassus, son fils. Le 18 février 2000, TPG commence à verser l'argent promis à Gemplus Luxembourg en le faisant transiter par Zenzus holding basée à Gibraltar. Les versements se poursuivront jusqu'en septembre 2000 et s'élèveront à 558 millions d'euros. Il ne reste plus qu'à fusionner la maison mère de droit français avec la nouvelle société luxembourgeoise, et le tour est joué : les activités de Gemplus à l'international ne seront pas imposées en France.


La crise éclate en janvier 2001 lorsque Marc Lassus accuse TPG de l'avoir trahi. Peu à peu, les cadres dirigeants français prennent conscience de la stratégie du nouvel actionnaire et commencent à redouter que l'entreprise soit démantelée.


La fin d'Antonio Perez


Antonio Perez met à l'étude un projet de rappatriement des brevets aux Etats-Unis. Le déplacement du siège social à San Diego (Calfifornie) est également envisagé. Devant les protestations, Antonio Perez propose de ne délocaliser que la direction financière. Il cède également sur ce point pour finalement se rabattre sur le projet de rappatriement des brevets. " On a compris que les brevets était la seule chose qui les intéressait, et on a pris peur ", explique Jean-Marc Giry, directeur de la communication et responsable de la stratégie jusqu'en juillet 2001.
La ficelle est un peu grosse. Les services de renseignement français sont prévenus, et un discret rappel à l'ordre de Bercy fait capoter les projets de Perez.
Eric Martin, directeur de la trésorerie, s'inquiète de rémunération anormalement élevée de cadres français. Il constate que certains d'entre eux ont des comptes à l'étranger et bénéficient de versements occultes. Corruption dans le but de faire taire des responsables sur les manoeuvres de TPG ? Eric Martin et Pierre-Jean Delmas, le numéro 2 du service juridique montent au créneau et diffusent des notes pour avertir le conseil d'administration de ce qui se trame.
En juillet, un rapport d'expertise comptable met le doigt sur un certain nombre d'irrégularités et sur les avantages en nature hors normes du management américain. Le rapport démonte l'opération luxembourgeoise (selon eux, elle est illégale en droit français), dénonce les silences du prospectus d'introduction qui ne parle pas des prêts et pointe les notes de frais astronomiques des dirigeants américains.
Le même mois, les actionnaires minoritaires de Gemplus (pour l'essentiel d'anciens dirigeants et fondateurs) s'organisent au sein de Gemact. La guerre intestine est ouverte. Allié à Marc Lassus, Gemact emmené par Yann Lazenec et Daniel Le Gall va pousser TPG à lacher Antonio Perez et son équipe.
Gemact reprend le pouvoir
C'est chose faite en décembre 2001. Celui-ci quitte Gemplus en ayant revendu ses options et actions à un prix compris entre 3,5 et 4 euros, profitant d'une embellie passagère du cours. Selon certains, Antonio Perez aura coûté plus de 50 millions d'euros à Gemplus.
Ron Mackintosh, un administrateur indépendant du conseil d'administration de Gemplus, prend le poste de CEO intérimaire et espère devenir le CEO permanent. Mais en quelques semaines, on découvre que Ron Mackintosh est également le fondateur d'une entreprise d'audit informatique, Diferentis, qui est détenu à 41 % par TPG. Il est aussitôt désavoué et mis en retrait, même s'il restera à ce poste jusqu'à la fin août 2002.
En avril dernier, Gemact obtient une recompostion et un élargissement du conseil d'administration qui place TPG en position minoritaire avec 6 sièges sur 13. A la tête du conseil d'administration, ils font venir Dominique Vignon, l'ex-PDG de Framatome. Dominique Vignon est la caution française du conseil. Ses accointances avec Bercy font de lui un rempart contre un éventuel transfert de Gemplus aux Etats-Unis.
TPG l'emporte au final
Gilles Defassy, l'un des vice-président de Texas Instrument, est pressenti comme un remplaçant possible de Ron Mackintosh. Il est français, a une expérience américaine, il est jeune, bref tout pour séduire. Hélas, une brève visite dans le ranch texan de David Bonderman le pousse à renoncer à sa candidature.
C'est finalement, Alex Mandl, un candidat " indépendant ", néanmoins présenté par TPG, qui emportera le poste. Après un dernier badour d'honneur de Marc Lassus qui livre le nom d'Alex Mandl en pature à la presse. Le passé de ce dernier en tant qu'administrateur du fonds dinvestissement de la CIA ne suffira cependant pas à empêcher les deux administrateurs de la famille Quandt de voter Mandl.


Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Mon 10 Dec - 18:12 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

  1. David Bonderman - Wikipedia, the free encyclopedia
    en.wikipedia.org/wiki/David_Bonderman
    David Bonderman (born November 27, 1942) is a founding partner of TPG Capital ...While at or shortly after his time at Harvard, he traveled to Cairo, Egypt, to ...





  2. TPG - Le blog de sauvonstdf
    sauvonstdf.over-blog.com/.../TPG-1510649.html - Translate this page
    Courant 1999, Marc Lassus est contacté par David Bondernman. Ce dernier est le fondateur de Texas Pacific Group (TPG), un fonds d'investissement américain ...





  3. Penny Coulter
    thishousewillexist.org/pennycoulter.php
    During 1999, Marc Lassus was contacted by David Bondernman. The latter is the founder of Texas Pacific Group (TPG), a U.S. investment fund known to have ...





  4. Nouvelles de l'Interzone (janvier 2011)
    www.ph7.ca/net22.htm - Translate this page
    21 déc. 2010 – L'odeur du gain attire David Bonderman. ... d'employés du groupe Phœnix et l' éjection de Marc Lassus de son poste par David Bondernman.



Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Tue 11 Dec - 00:18 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

A l'introduction en Bourse, Paris & Nasdaq en 2000

Conseil sur l'introduction en Bourse de Gemplus01/12/2000 à 10h00Introduction de Gemplus



 
(Boursier.com) -- Par Olivier Cheilan. 




Gemplus est tout d’abord le premier fournisseur mondial de cartes à puces avec une part de marché estimée à 33 %. La société est aussi leader incontesté du marché des puces de téléphones mobiles avec 41 % de parts de marché. Outre le secteur de la téléphonie mobile par le biais duquel Gemplus réalise près de 50 % de son CA, la société intervient sur le marché des services financiers avec les cartes bancaires mais aussi sur le secteur très évolutif des transactions sécurisées sur internet. L’avantage de la société est d’être clairement positionnée sur des marchés en plein essor et appelés à connaître des développements et des débouchés nouveaux induits par l’évolution des technologies. Le développement des cartes multi-applicatives en est une illustration récente puisque les cartes à puces cumulent sans cesse de nouvelles applications. On peut par exemple faire de plus en plus de choses avec sa carte bleue… Le marché de la téléphonie mobile qui représente 45 % du marché global de la carte à puce avec les cartes SIM devrait passer de 650 Millions d’abonnés en 2000 à 1,5 Milliard en 2005. Gemplus interviendra dans le développement des cartes de plus en plus sophistiquées pour les réseaux de 3ème génération. 
Gemplus est présent dans 37 pays avec 16 sites de production et réalise 90 % de son CA à l’international. La carte à puce qui est une invention française s’exporte bien et ce standard est de plus en plus utilisé sur le marché de référence des Etats-Unis, particulièrement dans le secteur des transactions sur internet qui nécessitent les fonctions de sécurisations que procurent les cartes à puces. Gemplus s’appuie sur un leadership technologique reconnu, ses équipes d’ingénieurs déposent chaque année 100 brevets en moyenne et les dépenses en R&D ont atteint 9 % du CA en 1999. 
En ce qui concerne les chiffres, Gemplus devrait réaliser un CA de 1,07 Milliards d’Euros pour l’exercice 2000 et atteindre un résultat net de 80 ME. La société ne souhaite pas communiquer sur son activité prévisionnelle et s’est permis de publier un dossier d’introduction sans la rubrique réservée au business plan prévisionnel. Gemplus a affirmé à ce sujet que sa notoriété et la qualité de son dossier l’autorisaient à se dispenser de cette communication. Les futurs actionnaires jugeront comme ils l’entendent cette position qui nous semble quelque peu osée. Gemplus entre en bourse principalement pour conforter son image de marque, la société avec une trésorerie déjà bien garnie augmentera également sa force de frappe pour de prochaines acquisitions. Rappelons que la société s’introduira simultanément sur le Premier marché de Paris et sur le Nasdaq. 
La valorisation de Gemplus au prix moyen proposé ressort à 3,7 milliards d’Euros ce qui capitalise 3,5 fois le CA anticipé sur l’exercice 2000. Sur une estimation d’un résultat net de l’ordre de 80 ME le PE s’élève à environ 46. Ces ratios sont donc élevés même si le prix moyen d'introduction a été revu à la baisse, passant de 7,75 E initialement à 6 E soit une décote de 22 %. A titre de comparaison le dauphin de Gemplus par la taille, Oberthur, est valorisé à 3 fois son CA 2000. De plus l’opération que Gemplus initie est principalement une cession de titres, 20 % seulement de l’émission portera sur une augmentation de capital. Nous vous conseillons donc d’attendre les premières cotations avant de prendre position.. 
 
 
Attendre la première cotation 
 

Olivier Cheilan - @2012 www.boursier.com



 


Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Tue 11 Dec - 01:17 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Le premier commentaire :


Gulliver | December 10 10:44pm | Permalink
"We need more efficiency, transparency and honesty at all levels.” 

Gosh! This man is a genius!


Back to top
shadok
Administrateur

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,338

PostPosted: Tue 11 Dec - 01:41 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Pas sûre que dans le contexte de manipulation actuel , les cours de bourse soient révélateurs .. 
Thyssen Krupp reste bénéficiaire , même si ses bénéfices diminuent . 
Par contre les options de la Direction entrainent visiblement le licenciement de cette même direction .. En France , une telle option parait impossible


Sur Thyssen Krupp j'ai juste envie de dire : Wait and see


Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Wed 12 Dec - 23:59 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

China rejects EU accusations on Huawei, ZTE subsidies | Reuters
www.reuters.com/.../us-china-telecom-idUSBRE85P0A820120626
26 Jun 2012 – BEIJING (Reuters) - China rejected European Union accusations that two top Chinese telecom equipment makers accept illegal government ...


Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Thu 13 Dec - 00:17 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

 
POLITIQUE 
 
RÉVÉLATION : BERCY FAVORABLE À LA NATIONALISATION D'ARCELORMITTAL
La nationalisation du site sidérurgique de Florange était viable économiquement et juridiquement, avance une note de Bercy révélée par le Canrd enchaîné. L'abandon de cette option par le gouvernement Ayrault est le fruit d'une volonté politique déléibérée. Lire les pages Évènement de l'Humanité jeudi 13 décembre. 


Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Wed 19 Dec - 18:56 (2012)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Une forme de compétitivité personnelle et particulière :






 le 19 Décembre 2012

Evasion fiscale: Bernard Arnault dans le viseur de la justice belge
Mots clés : belgiquecac 40impôtsfiscalitélvmhévasion fiscalebernard arnaultfraude fiscaleisfexil fiscal,


Deux quotidiens belges révèlent ce mercredi que le parquet de Bruxelles enquête sur le réseau de sociétés créées en Belgique par le PDG de LVMH Bernard Arnault et le flou fiscal qui les entoure.
La section financière du parquet de Bruxelles s'intéresse depuis deux mois aux très nombreuses sociétés créées par l'homme le plus riche de France, qui avait assuré en septembre que sa demande de la nationalité belge n'avait aucune motivation fiscale. "Parmi ces sociétés, une dizaine sont domiciliées dans un appartement schaerbeekois ne payant pas de mine, où habite un administrateur belge du groupe d’Arnault", relève le quotidien L'Echo.
Augmentation de capital
Pilinvest suscite plus particulièrement la curiosité. Cette société qui possède des participations chez Christian Dior et LVMH "a vu son capital augmenter de 386 millions d’euros voici un an pour atteindre 3,3 milliards d’euros", relève le quotidien belge. "Mais en même temps, elle ne remplit pas ses obligations en matière de remise des comptes annuels", croit savoir l'Echo.
Autre société citée par le journal à avoir vu son capital bondir jusqu'à atteindre 3,755 milliards d'euros, LVMH Finance Belgique, "est un holding créé pour pouvoir profiter de certains avantages fiscaux propres à la Belgique, comme les intérêts notionnels".
LVMH sort le contre-feu. Un porte-parole de LVMH a fait savoir qu'"il s'agit d'une enquête purement administrative, tout à fait classique et obligatoire dans le cadre de la procédure d'acquisition de la nationalité belge".
  • A lire aussi:

Cac 40: ces patrons qui gagnent 240 fois le smic
Mais où est passé Arnault le belge?
S.G.


Back to top
shadok
Administrateur

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,338

PostPosted: Thu 3 Jan - 00:05 (2013)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Danyves wrote:
Mines : ArcelorMittal cède 15% du canadien Labrador Trough
02/01 | 08:36 | mis à jour à 08:43 
 
 
 
La cession de la participation dans l'opérateur canadien de mines de fer rapportera 1,1 milliard de dollars. 
 




Cela ne lui permettra pas de tenir ses promesses pour autant . Une fois de plus il fera semblant . 22 Milliards d'endettement ... 


Back to top
shadok
Administrateur

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,338

PostPosted: Wed 23 Jan - 20:15 (2013)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

J'ai entendu parler de 600 Licenciements ce soir en rentrant sur BFM .. 

Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Thu 8 May - 23:07 (2014)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

Où l'on reparle de TPG

http://josefort.over-blog.com/2014/05/la-radio-anti-cubaine-emettant-depuis…



TPG Capital, c’est quoi ?
Il s’agit du plus important fonds d’investissement nord-américain né en 1992. Il gère environ 30 milliards de dollars. Parmi ses principaux conseillers figure Bernard Attali (frère jumeau de Jacques) qui a occupé des fonctions allant de la Datar à la Cour des Comptes, de la Deutsche Bank au Gan, de Bankers Trust France à Air France… Chez TPG Capital, il a le titre de « senior advisor », conseiller spécial pour la France.


Back to top
Danyves
Groupe des Six

Offline

Joined: 16 Oct 2012
Posts: 1,314

PostPosted: Mon 29 Jun - 20:19 (2015)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique Reply with quote

TDF instrument de la CIA sans le savoir ? | L'Humanité
www.humanite.fr/tdf-instrument-de-la-cia-sans-le-savoir-529491


[*]15 mai 2014 - TDF est donc devenu un outil technique de la CIA en direction de Cuba ... L'apparition des initiales TPG dans un dossier suffit à faire réagir les ...


La société de conseil en stratégie Gheran (Paris, Berlin) souligne notamment les liens étroits existant entre Arnold & Porter LLP, conseil juridique de TPG, la CIA ...[*]TDF et CIA : silence et bouche cousue | L'Humanité
www.humanite.fr/tdf-et-cia-silence-et-bouche-cousue-529579



[*]15 mai 2014 - cia.jpg. Par José Fort. TDF gangrénée par son principal actionnaire ... encore moins du côté de l'actionnaire principal de TDF, TPG Capital, ...


[*]Des fonds gloutons à l'arrière-goût de CIA - L'idée libertaire
1libertaire.free.fr/Carlyle03.html



[*]Tout commence en 2000, quand le fonds Texas Pacific Group (TPG) dépose 559 ... un fonds technologique au service exclusif... de la CIA et du renseignement ...


[*]Gemplus international — Wikipédia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gemplus_international



[*]Lassus pensait que TPG allait l'aider à conquérir le marché américain et à entrer ... le fonds de capital-risque créé par la CIA, confirmant la volonté de l'agence ...


[*]L'Europe doit redéfinir ses priorités - European-security ...
www.european-security.com/n_index.php?id=4394


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 22:55 (2019)    Post subject: Gemalto Arcelor .. la compétitivité est d'abord une volonté politique

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Forum Index -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Have own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group