FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ?
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Dernier BILLET: Face aux Faiseurs de Guerre: l'armée des ombres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:08 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Les derniers cafouillages de l'Etat français sur les nominations au Conseil d'Administration de EADS masquent une réalité qui risque d'être beaucoup plus dérangeante à terme . 


Entre Tom Enders, qui est membre du Comité de Direction du   Groupe Bilderberg . (2)
Laskshmi Mittal qui est déjà au conseil d'administration, reconduit malgré ses invraisemblables promesses de gascon et la manière dont il a détruit la sidérurgie Française  avec Goldman Sachs comme Conseil .. 


La participation et l'influence  de Lagardère derrière qui se cache un certain QIA .. Qatar Investment Authority , qui est également l'un des plus gros actionnaires du LSE (London Stock Exchange) et dont on aimerait bien avoir plus d'informations sur les actionnaires eux mêmes . (1)


On en a déjà sur les fonds gérés par le QIA  et le LIA (Lybian Investment Authority)  et je ne peux que conseiller ce remarquable article paru en Février 2012 sur la personnalité et les noms  des conseils du cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, Président du QIA , en l'occurence, Goldman Sachs et Carlyle ..!!!!(3)


Effectivement, comme d'habitude , ce n'est pas Trichet qui risque de voir grand chose à cet invraisemblable prise de contrôle de notre industrie aérospatiale par les financiers et les stratèges américains ..  ... Souvenez vous de sa brillante supervision du Crédit  Lyonnais alors qu'il était Directeur du Trésor .


Il n'est pas nécessaire de s'étendre sur les relations entre Carlyle et la CIA .. et encore moins sur les Conseils de In Q TEL , le fonds d'investissement de la CIA ou l'on retrouve , O surprise , l'ex Président de Goldman Sachs  
 In-Q-Tel Board of Trustees : Stephen Friedman, Senior Principal of Marsh & McLennan Capital, Inc., and former Chairman of Goldman Sachs and Co (4)


Il suffit de regarder les liens et les conseils de ces différents maillages et interactions d'actionnaires pour savoir que l'avenir de EADS se décidera non pas à Berlin, à Bruxelles ou à Paris , mais bien à Washington (5). 


Il y a 8 jours Ria Novosti publiait une superbe analyse (7) sur les enjeux et les rivalités  pour l'exploitation des réserves énergétiques grecques et Chypriotes précisant la chose suivante : 


 
Citation:
Le ministre grec de la Défense a déclaré que l'heure était venue de se débarrasser de l'antiaméricanisme traditionnel. Dans un article publié par la presse occidentale, l'ex-premier ministre grec Georges Papandreou a suggéré aux Etats-Unis de former un nouveau "plan Marshall vert" pour la Méditerranée – une région "cruciale pour la sécurité internationale des USA".
Selon Papandreou, le projet européen est aujourd'hui menacé, la situation nécessite le retour du leadership américain et ce sont les USA qui doivent lancer une "large initiative énergétique, diplomatique et pacifique qui unirait le Proche-Orient, la Méditerranée et l'Europe grâce à la coopération énergétique".
Par ailleurs, les Etats-Unis et les pays européens cherchent à affaiblir l'influence de la Russie dans la région. Le 8 janvier, à la question de savoir ce qu'elle pensait de la vente de la compagnie gazière grecque DEPA et de sa filiale de transport de gaz DESFA à Gazprom, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland a déclaré que la Grèce prenait des décisions autonomes dans le domaine énergétique, en conformité avec ses propres lois et les règlements de l'UE, mais que Washington suggérait à tous les pays de diversifier leurs sources d’énergie.
Selon Athènes, la Russie a officieusement mais clairement montré qu'elle devait remporter l'appel d'offres lorsqu'en novembre 2012 Gazprom a soudainement annoncé qu'il ne construirait pas en Grèce de déviation du gazoduc South Stream.
Quant aux Etats-Unis, ils ont intérêt que les compagnies gazières grecques se retrouvent entre les mains des entreprises locales, avec lesquelles les USA ont des relations étroites depuis longtemps. D'autant que le coût des entreprises en cours de privatisation augmentera fortement s'il devenait possible de convenir d’itinéraires de livraison du gaz à partir des nouveaux gisements.



Et quelques jours plus tard, nous apprenions très curieusement que le Qatar investissait 1 Milliard d'euros dans les PME grecques ... (8)

 
Citation:
Hamad ben Jassem Al-Thani, cité par l'agence d'information officielle QNA, a annoncé son intention d'investir un milliard d'euros dans des PME grecques, par un fonds d'investissement commun avec la péninsule, en pleine récession.






Le processus de colonisation continue ... Après la Grèce , Arcelor , EADS ... 





1. http://www.slate.fr/story/52287/eads-lagardere-cheval-de-troie-du-qatar
2. http://www.algerieinfos-saoudi.com/article-les-dessous-des-investissements-…
3. http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Enders
4. https://www.cia.gov/library/publications/additional-publications/in-q-tel/i…


5.Actionnariat de Daimler : http://fr.wikipedia.org/wiki/Daimler_(entreprise)#S.C3.A9paration_de_Daimler_et_de_Chrysler

6. http://www.secinfo.com/d11MXs.vwrt.htm
7. http://fr.rian.ru/discussion/20130129/197369141.html
8. http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/30/le-qatar-investit-dans-le…











Dernière édition par shadok le Jeu 7 Fév - 16:48 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:08 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:35 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Mittal has been a member of the board of directors of Goldman Sachs since 2008,[11] and is also member of the board of directors of the European Aeronautic Defence and Space Company.[12] He sits on the World Steel Association's executive committee,[13] and is a member of the Indian Prime Minister’s Global Advisory Council,[13] the Foreign Investment Council in Kazakhstan,[13] the World Economic Forum’s International Business Council,[13] and the Presidential International Advisory Board of Mozambique.[13] He also sits on the advisory board of Northwestern University's Kellogg School of Management in the United States[13] and is a member of the board of trustees of the Cleveland Clinic.[13]

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:43 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Qatar Investment Authority :


http://fr.wikipedia.org/wiki/Qatar_Investment_Authority




Investissements[modifier]
Le QIA contrôle un peu plus de 6 % du capital d'EADS, 15,1 % des actions du London Stock Exchange et 17 % de Volkswagen.
Il est actionnaire du Groupe Lagardère à hauteur de 12,83 %2.
Le 31 mai 2011, QIA a acheté 70 % du capital du club de football Paris Saint-Germain au groupe américain Colony Capital (qui en détenait alors 95,8 %)3. Le 6 mars 2012, il lui a racheté les 30 % restant4
Le 4 juin 2012, le QIA a acheté 100 % du capital du Paris Handball5.
QIA achète, à Paris, l'Hôtel Lambert, l'Hotel Kinski, l'Hôtel Landolfo-Carcano6, l'Hôtel d'Évreux, le Majestic, l'Hôtel Gray d'Albion7, l'Hôtel Coislin, les immeubles du Virgin Megastore (le 5 juin 2012)8, de HSBC et du Lido (décembre 2012)9sur les Champs Elysées10, le Royal Monceau et le Peninsula.
Liste des investissements11 :

.../...


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:46 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

http://en.wikipedia.org/wiki/Qatar_Investment_Authority


Investments
Qatar Investment Authority holds a smaller stake in Fisker Automotive, most likely 10% to 15%.[[i]citation needed[/i]]
On 8 May 2010, Qatar Holding, an indirect subsidiary of QIA, purchased the Harrods Group from Mohamed Al-Fayed, including the Knightsbridgedepartment store.[4] QIA are also the largest shareholder in Sainsbury's.[[i]citation needed[/i]]
On December 3, 2010, Qatar Investment Authority, along with Colony Capital and Tutor-Saliba Corporation, was part of an investment group known as Filmyard Holdings, which purchased Miramax from Disney[5]
In February 2012 it completed the acquisition of Credit Suisse's headquarters in London. QIA holds a 6% stake in Credit Suisse and owns shares in Apeldoorn, the majority owner of Canary Wharf Group. Qatari Diar, a property arm of the fund, along with Canary Wharf, won a £300mn deal to redevelop the Shell Centre in London that houses the Royal Dutch Shell's London headquarters.[6] The French government has offered tax exemptions for Qatari real estate investments in the country and have acquired almost $4 billion of property.[7]
In May 2012, it acquired a stake below 3% in Royal Dutch Shell. It has announced a plan to raise its stake to 7%.[8]
In late 2012 Qatar Sports Investments (QSI) completed a buyout of the French football club Paris Saint-Germain F.C. (P.S.G.), which valued the club at $130 million.[7] QSI invested a further $340 million in the club, they had bought the P.S.G. handball team the previous year.[7] The Qatari president of P.S.G., Nasser Al-Khelaifi is also the director of Qatari owned television network Al Jazeera Sports, which launched French television channels beIN Sport. Qatar has also offered to finance social programs in French suburbs, which has attracted criticism.[7]
In Janurary 2013, Qatar Holding an indirect subsidiary of QIA, has said it will invest $5 billion into petrochemical projects in Malaysia in the next three to four years. The investment is said to help Malaysia compete with neighbouring Singapore to become the region’s top petrochemical hub. [9]


[edit]


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:51 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

http://www.arabianbusiness.com/companies/qatar-investment-authority-68451.h…

Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 13:54 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Ce n'est pas pour en retirer des profits .. c'est pour détruire cette industrie qui se porte bien et qui fait de l'ombre à ses concurrents de l'autre côté de l'atlantique .. 

Ca a très bien marché avec la Grèce 

Ca a très bien marché avec arcelor .. 

Ca peut très bien marcher avec EADS


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 14:13 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

DAIMLERCHRYSLER AG - SEC Info - the best EDGAR online ...
... which is nearly 10% of the capital stock of €2,647,249,009.60 ... of DaimlerChryslerLuft- und Raumfahrt Holding AG and DaimlerChrysler Aerospace AG, ...
www.secinfo.com/d11MXs.vwrt.htm - Cached


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 14:57 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Daimler dégage un bénéfice record en 2012 grâce à EADS
07/02 | 09:21 | mis à jour à 09:30 | Jean-Philippe Lacour 
 
Le constructeur allemand d'automobiles et de camions a publié ses résultats marqués par une marge opérationnelle en retrait, tandis que son bénéfice net doit sa progression à la plus-value dégagée sur la cession des titres EADS. 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 16:21 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Daimler AG (anciennement DaimlerChrysler AG), dont le siège social est à Stuttgart enAllemagne, est un constructeur d'automobiles et de camions ainsi qu'un fournisseur de services financiers (via Daimler Financial Services). Le groupe est aussi détenteur de 22 % du groupe aéronautique EADS, propriétaire notamment d'Airbus.
DaimlerChrysler est né de la fusion en 1998 de Daimler-Benz AG (Allemagne) et de Chrysler Corporation (États-Unis). La transaction a été annoncée le 7 mai et a pris effet le 12 novembre. Le groupe produit des voitures et camions sous les marques Mercedes-Benz,MaybachSmart (Daimler-Benz AG) entre autres. En 2007, suite aux mauvais résultats du groupe, la branche Chrysler du groupe est revendue et en octobre, la société est renommée Daimler AG.


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 16:49 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Mise à jour faite avec l'intervention du Qatar en Grèce .. et son milliard d'investissement dans les PME locales !!!!

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 16:55 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

  1. Le Figaro - Flash Eco : Grèce: le Qatar investit 747 millions
    www.lefigaro.fr/.../97002-20111003FILWWW00... - Translate this page
    Oct 3, 2011 – Le Qatar va investir un milliard de dollars (747 millions d'euros) dans l'exploitant d'une mine en Grèce, le groupe minier European Goldfields.





  2. Athènes va tenter de convaincre le Qatar d'investir en Grèce ...
    www.20minutes.fr/.../athenes-va-tenter-convaincre... - Translate this page
    Athènes va tenter de convaincre le Qatar d'investir en Grèce. Mis à jour le 20.11. 12 à 16h51. Le Premier ministre grec Antonis Samaras se rendra au Qatar la ...





  3. Grèce : le Qatar va investir un milliard d'euros via un fonds d ...
    www.lesechos.fr/.../0202535112720-grece-le-qata... - Translate this page
    Jan 30, 2013 – Alors que la Grèce entre dans sa sixième année de récession, le Qataret la Grèce vont investir chacun un milliard...





  4. Le Qatar investit en Grèce: bon samaritain ou ogre capitaliste ?
    www.huffingtonpost.fr/.../qatar-investit-grece-fran... - Translate this page
    Jan 30, 2013 – QATAR - La moisson européenne continue pour le petit émirat. Après la création de fonds communs en France et en Italie, le Qatar a signé un ...





  5. Embassy of the state of Qatar in Athens
    www.qatarembassy.gr/index.php?new_language=2
    The Embassy of the State of Qatar in Athens would like to draw your attention towards “cases of fraud” that have been recently revealed in the press as well as in ...





  6. L'exploitation de l'or grec : le Qatar investit 747 millions d'euros
    www.latribune.fr/.../le-qatar-profite-de-la-crise-po... - Translate this page
    Oct 3, 2011 – Le Qatar investit 1 milliard de dollars dans le groupe minier European Goldfields, dont 600 millions pour financer des activités d'extraction d'or ...





  7. Grèce : “Un premier pas pour un soutien du Qatar” | Presseurop ...
    www.presseurop.eu/.../3339261-un-premier-pas-p... - Translate this page
    Jan 30, 2013 – “Le Qatar versera 1 milliard d'euros, dans un fonds commun si la Grècefait de même”, explique le quotidien, qui précise que l'émirat a conclu ...



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 7 Fév - 18:58 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Thomas Enders

  • Chief Executive Officer, EADS, Netherlands

 
Studies in Economics, Political Science and History, University of Bonn and University of California, Los Angeles; 1987, Doctorate in Political Science, University of Bonn. Major, Reserve, German army. 1991, with MBB-Dasa; Director, Corporate Development and Technology, Dasa. With EADS: 2000, Chief Executive Officer, Defence and Security Systems Division; 2005, Chief Executive Officer. With Airbus: 2006, Chairman, Shareholders' Committee; August 2007, Chief Executive Officer, Airbus; since June 2012, Chief Executive Officer, EADS. President, German Aerospace Industries Association. Chair, Atlantik-Brücke. Interests: mountaineering, skiing, skydiving, private pilot licence for helicopters.


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 02:04 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

La grande braderie du patrimoine public des Français 
Une OPA Géante sur la France 
Par Jean Roux (octobre 2006) 

Biographie de l'auteur
Jean Roux est commissaire aux comptes, fiscaliste international et historien, lauréat du Conseil supérieur de l'Ordre national des experts-comptables. 
Il est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages : comptabilité nationale et statistique, économie socialiste, sciences commerciales et administratives, informatique, industrie cinématographique, fiscalité patrimoniale internationale comparée. 

Présentation de l'éditeur
Trois mille cinq-cents heures de travail pour regrouper, sur cinq ans, 18 000 articles de presse économique et financière... 

Ce livre n'apporte aucune révélation, mais il est le premier à mettre en perspective et à décrire la gigantesque " Opération Publique d'Achat " sur le patrimoine public des Français, et ce AU PROFIT des GRANDES SOCIETES MULTINATIONALES et des FONDS DE PENSIONS AMERICAINS. 

La DEPOSSESSION porte sur 500 milliards d'euros d'actifs : grandes sociétés nationales, transports aériens et ferroviaires, aéroports et réseaux autoroutiers, bâtiments publics, foncier domanial, patrimoine historique et artistique, musées nationaux, STOCK D’OR DE LA BANQUE DE FRANCE... 

La privatisation sournoise du système public de protection sociale et de retraites, l'abandon à la spéculation anarchique du domaine public et du littoral, la privatisation rampante de l'eau, de l'image, de l'espace... sont également étudiés, ainsi que les techniques financières de dépossession et les montages sophistiqués sur fond de laxisme et de démission. 

L'auteur souligne le rôle des syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, SUD, CGC, etc.) pour la défense du service public et de l'emploi et contre les délocalisations et la désindustrialisation imposées par Bruxelles. 

Prévision 2010, la France en cessation de paiement ! Après avoir décrit l'évolution des paramètres clés, qui, en dix ans (1989-1999), ont conduit l'Argentine à la cessation de paiement, l'auteur étudie l'évolution de ces mêmes paramètres pour la France et annonce le risque d'une faillite en chaîne des budgets publics à l'horizon 2010 : Etat, caisses de protection sociale et de retraites, collectivités locales ! 

En vingt ans - la double décennie PS/UMP - la dette de l'Etat français aura augmenté de 1 000 milliards d'euros (période 1986-2007, prévision). Le CUMUL DES BRADERIES en cours et de l'augmentation de la dette de l'Etat représente le chiffre effarant de 1 500 milliards d'euros dilapidés... de quoi offrir au peuple français un patrimoine équivalent à 10 millions de logements neufs, de 150 000 euros chacun (1 million de francs). 

La France n'est pas le seul pays européen concerné. Mais la richesse historique considérable de son patrimoine et ses atouts économiques, géographiques, culturels, donnent à ce gâchis sans précédent dans son histoire une dimension toute particulière... existentielle. 

A la vitesse de 1 milliard d'euros par semaine pour le budget de l'Etat, cumulé avec 1 milliard d'euros de déficit par mois pour les budgets sociaux, le peuple français, désinformé et inconscient, marche vers " la finale argentine ", autrement dit vers l'abîme. 

Table des matières
RAPPORT AU PEUPLE FRANCAIS : CHRONIQUE DE LA DILAPIDATION ET DE LA DEPOSSESSION DU PATRIMOINE PUBLIC DES FRANÇAIS 
Le concept de patrimoine national : aspects et enjeux 
Le secteur productif public français (1936-2005) : essor, apogée et liquidation en cours 
Les techniques financières de dépossession des peuples 
Les syndicalistes de France et la défense des services publics 
La dépossession du patrimoine administratifs, militaire et artistique (public) des Français 
Vers le démantèlement du secteur public social et sa privatisation 
Destruction et privatisation de biens d'usage collectif (sites, espace public et image, eau) 
LANCEMENT DE LA PROCEDURE D'ALERTE France 2010 ? LES BUDGETS PUBLICS ET SOCIAUX EN CESSATION DE PAIEMENT 
Le scénario argentin 
La faillite programmée de la France 
La réorganisation prioritaire de l'appareil public de documentation, d'information et de contrôle, base d'un nouvel " art de gouverner 


Ce que nous rapporte Jean Roux est si effarant qu’on a peine le croire. 
Les privatisations opérées en France depuis 1987 auraient été faites, en moyenne à la moitié de la valeur des entreprises : la plus grande spoliation du patrimoine public depuis la vente des biens nationaux. 
Elles ont rapporté de 1984 à 2002 au total 90 milliards € à l’Etat ; elles auraient dû lui en rapporter deux fois plus. 

Tout cela est énorme. Que faut-il en penser ? Jean Roux est un homme sérieux : commissaire aux comptes, financier international et historien, lauréat du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables, il a dépouillé pendant cinq ans toutes les informations et commentaires de la presse économique et les rapports officiels sur les privatisations. 

Ses sources sont donc publiques. Il n’a pas de préjugés politiques apparents et en tous les cas ne remet jamais en cause les privatisations dans leur principe. C’est un homme simplement soucieux de la gestion du patrimoine public, de notre patrimoine. 

On est d’ailleurs loin en la matière d’un clivage gauche droite : la gauche entre 1997 et 2002 (gouvernement Jospin) a privatisé davantage (50 milliards d’€) en cinq ans que les trois gouvernements de droite qui l’avaient précédée en dix ans (40 milliards €), et dans des conditions généralement plus douteuses. 

En 1980, le secteur productif public représentait 1 088 000 salariés ; en 1984, soit après la grande vague des nationalisations Mitterrand, il passe à 1 762 000 salariés (16 % du secteur productif, 17 % du CA, 40 % des immobilisations). Après ce pic historique vient la décrue : il ne représente plus que 1 132 000 salariés en 2003, moins encore aujourd’hui. Il est passé de 10,5 % de l‘emploi productif en 1984, à 5, 3 % en 2000. 
L’estimation d’un rabais global de 50 % est une moyenne entre des opérations relativement convenables et des cessions d’actifs publics particulièrement scabreuses. 
Parmi celles-ci, on citera le cas du BRGM qui vend en 1993 pour 788 millions de F un patrimoine minier estimé ultérieurement à 12 milliards de F ou encore celui de la SFP cédée pour 4,5 milliards € en 2001, un montant que la profession cinématographique française dans sa totalité qualifia de scandaleuse, une opération intervenue après que l’Etat, obligeant les chaînes de télévision à acheter les programmes hors du secteur public, lui eut coupé les ailes. Comment ne pas évoquer aussi la cession en 2001 des Autoroutes du Sud de la France qui permettent à l’acheteur final de réaliser en 2005, et cela sans le moindre risque, une marge brute d’exploitation de 65 % ! L’Aérospatiale elle-même a été cédée à un prix que l’on estime généralement très sous-évalué. 

Aux privatisations d’entreprises proprement dites, s’ajoutent la cession du patrimoine immobilier de l’Etat ou des entreprises publiques, souvent en « bloc » , c'est-à-dire avec des rabais de 50 % : appartements ou bureaux de la Banque de France, de la SNCF, d’EDF, du Crédit lyonnais ou encore la CESSION d’une PARTIE du STOCK d’OR de la BANQUE de FRANCE, « fausse bonne idée » (La Tribune 18 /11/2004) , à un moment où tout laisse supposer que l’or est durablement à la hausse. 
A cela s’ajoutent différentes techniques dont l’effet est aussi la réduction du patrimoine public : externalisation (on en a vu les effets fâcheux dans l’affaire du Clémenceau), titrisation etc. 

Au chapitre de la gabegie de l’Etat et de la légèreté de sa gestion au cours des dernières années, Jean Roux décrit aussi les effets dévastateurs de l’affaire du Crédit lyonnais (1 milliard € au moins pour la seule affaire Executive Life : on dira à juste titre que ces erreurs là sont l’effet de la nationalisation, mais cela ne justifie pas que l’on privatise n’importe comment), la légèreté de la gestion de France-Télécom , qui a fait CADEAU de 11 milliards € à sa filiale allemande Mobicom (dont 8 milliards sont revenus à l’Etat allemand par le biais de la vente d’une licence finalement inutile !). 

Malgré les recettes des privatisations, les années 1980, 1990 et 2000 voient l’endettement public français croître de manière considérable. La dette publique était en 1969 de 15 milliards €, soit 14 % du PIB, en 1981 de 75 milliards (20 % du PIB), en 1986 de 180 milliards (30 % du PIB), fin 2003 de 1000 milliards € (60 % du PIB), début 2006 de 1120 milliards € (66,4 % du PIB), soit 18000 € par habitant et bien davantage par famille, dont plus de 50 % sont détenus par des institutions étrangères. Et rien ne laisse à ce jour prévoir que la dérive de la dépense publique (5 milliards € par mois de déficit) puisse être enrayée. 

Non seulement l’Etat s’est appauvri (807 milliards d’actifs en 1980, 290 milliards en 2002 selon le rapport Pébereau) sans que cela ait un véritable impact sur les finances publiques mais la politique menée a largement favorisé la MAINMISE DE CAPITAUX ETRANGERS SUR L’ECONOMIE FRANCAISE. On connaît la malheureuse prise de CONTROLE DE PECHINEY PAR ALCAN, prélude à son démantèlement : il a été donné à l’auteur de cet article d’assister au spectacle obscène de la remise, sous les applaudissements de la fine fleur de la finance française, du « prix de la meilleure fusion-acquisition de l’année » au PDG d’Alcan. Mais qui sait que la politique fiscale a pour effet de favoriser cette prise de contrôle ? Un DECRET de 1993 pris par le MINISTRE DU BUDGET, EXONERE de tout impôt les DIVIDENDES versés à des FONDS de PENSION ETRANGERS tout en leur maintenant l’avoir fiscal (dispositif auquel un accord franco-britannique ajoute des avantages supplémentaires). 

Selon une estimation du Conseil national des impôts, là où le DIVIDENDE VERSE est de 100, l’INVESTISSEUR NATIONAL national reçoit 54, le FONDS DE PENSION 100 et s’il est ANGLAIS, 145 ! 

Mais de quoi faut-il encore s’étonner quand on voit fin 2005 le gouvernement français appuyer une action d’une mystérieuse société basée à Jersey contre Etamet dont le principal actionnaire est l’Etat français, cette action conduisant à déposséder cette dernière au bénéfice de la société étrangère d’un des principaux gisements de nickel de Nouvelle Calédonie ! Ceux qui agissent ainsi ne commettent pas seulement un crime vis-à-vis des intérêts français, ils ridiculisent notre pays face à la communauté financière internationale ! 

Les INTERETS ETRANGERS qui profitent des PRIVATISATIONS AU RABAIS sont souvent des FONDS DE PENSION AMERICAINS (propriétaires par exemple de 43 % d’EADS). AUTREMMENT DIT, ALORS QUE L’AVENIR DES RETRAITES N’EST PAS ASSURE EN FRANCE, L’ETAT FRANÇAIS SUBVENTIONNE LES RETRAITES DES AMERICAINS ! Cela n’est d’ailleurs pas propre à la France : ce qui se passe dans notre pays s’inscrit dans une POLITIQUE DE PREDATION DE DIMENSION MONDIALE. 

On sait comment la Commission européenne a systématiquement encouragé la politique de privatisation, notamment en permettant cette aberration comptable : prendre en compte les recettes de privatisations dans le budget de fonctionnement de l’Etat, ce qui permet une réduction optique du déficit. 

On sait moins comment, malgré le coup de semonce du 29 mai 2005, cette politique s’est aggravée, en particulier par la cession de ce qui restait d’autoroutes publiques à vil prix. Le projet en cours de discussion de cession de GDF à Suez va dans le même sens. Les sociétés qui ne sont pas encore privatisées, les grands services publics comme EDF, GDF, SNCF, La Poste, sont en réalité les proies les plus juteuses : jouissant d’un monopole durable, ils présentent une sécurité pour l’investisseur bien plus grande que les actifs proprement industriels, surtout s’ils sont acquis au rabais. 

Ce panorama affligeant nous interdit désormais de considérer de haut des pays comme la Russie ou certains pays d’Amérique latine où les privatisations ont été l’occasion d’un pillage généralisé du patrimoine public, générant des fortunes aussi rapides qu’illégitimes : il n’est pas certain qu’en définitive, nous ayons fait beaucoup mieux. Il est décidément bien difficile dans un pays comme la France de trouver les marques du vrai libéralisme responsable, respectueux des deniers publics et par là distinct de la recherche effrénée du profit, de la pure et simple corruption (que l’on devine dans la pénombre des pratiques que dénonce Jean Roux) et de l’irresponsabilité technocratique. 

L’auteur prédit à la France une faillite à la mode argentine pour les toutes prochaines années : cette prédiction est à rendre au sérieux. On lui reprochera en revanche d’entretenir quelques illusions sur les syndicats, seuls défenseurs à son gré du patrimoine public : il semble ignorer que ceux-ci, trop souvent serrés de près par les procédures judiciaires, n’opèrent qu’une mobilisation de façade contre les pratiques qu’il dénonce : leur discrétion dans l’affaire Suez-GDF est stupéfiante. De même Jean Roux apparaît bien naïf quand il s’imagine que les élus locaux sont plus vertueux que les politiques nationaux ! Sur le plan formel, on lui reprochera seulement d’avoir exagérément élargi son sujet (prédation de l’environnement, gaspillages sociaux, exode des œuvres d’art etc.), ce qui peut affaiblir la crédibilité de son ouvrage qui demeure néanmoins une mine de renseignements.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 03:40 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Oui.


http://www.normanpalma.info/blog/index.php?post/2011/12/27/A-propos-de-la-d….


La grande braderie du patrimoine public des Français: Amazon.fr ...
www.amazon.fr › ... › Droit public › Finances publiques - Translate this page
La grande braderie du patrimoine public des Français [Broché]. Jean ... La synthèse d'une OPA géante sur la France... En 2006, la dépossession porte sur plus de 500 milliards d'euros d'actifs : grandes sociétés nationales, ... Consultez la pageJean Roux d'Amazon ... 5.0 étoiles sur 5 L'auteur avait raison 24 octobre 2010 ...


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 8 Fév - 11:30 (2013)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ? Répondre en citant

Visiblement le régime très spécial d'exonération fiscale des dividendes versés aux fonds de pension demeure ... 


Il serait intéressant de savoir ce que nous coutent ces largesses faites aux fonds de pension : 


http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021645865&…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:53 (2016)    Sujet du message: Qui donc est en train de mettre la main sur EADS ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Dernier BILLET: Face aux Faiseurs de Guerre: l'armée des ombres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com