FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:01 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Information d'aujourd'hui passée inaperçue ... 


Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext . 


 
Citation:
 Deutsche Börse a mis le cap sur la croissance organique axée sur les pays émergents, les activités de compensation, notamment pour les transactions négociées hors Bourse (OTC) et les servicestechnologiques.
La plateforme américaine InterContinentalExchange (ICE) a lancé en décembreune offre publique d'achat (OPA) de 8,2 milliards de dollars sur NYSE Euronext, mais a fait savoir qu'en cas de succès de l'opération les activités européennes que regroupe Euronext seraient vendues.







Les motivations annoncées sont justement les transactions Hors bourse marché OTC .. ce que l'on appelle le shadow banking .. opaque par définition puisque les plates formes non régulées qui permettent ces transactions échappent à tout contrôle comptable et juridique; elles y échappent d'autant plus que les émetteurs des produits dérivés en question , sont les mêmes que ceux qui montent ces plates formes ou controlent les flux qui en sont issus comme la société Clearstream , qui appartient à .... Oh Surprise, la société Deutsche Boerse (dont on cherche toujours les actionnaires) ... 


Ces plates formes revêtent des formes et des dénominations multiples , elles ont au moins une caractéristique commune , l'absence totale de contrôle et de régulation . 


Je prendrais un exemple très caractéristique nommé les "plates formes direct émetteurs" .. qui comme leur nom l'indique sont des fililales ou des plates formes appartenant , ou gérées par les émetteurs des produits dérivés , dont elles assurent les prix et les cotations des produits offerts .. Par curiosité , je ne saurais que conseiller aux  curieux d'aller vérifier le fonctionnement d'une plate forme "direct Emetteur" .. C'est assez fascinant à observer dans la mesure ou toutes les règles de droit commun applicables aux contrats ont volé en éclat sans que personne n'y trouve quoique ce soit à redire  . Pour se couvrir de toute poursuite éventuelle , les utilisateurs de ces produits signent des contrats incompréhensibles ou tout est autorisé à l'opérateur sans que l'utilisateur ne puisse s'y opposer .. Ce qui s'appelle théoriquement en droit commun dans mes souvenirs, une clause non écrite si cette clause vient en contradiction d'une loi établie , votée et promulguée . 


Les cotations sont arbitraires , interrompues en fonction de l'humeur du "Market Maker ".. le bien nommé .. Les échelles et la commission que s'octroie l'émetteur peuvent changer sans avertissement au cours du contrat et les volumes traités sont totalement fantaisistes et non mentionnés pour la grande majorité des produits offerts . Les prix se font en fonction de critères soi-disant modélisés et soi-disant très mathématiques comme la volatilité, le bêta ou le teta , critères que personne ne peut ni mesurer ni contrôler , ce qui accroit totalement l'arbitraire du système de cotation et de fixation du prix. 


En français courant  , ils peuvent faire n'importe quoi , n'importe comment , aucun contrôle n'est désormais possible . Et d'ailleurs , ils ne s'en privent pas ..On appelle çà pour une partie , pudiquement le "trading pour compte propre" , ce qui pour n'importe quel chef d'entreprise non financière se nomme encore : de la cavalerie financière, surtout si cette cavalerie est effectuée à partir de comptes de tiers (dépôts clients en langage bancaire) .. 


J'ai donc une très bonne nouvelle pour tous les chefs d'entreprise non financière : ils peuvent faire n'importe quoi ... présenter des traites à l'escompte en double , faire de la cavalerie .. Devant Monsieur le Juge ou devant le Président du Tribunal de Commerce qui leur demandera sévèrement à quoi ils pensaient, ils n'auront qu'à invoquer la jurisprudence bancaire  sur le sujet . 


Juste un chiffre : le shadow banking et  les produits OTC sur lesquels se concentre désormais la société Deutsche Boerse  et les plates formes non régulées ont représenté  67 000 Milliards de dollars , chiffre qui a provoqué un certain émoi chez  les autorités de régulation et que l'on peut rapprocher des 700 000 Milliards de produits dérivés en circulation. 


Les opérations sont désormais bien plus importantes sur ces produits que sur les titres cotés eux mêmes . 


Dans ces conditions , il est tout à fait logique que la Société Deutsche Boerse ait renoncé à l'achat d'une plate forme régulière , contrôlable par des comptables et par la justice .. Elle préfère continuer à opérer dans l'opacité qui la caractérise .. ou celle qui caractérise ses actionnaires ..


Dans ces conditions, on peut également se demander quel sera le commissaire aux comptes , l'expert comptable, ou encore le Conseil d'Administration, qui aura la légereté de signer des comptes bancaires dont il n'a aucun moyen de vérifier la véracité .. 


Enfin,  on ne peut que se demander quelle est la valeur des comptes présentés par les banques pour justifier certaines opérations ou certaines condamnations , puisqu'elles ont tout loisir de dissimuler, via ces plates formes,   les opérations qui ne seraient pas dans le sens qu'elles veulent démontrer .. 


On ne peut évidemment que se poser la question suivante : que vaut la cotation boursière d'une banque dont les informations comptables ne sont plus vérifiables par qui que ce soit . 


Enfin,  cerise sur le gâteau , à quoi correspond une taxe sur  des transactions financières dont le principal opérateur Européen (Deutsche Boerse) a décidé qu'elles n'étaient plus suffisantes en nombre pour susciter son intérêt : je parle bien entendu de la plate forme régulière qui se nomme Euronext .. 


Et la justice B......  elle fait quoi ???
 Ou plus exactement le législateur ??? il fait quoi ??
 Ou encore Finances Watch , ils font quoi ?? 


http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/09/deutsche-borse-ne-serait-…
La finance de l'ombre pèse 67000 milliards de dollars : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-systeme-bancaire-echappe-toujours-aux-regulateurs_360982.html
http://fipcarolinep.xooit.fr/t17-Qui-va-superviser-la-Finance-Europeenne.ht…


Dernière édition par shadok le Mer 9 Jan - 23:06 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:01 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:06 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

INTERVIEW-Nasdaq regarderait à coup sûr le dossier Euronext - DG (Reuters)


INTERVIEW-Nasdaq regarderait à coup sûr le dossier Euronext - DG
09/01 | 21:07

Nasdaq OMX réfléchirait sans nul doute à la possibilité d'une offre sur Euronext, l'opérateur des Bourses de Paris, d'Amsterdam, de Bruxelles et de Lisbonne, si ce dernier était mis en vente, a déclaré Robert Greifeld, directeur général du groupe américain, dans le cadre d'un entretien à Reuters.
"Nous n'aurons pas d'autre choix que d'examiner le dossier. Je ne dis pas que nous ferons une offre mais nous devrons jeter un coup d'oeil", a-t-il dit.
Le 20 décembre, IntercontinentalExchange (ICE) a annoncé le rachat de Nyse Euronext , une opération de 8,2 milliards de dollars (6,2 milliards d'euros) motivée avant tout par les perspectives du marché des produits dérivés financiers.
ICE a d'emblée déclaré qu'il chercherait à se séparer d'Euronext, la branche européenne de Nyse Euronext, en l'introduisant en Bourse une fois l'acquisition achevée au second semestre de l'an prochain. (voir )
Selon Robert Greifeld, si jamais Euronext devait être mis en vente, ce ne serait pas avant 2014 étant donné le temps que mettront ICE et NYSE à se rapprocher.
Ce laps de temps est plutôt une bonne nouvelle puisque cela permettra d'y voir plus clair sur l'environnement macro-économique en Europe, a-t-il ajouté.
Prié de réagir aux déclarations de Robert Greifeld, le directeur général adjoint de NYSE Euronext Dominique Cerutti s'est refusé à tout commentaire.
 

 
 
 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:10 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Home

The Historic Inversion In Shadow Banking Is Now Complete

Submitted by Tyler Durden on 12/09/2012 16:36 -0500




Back in June, we wrote an article titled "On The Verge Of A Historic Inversion In Shadow Banking" in which we showed that for the first time since December 1995, the total "shadow liabilities" in the United States - the deposit-free funding instruments that serve as credit to those unregulated institutions that are financial banks in all but name (i.e., they perform maturity, credit and liquidity transformations) - were on the verge of being once more eclipsed by traditional bank funding liabilities. As of Thursday, this inversion is now a fact, with Shadow Bank liabilities representing less in notional than traditional liabilities.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:31 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

L’INVITÉ Mercredi9 janvier 2013

2013 ou l’heure de vérité
La politique actuelle n’est qu’un écran de fumée visant à cacher une situation de risque systémique totalement inconnue jusqu’ici, par Pierre Leconte, président du Forum monétaire de Genève et gérant de fortune en Suisse


2013 ou l’heure de vérité
Pierre Leconte*
La politique actuelle n’est qu’un écran de fumée visant à cacher une situation de risque systémique totalement inconnue jusqu’ici, par Pierre Leconte, président du Forum monétaire de Genève et gérant de fortune en Suisse
* Président 
du Forum monétaire 
de Genève 
et gérant 
de fortune 
en Suisse
La Réserve fédérale n’a jamais pratiqué, dans l’histoire des banques centrales, une politique aussi laxiste. Elle achète pratiquement sans limite les obligations d’Etat émises par les Etats-Unis ou les agences gouvernementales de ce pays. Et elle imprime tout aussi sans limite et ex nihilo autant de dollars que nécessaire pour lui permettre d’atteindre cet objectif, comme pour entretenir ad infinitum la surévaluation extrême des actifs (actions comme obligations). Cela gonfle tellement son bilan, composé de papiers pourris c’est-à-dire sans valeur réelle, que celui-ci est hypertrophié. L’Etat fédéral n’a jamais connu, en temps de paix, un déficit budgétaire aussi important ni n’a été aussi surendetté, puisqu’il doit de nouveau solliciter du Congrès un onzième relèvement consécutif du plafond de sa dette publique, dont le principal n’est plus remboursable. Il continue pourtant d’augmenter à vitesse exponentielle. Toute cette gabegie a été rendue possible par la cessation de la convertibilité du dollar en or, la généralisation du mécanisme des réserves fractionnaires et la manipulation des taux d’intérêt à court terme que la Fed (comme plusieurs autres banques centrales) a réussi à fixer à un niveau négatif. Elle a ainsi rendu pour le moment quasiment indolore l’endettement généralisé de la plupart des acteurs étatiques ou privés.
Tant Bernanke qu’Obama et leurs supporters keynésiens estiment que les contraintes qui s’imposent à toute banque centrale et à tout Etat se trouvant dans des situations aussi dégradées ne s’appliquent pas à eux. En effet, le dollar étant la monnaie de réserve mondiale, ils disposent d’un blanc-seing permanent pour imprimer de la fausse monnaie et pour s’endetter. Le but est de financer le train de vie des Américains, lequel a depuis longtemps dépassé leurs moyens réels, sans que cela entraîne à un moment ou à un autre la chute des actifs US, notamment du dollar. Le dérapage inflationniste majeur et/ou la perte de confiance généralisée à l’endroit desdits actifs se traduiront par exemple par une forte remontée des taux d’intérêt à moyen et long terme (que les banques centrales ne contrôlent que difficilement, ainsi que le montre l’exemple de la hausse de ces taux dans les Etats les plus endettés de la zone euro). 2013 nous dira s’ils ont eu raison ou s’ils ont eu tort. Ce sera, en quelque sorte, l’heure de vérité.





Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:56 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Sur les market makers :




  1. Market maker - Wikipedia, the free encyclopedia
    en.wikipedia.org/wiki/Market_maker
    market maker is a company, or an individual, that quotes both a buy and a sell price in a financial instrument or commodity held in inventory, hoping to make a ...

    In currency exchange - In stock exchange - How a market maker makes money





  2. Market Maker Definition | Investopedia
    www.investopedia.com/terms/m/marketmaker.asp
    A broker-dealer firm that accepts the risk of holding a certain number of shares of a particular security in order to facilitate trading in that security. Each market ...



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 9 Jan - 23:59 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

  1. Market Maker
    www.sec.gov/answers/mktmaker.htm
    17 Mar 2000 – Market Maker. A "market maker" is a firm that stands ready to buy and sell a particular stock on a regular and continuous basis at a publicly ...





  2. Marketmaker
    www.marketmaker.com/
    The CFD Terms of Business for MarketMaker remain applicable to your use of the Application. For the avoidance of doubt, please accept that the limitations on ...





  3. What is a Market Maker and How do Market Makers Make Money
    beginnersinvest.about.com/od/beginnerscorner/l/blmarketmakers.htm
    Market makers are banks and brokerages which stand by all hours of the trading day with a firm ask and bid price on a stock. They are compensated by the ...





  4. NYSE Arca Equities Market Making | U.S. Equities
    usequities.nyx.com › Markets › NYSE Arca Equities
    The all-electronic NYSE Arca relies on a system of competing Market Makers to provide a fast, efficient, and consistent marketplace for all participants, including ..



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 10 Jan - 00:01 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Who Are Market Makers? by OptionTradingpedia.com
www.optiontradingpedia.com/market_makers.htm

by Jason Ng Yeow Khoon

Find out who Market Makers are, how Market Makers make money and what role Market Makers play in options trading.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 10 Jan - 00:15 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Ils sont tous là :


Les Barons populaires 
Roman Abramovitch Sheldon Adelson Bernard Arnault Jean-paul Baudecroux Vincent Bolloré Martin BouyguesRichard Branson Warren Buffett Albert Frère Bill GatesPhilip Green Carl Icahn Steve Jobs Li Ka-shingArnaud Lagardère Maurice LévyLakshmi Mittal Rupert Murdoch Jean-charles Naouri Nelson Peltz François-henri PinaultVladimir Potanine Jim Rogers Johann Rupert Naguib SawirisMarc Simoncini Carlos Slim George Soros Donald TrumpJochen Zeitz
Les Barons de A à Z



Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 01:34 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

La marche vers la future Union Bancaire 


Sait-on qu'au coeur de la crise de l'euro, fin 2011, certaines autorités de contrôle nationales ont refusé de faire la transparence sur l'état réel de leur système bancaire et les risques portés ? Qu'elles ont caché leurs résultats ? Inadmissible ! Irresponsable ! Mais parfaitement légal.
Donc, en mars 2014, l'Union européenne sera dotée d'une institution de contrôle unique pour ses 200 plus grandes banques - pesant chacune 30 milliards d'euros d'actifs ou 20 % du PIB de leur pays d'origine - rattachée à la Banque centrale européenne (BCE) et capable de "rivaliser" avec ces acteurs globaux.
Même si la BCE concentre beaucoup de pouvoirs pour une institution non élue démocratiquement - elle s'est arrogée, le temps d'une crise, le rôle, vacant, depouvoir exécutif de la zone euro -, c'est une avancée, à plus d'un titre.
D'abord parce qu'il n'était pas pensable de laisser gonfler les actifs des banques plus longtemps - ceux-ci représentent 350 % des PIB européens nationaux, contre 75 % aux Etats-Unis - sans les doter d'une supervision digne de ce nom.


En effet, l'accord trouvé est un compromis qui tolère deux champs d'exclusion : il n'intègre ni les banques britanniques, ni, en Allemagne, les familles des Caisses d'épargne, des banques coopératives et des banques des Länder !
De quoi frémir si l'on mesure l'ampleur des dégâts causés par les premières - deux générations de Britanniques vont devoir payer pour leurs excès ! - et le poids des secondes qui représentent de 50 % à 70 % du secteur bancaire allemand.


Et surtout : 
Grâce à ce système fédéral de gestion des crises, le lien entre banques et Etats, entre dettes bancaires et dettes publiques, en cause dans la crise de l'euro, sera rompu. 


Une banque mettant en péril le système financier pourra être démantelée, selon un vade-mecum préétabli (ou sauvée , à la charge des contribuables sans que les Parlements soient consultés) .. 


Le MES prendra le relai , sans avoir de comptes à rendre et encore moins de justification à fournir . 


La tutelle financière aura effectivement rompu tous les liens avec le politique .... 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 09:19 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Le Meilleur des Mondes en marche. Hold Up.

Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 12:14 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Un autre article sur le blog à Lupus : 
Banques : le risque Français est sous-estimé 


«Le G20 est biaisé politiquement. Il a critiqué les banques chinoises mais il n’a pas pointé du doigt les banques françaises lors de ses évaluations. Pourtant, selon notre modèle, les banques françaises sont plus risquées. Ce n’est pas parce qu’elles sont gérées pas des énarques que l’on peut dire que tout ira bien.» Michael Rockinger, professeur de ­finance à HEC Lausanne, veut précisément éviter que des facteurs politiques puissent influencer l’appréciation des risques dans le secteur bancaire. Dans ce but, le Centre pour la gestion des risques à Lausanne (CRML) a adapté pour l’Europe un modèle initialement développé par le professeur Robert Engle de l’Université de New York.
Infographie. Et si une nouvelle crise financière se produisait ces prochains mois?
Ce modèle veut constituer une alternative aux évaluations fournies par les agences de notation et les institutions pouvant être influencées par la politique, à l’exemple de la Banque des règlements internationaux. Les premiers résultats de ces recherches sont déjà disponibles. Les approfondissements pour l’Europe seront rendus publics prochainement, comme l’a appris Le Temps en exclusivité.
PLUS DE RISQUE SYSTEMIQUE:
Première surprise: le modèle indique que les instituts financiers en France présentent des risques aussi élevés que ceux de Grande-Bretagne. Durant la dernière décennie, les instituts financiers français ont affiché ce que Michael Rockinger appelle le risque systémique à hauteur de 262 milliards d’euros en moyenne. C’est davantage que les 247 milliards pour les établissements de la City! Ces montants, qui représentent le besoin en capital nécessaire en cas de forte correction des marchés, correspondent à près de 10% du produit intérieur brut de la France et du Royaume-Uni, deux pays dont la dette publique atteint déjà des records. L’Allemagne vient ensuite avec 200 milliards d’euros. En Suisse, ce montant s’est établi en moyenne à 107 milliards. A noter que durant la phase aiguë de la crise, de 2008 et 2012, ce sont les banques britanniques qui ont fait encourir le plus de risques à leur gouvernement.
Reste que parmi les dix instituts qui, selon ce modèle, présentaient début janvier les risques systémiques les plus importants au monde, trois sont français. Après le premier rang occupé par Deutsche Bank, dont le besoin de refinancement en cas de krach est estimé à 153,4 milliards d’euros, Crédit Agricole présente le second niveau de risque le plus élevé avec 139,4 milliards, suivi par Barclays avec 131,8 milliards. BNP Paribas (121 milliards) est en cinquième place, alors que Société Générale (87,5 milliards) est située au huitième rang. UBS figure au 13e rang, Credit Suisse à la vingtième place. En comparaison du secteur bancaire, les géants de l’assurance comme Axa (en 24e place) et Allianz présentent un risque systémique beaucoup plus faible.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 12:28 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

LUNDI FINANCE

BANQUES: LE RISQUE FRANÇAIS EST SOUS-ESTIMÉHEC Lausanne a adapté pour l’Europe un modèle d’évaluation du risque systémique. Les établissements de l’Hexagone et de Grande-Bretagne sont les plus exposés en cas de nouveau krach. Ce modèle veut éviter l’influence de critères politiques


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 20:39 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Fusion des pertes privées et des dettes publiques dans les projets de l'UE .. 
http://www.ft.com/intl/cms/s/0/2d3b9268-5d8d-11e2-a54d-00144feab49a.html#ax…
High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. See our Ts&Cs and Copyright Policy for more detail. Email ftsales.support@ft.com to buy additional rights. http://www.ft.com/cms/s/0/2d3b9268-5d8d-11e2-a54d-00144feab49a.html#ixzz2HybYMNli


 
Citation:
The plan, circulated late last year among eurozone finance ministry officials, would force struggling countries to either invest in failing banks alongside the rescue fund, the European Stability Mechanism, or guarantee the ESM against any losses.


High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. See our Ts&Cs and Copyright Policy for more detail. Email ftsales.support@ft.com to buy additional rights. http://www.ft.com/cms/s/0/2d3b9268-5d8d-11e2-a54d-00144feab49a.html#ixzz2Hybq3kxq


By forcing burden-sharing on struggling countries, the plan raises questions about EU leaders’ vow to “break the vicious circle” between failed banks and their host governments.
In Ireland, Cyprus and Spain, billions of euros in national funds needed for bank bailouts exploded sovereign debt levels, forcing Dublin and Nicosia into full-blown government bailouts and pushing Madrid to the precipice of a similar rescue.
Many in Ireland and Spain had hoped that proposals for so-called direct recapitalisations in failing banks by the ESM, agreed in June, would be a game changer that would shift the cost of bank bailouts from their sovereign books on to the ESM, which is funded by all 17 members of the single currency.
A full shift would end one of the most poisonous dynamics of the eurozone crisis and protect sovereign governments from being brought low by bank rescues that, in the case of Ireland, amounted to 40 per cent of GDP.
Instead, the two-page proposal drafted by the European Commission would force countries that could afford it to inject their own national funds into failing banks to make them viable before the ESM would shell out any of its own cash.
In the case of a country that would face insolvency after a bank bailout, the national government would still have to “indemnify the ESM for any loss”, or guarantee the ESM would get all its money back.
“Member states’ complacency has been evident in the politics of ESM direct bank recapitalisations for some time,” said Mujtaba Rahman, a Europe analyst at the Eurasia Group risk consultancy. “We are far from the clean break between banks and sovereigns leaders signed up to in June.”
Senior eurozone officials declined to comment on the draft, other than to say EU leaders had given them until June to come up with a final decision and that the draft was likely to be changed in the interim.





La discussion sur la séparation des activités bancaires appartient bien au passé . Non seulement elles ne seront pas séparées , mais on nous collera l’intégralité de leurs pertes sur le dos .. y compris et surtout celles liées à la spéculation sur leurs produits dérivés à travers les marchés incontrolables , ceux de la finance de l’ombre ..
Donc on est dans le même cas de figure que quelqu’un qui vient de se faire cambrioler et qui devra en plus payer le véhicule du cambrioleur pour que ce dernier se fasse la malle ;. avec une petite prime en sus pourqu’il puisse repartir vivre une nouvelle vie dans de bonnes conditions ailleurs !!!
Et en plus il faudra dire Merci
Au secours AU FOU !!!


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 20:57 (2013)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français Répondre en citant

Le MES, alimenté pas les gouvernements, qui paieront deux fois ainsi, comme Margaret Thatcher "want his money back", sauf que ce n'est pas vraiment sont argent.

Hold up définitif.


Un des commentaires :


High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. See our Ts&Cs and Copyright Policy for more detail. Email ftsales.support@ft.com to buy additional rights. http://www.ft.com/cms/s/0/2d3b9268-5d8d-11e2-a54d-00144feab49a.html#ixzz2HykPB4mX

Musso | January 14 11:32am | Permalink 
* That countries that could afford will inject their own national funds into failing banks before ESM, that's self-evident: one needs no treaty to get sure of that. The whole point is the guarantee to the ESM for "for any loss". Sounds very Finnish, btw. 
* All in all, it means that no agreement will be reached before the German elections, in October. 
* Thereafter, I suspect ECB-supervisor will make some dirty discoveries within a bunch of German banks. So that the whole ESM-deal (with no guarantee "for any loss") will suddenly become much easier to be done.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:10 (2016)    Sujet du message: Deutsche Boerse n'est plus intéressé par Euronext ... ou scénario annoncé de la mort du marché boursier Français

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com