FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Marchés Mars 2013
Aller à la page: <  1, 2, 312, 13, 14110, 111, 112  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Lun 8 Avr - 17:12 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

La spéculation sur dettes souveraines via les CDS enfle sur le Portugal et la Slovénie 


http://www.bloomberg.com/news/2013-04-07/slovenia-bailout-signaled-by-worse…


Les analystes proposent un hair cut à la Chypriote pour combler les trous bancaires slovènes ... Et Ersnt &young qui a audité les comptes , il va s'en tirer comment? 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Avr - 17:12 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 8 Avr - 21:24 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Research In Motion Ltd (BBRY): No Sell Off Or Short Squeeze

By The Motley Fool in News Published: April 8, 2013 at 11:54 am


Over the past few months, few stocks have divided investors as much as Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY). Since the company changed its name from Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY) to BlackBerry and revealed its Z10 smartphone, shares have been on a roller coaster with swings of five percent or more not uncommon. While CEO Thorsten Heins did mention general information about sales, no definitive figures were to be announced until March 28 when the company held its Q4 earnings call. Questions would be answered, Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY)’s future would be determined, and either longs or shorts would profit immensely.

BlackBerry battle
Leading up to the earnings call, analysts had all put in their estimates for Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY)’s Q4 performance. Estimates for BlackBerry Z10 sales were generally around one million units, give or take a few hundred thousand. Of course, analysts had set various price targets ranging from $7 to $22 per share. These were usually twelve month targets, but most analysts at least partially based them on the Q4 results. However, there was one thing analysts were in agreement on; Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY) would post a quarterly loss.
The results are in
This article is being written on the weekend following the Q4 earnings release, a time when Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY)’s future was supposed to be made clearer. With respect to results, one million Z10s were sold which missed, hit, or exceeded expectations, depending on who you talk to. Total subscribers decreased more than expected and sales of older BlackBerry devices were slightly short of expectations. But the biggest surprise was Research in Motion Ltd (NASDAQ:BBRY) posting a profitable quarter when almost no one expected them to do so.
Shares off to the races
With such a critical earnings call, Research in Motion shares were expected to be volatile on March 28 swinging sharply higher as short sellers of the stock get squeezed, or falling hard as selling pressure hits and short sellers dig in. As it turned out, shares rose as much as ten percent before giving up their gains later in the day and finishing down just less than one percent. For a critical earnings call, a final price change of less than one percent is insignificant. It appears in the end, both sides of the Research in Motion/BlackBerry debate stuck to their positions and the broader market saw no reason to strongly move the stock in one direction or the other.
The real news
Both sides now seem to be gearing up for the Q1 2013 earnings call as quickly as politicians are gearing up for the 2016 election. Shorts, for the most part, are still short and longs, for the most part, are still long. BlackBerry still faces the same challenges it did yesterday, a smartphone world where Google Inc (NASDAQ:GOOG)'s Android and Apple Inc. (NASDAQ:AAPL)'s iOS have created a near duopoly over smartphone sales. Additionally, Microsoft Corporation (NASDAQ:MSFT) is working hard to win the third place slot that BlackBerry is trying to grab onto as a foothold to begin growing again.
With a steep share price decline since hitting highs of $700 per share, Apple is now being looked upon as a value stock by many. The basis for this argument centers around Apple's P/E ratio that has fallen to the single digits. In contrast, those who view BlackBerry/Research in Motion as a value stock look toward tangible book value and the company's patent portfolio due to BlackBerry's low price to tangible book and lack of current earnings. With a P/E ratio more than twice that of Apple, Google Inc (NASDAQ:GOOG) has moved into nearly every aspect of our lives and has become a common verb. While Apple Inc. (NASDAQ:AAPL) shares slipped as investors feared Apple was no longer innovating, Google is still gaining ground and is fighting with the $800 level. But, for Google, smartphones are just part of the business. With everything from Google Glasses to self-driving cars, this search engine turned giant hopes to make their smartphones just part of your total Google experience.

Page 1 of 2
Next >>
See All


Read more at http://www.insidermonkey.com/blog/research-in-motion-ltd-bbry-no-sell-off-o…


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 9 Avr - 18:32 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Fitch Lowers Rating On Some China Debt

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 10 Avr - 17:06 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Finance-Marchés
Des pratiques de courtage mettent la City en ébullition
10/04 | 15:20 | Nicolas Madelaine

Le «cash for access» fait payer l'accès aux dirigeants d'entreprises cotées. Une enquête du gendarme des marchés britanniques a révélé son ampleur.


Le secteur de la gestion d'actifs est en ébullition outre-Manche à propos de l'épineux sujet du «cash for access». Cette expression désigne l'argent que payent certains investisseurs à leur courtier pour que celui-ci leur organise des rendez-vous avec les dirigeants des entreprises dans lesquelles ils sont susceptibles d'investir. Pour l'heure, la Financial Services Authority (la FSA, qui vient de se scinder en deux entités) n'a pas encore tranché. Elle indique que cette question sera traitée avec toutes celles qui sont liées aux conflits d'intérêts dans la gestion, et qui avaient été soulevées dans un rapport publié à l'automne dernier. Mais cela n'empêche pas les professionnels de se demander comment cette pratique peut être normalisée. Voire si elle doit être bannie.

 



«Je n'y suis pas opposé par principe, mais pourvu que cela se passe en toute transparence et que les autres investisseurs soient mis sur un pied d'égalité en matière d'accès à l'information», explique Stephen Cohen, le patron d'un gérant de fonds activiste londonien, Governance for Owners. Cette pratique est souvent le seul moyen pour des gérants de petite maison -en particulier pour des «hedge funds» -de parler à un patron en tête à tête.

20.000 dollars l'heure de rendez-vous
Dans les conditions actuelles, cet usage soulève toutefois plusieurs questions. Le «Financial Times» a en effet révélé que certains courtiers faisaient payer 20.000 dollars de l'heure les rendez-vous avec des dirigeants exécutifs d'entreprises cotées, ou 15.000 dollars avec le directeur financier. Non seulement tous les actionnaires ne peuvent se permettre de payer de telles sommes, mais elles entretiennent potentiellement l'idée que ces dépenses donneront accès à des informations privilégiées. «Le paradoxe, c'est que cela se fait à l'insu des entreprises cotées qui, notamment lorsqu'elles sont petites, demandent à leur courtier de gérer les rendez-vous avec les actionnaires potentiels, ajoute Stephen Cohen. La pratique peut même se faire au détriment des entreprises car ce ne sont pas forcément les gérants qui payent qui se révéleront des investisseurs de long terme.»

La recherche d'une régularisation de cette pratique a pour l'instant surtout souligné son ambiguïté. Les courtiers ne veulent pas que cette source de revenus se tarisse : selon Thomson Reuters, 27% des commissions payées par les clients vont à l'accès aux dirigeants d'entreprise. Du coup, ces «brokers» tentent de classer ce service dans la recherche spécialisée. En invitant l'analyste du courtier au rendez-vous, ils espèrent brouiller la frontière. Mais selon des sources citées par le «FT», même les patrons des gérants de fonds sont mal à l'aise. Ils sont d'autant plus mal à l'aise que la FCA leur demande de signer une lettre attestant qu'ils luttent efficacement contre les conflits d'intérêts.



inShare


Écrit par Nicolas MADELAINE
Correspondant à Londres
nmadelaine@lesechos.fr
Tous ses articles


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 02:00 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

An Insider's Explanation For The Bitcoin Bubble
By Ryan W. Neal
Bitcoin has been all over headlines with its fluctuating value and a mysterious digital philanthropist.

Bitcoin Surpasses Value Of 20 National Currencies
Why Are Bitcoins Becoming So Popular?


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 02:02 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

The Challenge For Big Banks: How To Make Money This Year
By Malik Singleton
Big banks' first-quarter revenue will rise only 2.2% above that of fourth quarter 2012, an analysis by Bloomberg News showed.

BlackRock Cautions Fed On Quantitative Easing Policy
Bank Of America Is No. 1 -- In Customer Complaints

Meet The Fed Employee Who Leaked The FOMC Minutes
By Moran Zhang
Who accidently released March FOMC minutes too soon? A special assistant to the BOG who works on government relations.

Fed Minutes Released Early - Merely A Mistake, Or A Leak?
US Economy Creates A Mere 88,000 Jobs In March


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 02:21 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 02:40 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Ivan Martchev
Finding value in Russian stocks


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 02:41 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Michael Casey
A 1998 danger signal resurfaces
Commentary: As the yen slides, events of October 1998 should serve as a warning to markets.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 02:46 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 15:03 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant



Goldman on Microsoft: Sell
H-P and Microsoft blasted after IDC data on PC sales

Gut checks before the open: Don't overthink those April market highs
McMillan: S&P sending bullish signals | Stock futures get a boost
Ten things to watch for in this week's bank-sector earnings


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 18:01 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

From WORLD 9:27am BoJ to pursue inflation target ‘flexibly’
©Getty Haruhiko Kuroda says he would consider adjusting easing policy
F


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 11 Avr - 18:22 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Et si on supprimait le billet de 500 euros pour lutter contre la fraude fiscale
11/04 | 17:20 | mis à jour à 17:59 | Isabelle Couet

Accusé de favoriser la fraude fiscale et le blanchiment, le billet de 500 euros est dans le collimateur de certains. Une étude de BofA Merrill Lynch plaide pour sa suppression.


En Espagne, certains l'ont baptisé « Ben Laden». Ce surnom donné au billet de 500 euros vient du fait qu'il est à la fois connu de tous... mais invisible. L'idée de supprimer cette coupure pour lutter contre le blanchiment d'argent et la fraude fiscale refait surface. Ironie de l'histoire, Jérôme Cahuzac, alors ministre du Budget, avait lui-même signé avec Pierre Moscovici, un appel à une « réflexion sur le maintien en circulation » du billet mauve, en décembre dernier. Une note de Bank of America Merrill Lynch relance aujourd'hui le débat.

Selon les analystes de la banque, la disparition de cette coupure -la plus grosse des pays du G10 -aurait plusieurs avantages pour l'économie de la zone euro. Les montants en jeu sont en effet loin d'être ridicules : les billets de 500 euros représentent un tiers de la valeur des billets en circulation, soit 290 milliards d'euros. Et ce alors qu'ils sont très peu utilisés : un tiers seulement servent à des transactions, les deux autres tiers sont thésaurisés, d'après la Banque centrale européenne (BCE).

Taxer l'évasion fiscale
Le principal intérêt de cette mesure serait de taxer les activités illicites et l'évasion fiscale. Le schéma envisagé par Bank of America Merrill Lynch est le suivant : les usagers auraient un mois pour rapporter tous leurs billets de 500 euros à la banque. Pour des montants supérieurs à 10.000 euros (ou un autre montant à fixer), les déposants seraient obligés de justifier qu'ils proviennent d'activité légales.

Après la date butoir, les billets dont la provenance est opaque et ceux qui restent dans le circuit seraient considérés comme des profits pour la banque centrale. « La zone euro pourrait alors utiliser ces sommes pour recapitaliser les banques de la périphérie, renforcer le Mécanisme européen de stabilité ou réduire la dette des pays les plus fragiles », proposent les analystes. Autre avantage : cela affaiblirait l'euro . Si la part de ces billets qui est aujourd'hui utilisée comme réserve de valeur (ceux qui ne circulent pas) devait être convertie dans une autre devise, le marché de l'euro perdrait l'équivalent de 65 milliards de dollars, soit une baisse de 7,4 %, calcule Bank of America Merrill Lynch.

Economie souterraine

Le projet n'est toutefois pas à l'ordre du jour de la BCE, qui va renouveler toute sa gamme de billets à partir du mois de mai, en commençant par la coupure de 5 euros. D'ailleurs, la suppression du billet mauve ne recevrait pas le même accueil partout. Ainsi, d'après le « New York Times », un quart des billets de 500 euros se trouvait en Espagne en 2006. Une situation qui peut s'expliquer par l'importance de l'économie souterraine. Outre-Rhin, cette mesure pourrait aussi être mal perçue. « Les Allemands aiment davantage les grosses coupures que les Français, notamment parce que les procédures électroniques sont moins développés outre-Rhin », rappelait récemment Christophe Beaux, pdg de la Monnaie de Paris (qui prépare le lancement d'une pièce de 500 euros aux couleurs de la « République »). Au Royaume-Uni, les bureaux de change ont arrêté de vendre cette coupure en 2010 car, selon une agence britannique, 90 % des billets vendus outre-Manche sont aux mains du crime organisé.

Sur le marché du dollar américain, l'ordre de suppression du billet de 500 dollars date de Nixon (1969). L'idée était de lutter contre le blanchiment d'argent. Le Canada a quant à lui retiré les billets de 1000 dollars canadiens en 2000, pour les mêmes raisons.



inShare


Écrit par Isabelle COUET
Chef de service adjointe


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 12 Avr - 15:07 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

  1. 9:04a
    Europe stocks drop on Cyprus confusion, U.S. data


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 12 Avr - 18:36 (2013)    Sujet du message: Marchés Mars 2013 Répondre en citant

Gold sinks $60 an ounce to lowest level since July 2011

Commodities Corner: Gold bust masks huge gains in other resources
Trading Deck: Why gold and silver futures are down in the dumps


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:24 (2016)    Sujet du message: Marchés Mars 2013

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 312, 13, 14110, 111, 112  >
Page 13 sur 112

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com