FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 15:22 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

Quand des financiers rentrent dans un processus industriel , en particulier dans l'agro alimentaire , la première chose dont on peut désormais être sûrs en termes de résultat : 
La fraude ne va pas tarder pour optimiser les résultats et la rentabilité du capital .. 


Exemplaire dans le cas Findus 


 
Citation:
L'avenir de Findus, que Lion Capital avait repris en LBO en 2008, semble s'éclaircir. Après neuf mois d'incertitudes, la chaîne de surgelés, conseillée par Rothschild & Cie, a bouclé une restructuration qui conduit le fonds d'investissement à en perdre le contrôle.
Lion Capital détiendra environ un tiers du capital, aux côtés des créanciers juniors Highbridge (21,5%) et JPMorgan (19,6%) qui avaient apporté une dette mezzanine en 2008. Les créanciers seniors, incluant la Société Générale et Royal Bank of Scotland, en détiendront le solde.
Selon les termes finaux de l'opération, 150 millions de livres (187 millions d'euros) sont injectés par Lion Capital dans le groupe. Sur ce montant, 100 millions serviront à rembourser immédiatement la dette senior au pair, tandis que 25 millions seront utilisés pour un remboursement de cette dette en décembre prochain, ont indiqué plusieurs sources bancaires à L'Agefi, confirmant les informations de Standard & Poor's LCD. Le solde (25 millions de livres) restera au bilan du groupe. 













Et comme le précise l'article de la vie culinaire : l'introduction de la viande de cheval dans les lasagnes correspond exactement à la date d'entrée des financiers .. 
 
Citation:
Dans un article de “The Independant”, du 9 février 2013 cette fois, on apprend que selon un document divulgué, les lasagnes contiendraient de la viande de cheval depuis environ 6 mois [2]. Soit, si on fait un petit calcul, exactement depuis que les 2 banques ont investi dans la compagnie…













Ce qui n'est que logique tant qu'on imposera une rentabilité du capital supérieure aux taux de croissance de la production de richesses , le seul moyen pour atteindre cet objectif n'est autre que : "la fraude" .. 


Les dernières conclusions de l'ONG OXFAM sur les dangereuses dérives des grands de l'agro alimentaire indiquent exactement la même chose : Non respect des engagements, de l'éthique , des droits de l'homme , pour satisfaire des actionnaires trop gourmands : 
Nestlé, Danone et Coca-Cola accusés de nuire à l'environnement

 
Citation:
L'ONG Oxfam accuse ces entreprises de ne pas atteindre les objectifs «éthiques» qu'elles se sont fixé...
Selon un rapport publié le 26 février par Oxfam, les dix géants mondiaux de l’agroalimentaire, parmi lesquels Coca-Cola, Danone, Kellogg’s, Mars, Nestlé, Pepsico et Unilever, négligent les droits de leurs millions de fournisseurs dans les pays en développement et ont une politique environnementale peu efficace.















Ce qui n'est pas très étonnant si on lit le contexte actuel et l'aveuglement (volontaire, provoqué?? ) des politiques devant les scandales des géants de l'industrie agro alimentaire . 
Giant Food Corporations Work Hand-In-Glove With Corrupt Government Agencies To Dish Up Cheap, Unhealthy Food


C'est çà la future UNION TRANSATLANTIQUE , ou l'UNION DOUANIERE USA/UE ... qu'on puisse délivrer des produits totalement toxiques, sans contrôle ? 

Le raisonnement est également totalement transposable à la Société TEPCO et au drame de Fukushima .. Puisqu'il est désormais avéré que l'incurie des dirigeants et le non respect des normes imposées par le gouvernement japonais avaient amplifié la catastrophe . 



http://www.agefi.fr/articles/lion-capital-boucle-la-restructuration-de-la-c…
http://www.agefi.fr/articles/findus-repris-par-ses-creanciers-junior-123109…
http://lavieculinaire2.wordpress.com/2013/02/19/de-findus-a-jp-morgan/
http://www.wikistrike.com/article-nestle-danone-et-coca-cola-accuses-de-vol…
http://www.washingtonsblog.com/2013/02/giant-food-corporations-work-hand-in…


Dernière édition par shadok le Mer 27 Fév - 22:28 (2013); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Fév - 15:22 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 15:33 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

Horsemeat scandal linked to secret network of firms | UK news | The ...


www.guardian.co.uk › UK news › Horsemeat scandal
Feb 16, 2013 – ... seem to be using similar companies to arms dealer Viktor Bout...that turned it into frozen meals for the likes of food firm Findus, some of ...



Of fish, flowers, AKs, offshore banking, and now horsemeat | A Fistful ...


fistfulofeuros.net/.../of-fish-flowers-aks-offshore-banking-and-now- ...
Feb 17, 2013 – The horsemeat scandal has taken an unexpected, and possibly very ...used by… ahem…the international arms dealer Viktor Bout to buy some ...

You've visited this page 2 times. Last visit: 2/17/13

Horse Meat Scandal Widens In Europe With Links To Secret ...


www.bubblews.com/news/dislike/239337
Feb 19, 2013 – In the ever increasing +Horse meat scandal in Europe, links have ... at www. guardian.co.uk/uk/2013/feb/16/horsemeat-scandal-victor-bout-firms ...

You visited this page on 2/18/13.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 15:34 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

TRIDENT TRUST COMPANY (CYPRUS) LIMITED :Rise Project


Opaque structure of horsemeat company shows need for company reform | Global Witness


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 17:34 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

NOURRITURE Mercredi27 février 2013

La fraude à la viande au menu du parlement suisse
Hasard du calendrier, le Conseil national doit précisément réviser la loi sur les denrées alimentaires. Les indications d’origine seront sans doute strictes. En parallèle, l’UDC veut profiter du scandale pour torpiller la réforme agraire


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 22:25 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

L'inquiétante extension du scandale de la viande
27/02 | 19:13 | Denis Fainsilber 
 
Fournisseur de viande pour le compte de plusieurs producteurs de plats cuisinés, Gel Alpes a eu recours au même trader que Spanghero. Les contrôles sont renforcés, mais les effectifs pourraient être insuffisants. 


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 22:30 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

Je viens de faire une mise à jour avec le parallèlle avec TEPCO ... C'est bien la recherche du profit court terme qui a entrainé le non respect des normes imposées , la lenteur à prendre les  décisions qui s'imposaient  .. 
Ce ne sont pas les financiers qui ont fait la catastrophe , mais c'est la privatisation de TEPCO qui en a amplifié les conséquences . 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 18:14 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

http://www.regain2012.com/article-et-si-les-hauts-fourneaux-de-florange-ava…

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 18:33 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

17:25 Les salariés de l'ancien pôle vinylique d'Arkema tirent la sonnette d'alarme (Les Echos)


Repris il y a sept mois par le financier américain Gary Klesch l'ancien pôle vinylique d'Arkema Kem One est en mauvaise posture. Les élus du comité central d'entreprise (CCE) du groupe chimique lyonnais ont lancé un droit d'alerte après les informations transmises le 20 février par le directeur financier de la société Nick Dekker. L'ancien pôle de produits vinyliques d'Arkema doit à ses fournisseurs plus de 110 millions d'euros. De surcroît l'arrêt du vapocraqueur de Lavera (Bouches-du-Rhône) provoqué par une explosion entraîne des pertes de plus de 6 millions par mois. Le groupe emploie 1.800 salariés à Saint-Fons, Balan et Lyon en Rhône-Alpes et sur les sites de Fos, Lavera et Saint-Auban en région PACA. Parmi les créanciers de KEM One, figurentGDF et l'Urssaf, mais surtout Arkema et Total qui fournit 300.000 tonnes d'éthylène aux usines de Kem One. La renégociation de ce dernier contrat est bloquée par suite de factures d'un montant de 34 millions non réglées par Kem One. Lors du dernier CCE, le secrétaire général du groupe a reconnu que des réunions avec Arkema, Total et un conciliateur étaient engagées pour trouver une solution. 
 
Les syndicats mettent en cause la gestion « opaque » de Kem One et de son patron, Gary Klesch. La CFDT s'interroge en particulier sur la création de comptes bancaires hors de France, notamment à Malte et à Jersey, et sur les mouvements de fonds entre différentes sociétés du groupe. Un prêt de 15 millions a ainsi été consenti au profit de Kem One France par Kem One Trésorerie, société dotée de 99,5 millions par Arkema lors de la cession de son pôle vinylique. Aujourd'hui, Kem One Trésorerie ne disposerait plus, selon la CGT, qu' « entre 2 et 12 millions de trésorerie en caisse ». Délégué central CGT, Didier Chaix craint que « Gary Klesch organise la faillite de Kem One ». Devant cette situation « qui ressemble de plus en plus à une tromperie sociale et financière (et qui) pourrait déboucher à très court terme sur la mise en place d'une procédure judiciaire », selon Jean-Michel Rovida, délégué central CFDT, les syndicats demandent l'intervention de l'Etat. 

 
Rencontre avec le Préfet
Interrogée la direction se refuse à tout commentaire. L'investisseur américain Gary Klech a été reçu par le préfet du Rhône Jean-François Carenco le 21 février dernier avec le commissaire régional au redressement productif. 
 
Les syndicats divergent sur les solutions à mettre en oeuvre. Alors que la CFDT plaide pour la cession à un véritable industriel capable de prendre en charge les investissements nécessaires à la modernisation des unités de production, estimés à 400 millions, la CGT prône une nationalisation provisoire pour permettre la recherche d'un repreneur industriel crédible avec le concours de la Banque publique d'investissement (BPI). « On est persuadé que l'activité est viable. On a un nombre de clients suffisants pour faire tourner les usines », affirme Didier Chaix. Kem One est le troisième producteur européen de PVC, « des produits à faible valeur ajoutée qui voyagent mal », souligne-t-il. Une production dépendante de deux secteurs d'activités : l'automobile et le bâtiment, pas au mieux en Europe actuellement. 
 
VINCENT CHARBONNIER
 
 
 
 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 28 Fév - 21:27 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

20:05 Allemagne-Enquête sur un cartel présumé dans l'acier (Reuters)

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 1 Mar - 19:58 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

lecteur2 01/03/2013 | 11:28 
 
 
Il serait bon de souligner que pas la plupart des marques d'agro-alimentaire mises en cause actuellement appartiennent à des fonds d'investissement (Picard, Findus, William-Saurin...) 
 
 
 
http://commentaires.lesechos.fr/commentaires.php?id=0202609884318#co171273 


http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/020260…
 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 1 Mar - 20:03 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

MichelP 27/02/2013 | 23:13 

Selon certains renseignements derrière ce trafic pointe l'ombre d'une organisation maffieuse des Pays de l'Est. C'est très dangereux de laisser ce développer ces activités maffieuses et le Gouvernement français doit tout faire pour arrêter ces activités.

http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2013/02/19/cheval-en-bo…
 





http://www.lesechos.fr/journal20130228/lec2_industrie_et_services/020259986…


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 02:20 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

Viande de cheval : cinq filières ont été identifiées
12/03 | 19:17 
 
« Nous avons identifié quatre nouveaux circuits » en plus de la filière Spanghero et « il est possible qu'il y en ait d'autres », a annoncé M. Hamon. 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 10:57 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant


"L'ARNAQUE - La Finance au-dessus des lois et des règles" par Jean de Maillard Vice-Président au Tribunal de Grande-Instance de Paris .
Extraits du livre cité en titre.
« La fraude comme la délinquance sont des variables d’ajustement de l’économie et de la finance »
« Si la fraude, la prédation, ou la spoliation deviennent des modes de gouvernance économique et politique reconnus ou tolérés, comment sont-elles apparues malgré la lourdeur des dispositifs censés les prévenir ? Comment ont-elles pu les subvertir sans que se déclenchent des signaux d’alerte et les réactions institutionnelles servant à les empêcher ? Pourquoi les mécanismes de protection sont-ils tous demeurés inertes ? S’interroger suppose de pouvoir distinguer résolument la fraude individuelle de la transgression collective, au lieu de voir la seconde comme le prolongement de la première . La fraude individuelle peut se dissimuler - d’autant plus facilement  que son auteur est un acteur politique ou économique de premier plan – et n’être découverte que lorsqu’il est trop tard, ou même ne l’être jamais. »
 « Les Etats-Unis ont fait le choix d’une fraude de « haute intensité » -, de même la France a contourné les obstacles politiques et sociaux à l’introduction d’un mode capitaliste et juridique nouveau en laissant les entreprises transgressées discrètement, mais massivement, l’ordre juridique existant sans intervenir . »
« L’entrée dans une nouvelle ère du capitalisme au seuil des années  1980 avait donc un enjeu de taille : comment passer d’un système dans lequel les structures pyramidales et centralisées étaient le pivot autour duquel  s’équilibraient des forces sociales et politiques opposées , résultat d’un compromis social historique encore actuel, à un capitalisme éclaté dans lequel la logique capitalistique n’est plus déterminée que par les nécessités de mises en valeur financière du capital et dans  lequel, par conséquent, autant les modes d’organisation traditionnels de la production que les relations sociales correspondantes apparaissent comme un obstacle ? »
«Or, les entreprises vont progressivement d’abord, massivement ensuite, recourir à toutes sortes de procédés interdits par le droit du travail français afin de passer d’un système assurant la stabilité des rapports sociaux et l’attachement des salariés à l’entreprise à un autre système assurant la flexibilité de la main-d’œuvre et la baisse du coût du travail. »
A titre d’exemple du constat accablant de la fraude économique régnant en France que dresse Jean de Maillard, Vice-Président du Tribunal de Grande-Instance de Paris dans son livre très instructif je citerai une partie du préambule du chapitre 11 intitulé « La Fraude comme alternative à la politique » :
« Ce n’est pas parce qu’elle est très importante que la criminalité crève pour autant les yeux. On tarde à voir une criminalité quand par ailleurs elle remplit des fonctions utiles. La criminalité mafieuse remplie des fonctions sociales. La criminalité financière remplit des fonctions économiques. Quand le système politique, économique et financier ne peut plus se d’elle, la criminalité devient système. »
Je terminerais par un autre constat de Jean de Maillard qui résume ce qui est en train de s’opérer en France en matière de mutation du travail à un rythme accéléré :«comme dans le cas français d’externalisation de l’emploi, les raisons sont d’abord sociales : restituer au capital sa liberté d’organisation et assurer une mutation en douceur et plutôt indolore, en l’espèce, d’une système juridique de protection sociale vers un autre moins favorable . »
Ce livre passionnant dressant un constat sans complaisance et très inquiétant de la société française en devenir est disponible en livre de poche :
http://www.amazon.fr/Larnaque-finance-au-dessus-lois-règles/dp/2070441415/r…


 La fraude n'explique pas tout, mais sans elle on ne comprend rien, 6 mars 2010
Par 
Lionel Conforto "Random Walks in Gex"



Ce commentaire fait référence à cette édition : L'arnaque: La finance au-dessus des lois et des règles (Broché)
"La fraude n'explique pas tout, mais sans elle on ne comprend rien" : cette extrait résume bien le projet du livre et la conception que se fait l'auteur, par ailleurs magistrat, du rôle de la tricherie dans l'économie. La fraude n'est pas un épiphénomène, ou un produit accidentel de l'économie saine. C'en est au contraire un élément systémique, un mode de fonctionnement normal, si l'on peut dire.

Ce livre ne s'imposera probablement pas comme un pilier majeur de la pensée économique, mais je vois au moins 3 bonnes raisons de le lire :
1) le regard historique: De Maillard s'extrait du contexte particulier de notre crise actuelle et la replace dans l'histoire des soubresauts qui ont agité l'économie mondiale depuis 1971, date de la fin de la convertibilité dollar-or décidée par Nixon. L'auteur évoque ainsi les euro-dollars, la fin de Bretton-Woods, les junk-bonds (sur le sujet on pourra lire le roman de Michael Lewis Liar's Poker, existe également en traduction française), la faillite des caisses d'épargne, la chute du hedge-fund LTCM (à ce sujet il existe un excellent livre :When Genius Failed: The Rise and Fall of Long Term Capital Management), etc. Cette perspective historique apporte un éclairage nécessaire sur la récente crise, dite des subprimes.
2) De Maillard n'est pas un économiste, c'est un juriste. Il apporte à la compréhension de l'économie un éclairage décalé, bienvenu dans une discipline qui semble parfois sclérosée par l'ancrage dans un corpus idéologique figé (si cette dernière formule vous semble lapidaire, il suffit d'écouter par exemple les chroniques économiques à la radio pour se convaincre de sa réalité)
3) Enfin, la conception que se fait l'auteur de la crise : la fin de l'économie de rattrapage, amorcée dans les années 60-70, a appauvri les pays anciennement industriels qui se sont endettés pour maintenir artificiellement leur niveau de vie. En raison de la mondialisation, les gains de productivités engendrés et l'endettement ont simplement créé un un excès de liquidités qui ne trouve plus de débouchés dans les systèmes productifs classiques. Ces liquidités s'investissent donc dans de la finance dite de Ponzi, c'est à dire de la cavalerie. C'est d'ailleurs en ce sens que la fraude peut selon l'auteur devenir un mécanisme de régulation de l'économie.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 15 Mar - 19:49 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant





France : du cheval retrouvé dans 320 tonnes de «pur boeuf»
15/03 | 18:43


 
 
 
La marchandise, destinée à la préparation de plats cuisinés, avait été commandée aux sociétés néerlandaises Draap trading et Windmeijer Meat Trading, dont les noms circulent dans le scandale de la viande de cheval.



De la viande de cheval a été détectée sur 320 tonnes de marchandises étiquetées « pur boeuf » passées par les Pays-Bas, lors de contrôles dans une société de Cavaillon, dans le sud-est de la France, où les palettes étaient en transit, a-t-on appris vendredi auprès des autorités. Les palettes avaient été commandées aux sociétés néerlandaises Draap trading et Windmeijer Meat Trading, dont les noms circulent dans le scandale de la viande de cheval. Cette marchandise (180 tonnes de minerai et 140 tonnes de viande hachée) destinée à la préparation de plats cuisinés avait été achetée par la société de transformation alimentaire Gel Alpes. 
 

Ces prélèvements, réalisés il y a une quinzaine de jours et dont les résultats ont été connus cette semaine, « ont démontré qu'il y avait pratiquement dans tous les lots la présence de viande de cheval », a indiqué le préfet du Vaucluse, Yannick Blanc. « Alors que l'origine déclarée de la viande est de divers pays européens, mais en majorité de Roumanie, nous avons pu établir que toute cette marchandise avait transité de manière systématique par des entrepôts situés au Pays-Bas », a précisé le préfet. « C'est bien à leur niveau (au Pays-Bas) que se pose le problème puisque dans l'entrepôt de Cavaillon, il y a un lot qui est venu directement de Roumanie (sans transiter) par les Pays-Bas et dont l'emballage est manifestement intact et l'étiquetage correct, et dans ce lot il n'y a pas de trace de viande de cheval », a relevé Yannick Blanc. Les documents relatifs aux lots faussement étiquetés ont été transmis aux autorités néerlandaises. La marchandise est consignée dans les entrepôts de la société frigorifique en attendant les résultats d'analyses toxicologiques. 
 
« Indétectable »

Interrogé, le directeur de la société Gel Alpes, Stéphane Maloisel a assuré que des analyses bactériologiques, histologiques et médico-chimiques étaient systématiquement réalisées par un vétérinaire à leur livraison à la société Gel Alpes. Il a précisé que les 320 tonnes de viande correspondaient aux « produits que nous avions positionnés nous-mêmes en quarantaine à Cavaillon quand a démarré l'affaire Spanghero » et « nous avions identifié le 8 février qu'il y avait un fournisseur en commun». Parmi ces 320 tonnes figuraient 130 tonnes de matière brute et de la viande déjà élaborée retournée par son client William Saurin. Stéphane Maloisel a jugé « indétectable » la substitution entre viande de cheval et viande de boeuf sur des blocs de minerai de 25 kilos. 
 

Un vaste scandale éclabousse depuis plusieurs semaines l'industrie agro-alimentaire européenne après la découverte de viande de cheval dans des lasagnes prétendument au boeuf en Grande-Bretagne . De nombreux plats cuisinés ont été retirés des rayons dans une quinzaine de pays d'Europe et à Hong Kong. 
 
SOURCE AFP


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Sam 16 Mar - 14:50 (2013)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude Répondre en citant

 
 
L'ENTRETIENJean de Maillard: "La fraude est un rouage essentiel de l'économie" Propos recueillis par et Bernard Poulet - publié le 01/02/2010
Pour le magistrat Jean de Maillard, la globalisation et l'effacement de l'Etat ont favorisé l'émergence d'un pillage sans précédent au coeur du système financier, organisé dans l'opacité et en toute impunité. Interview.


L'éclatement des bulles, technologiques ou financières, révèle nombre de scandales et de malversations, telles les affaires Enron ou Madoff. La financiarisation de l'économie s'accompagnerait-elle d'une nouvelle criminalité ? Pis, nous dit le magistrat Jean de Maillard, auteur de L'Arnaque (Gallimard), cette criminalité est partie prenante du système économique, dont elle est devenue "la variable d'ajustement et de régulation". De quoi s'inquiéter !
Qu'est-ce qui vous permet de dire qu'une nouvelle criminalité, différente des mafias, a pénétré les circuits économiques ?
J'hésite à parler de délinquance ou de criminalité, car cela obscurcit le débat. Je préfère parler de fraude, de pillage ou de prédation. La globalisation économique et financière a fait évoluer les frontières de la criminalité : à l'ancienne, de forte intensité et de haute fréquence, s'est superposée une fraude de plus faible intensité et de basse fréquence qui est facilement ignorée dans les analyses officielles. Les techniques frauduleuses sont devenues des variables d'ajustement de l'économie globalisée, et même des modes de gestion de celle-ci, et pas seulement des malversations marginales. Il ne s'agit pas du gangstérisme en col blanc des mafias ou des escrocs, mais d'un pillage de l'économie à travers le système financier. Cette prédation est, de la part des acteurs, un acte rationnel, même si elle aboutit à l'irrationalité quand le système s'effondre, comme dans la crise des subprimes.
Ces techniques sont donc frauduleuses sans être toujours délictueuses ?
Oui, parce que les réglementations étatiques se sont restreintes au profit de l'autorégulation des marchés, censés faire leur propre loi. Les Etats ont accepté que cette dernière se substitue à la leur, et ils ont perdu le contrôle des régulations. Les acteurs de ces marchés peuvent violer - en général impunément - ce qu'il reste de lois étatiques quand elles les gênent. Les Etats sont dépassés par leur puissance et par leur inventivité. Souvent, les acteurs de ces marchés n'ont même plus de comptes à rendre et peuvent faire ce qu'ils veulent allégrement, dans une opacité totale, y compris en violant les principes selon lesquels ils prétendent fonctionner.
Un magistrat inquiet
Jean de Maillard, 58 ans, vice-président au tribunal de grande instance d'Orléans, s'intéresse aux mutations économiques, financières et sociales nées de la mondialisation. Dans Le Rapport censuré (Flammarion), publié en 2004, il a repris un travail "trappé" sur les menaces engendrées par les circuits de l'argent sale, réalisé pour le ministère des Affaires étrangères.




En quoi le scandale des savings and loans, aux Etats-Unis, a-t-il "introduit la criminalité comme mode de gestion" ?
Au début des années 80, on assiste aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne à la mise en place des premiers mécanismes de financiarisation de l'économie. A l'époque, les savings and loans, des caisses d'épargne mutualistes qui permettaient l'accession à la propriété des classes populaires et moyennes, deviennent financièrement incorrectes, puisqu'elles sont hors du marché concurrentiel. La remontée des taux, pour contrer l'inflation, et les mesures ultralibérales prises par Ronald Reagan vont placer les caisses d'épargne en faillite virtuelle. Or ce système mutualiste était un moteur de l'économie américaine, puisqu'il soutenait le secteur de la construction : s'il s'écroulait, l'économie était menacée. Le pouvoir politique va donc laisser les savings and loans devenir la proie des affairistes, des mafias, des escrocs et des politiques corrompus. Tout ce beau monde fait tourner l'argent et crée une bulle immobilière qui cache l'ampleur de la faillite frauduleuse. Spéculations, escroqueries, banqueroutes, blanchiment, se mêlent à un rythme effréné, sous l'oeil indifférent des pouvoirs publics. Des experts ont estimé que 60 à 80 % des faillites des caisses étaient dues à des dérives criminelles.
Ce scandale a introduit la criminalité comme mode de gestion des crises. Il a été une sorte de transition entre un gangstérisme traditionnel et une criminalité financière intégrant la fraude comme élément de régulation au coeur des mécanismes économiques et financiers. L'Etat s'interdit d'intervenir, puisque c'est contraire à sa doctrine néolibérale, encourageant implicitement les pratiques frauduleuses.
Est-ce à dire que vous pensez que toute l'économie est "criminalisée" ?
1 sur 5 page suivante 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:50 (2016)    Sujet du message: Quand la finance rentre dans un process industriel : résultat assuré la fraude

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com