FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Asie
Aller à la page: <  1, 2, 313, 14, 1519, 20, 21  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 30 Déc - 16:03 (2013)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Editor's Pick
How Chinese foreign policy is turning its back on Deng's dictum
Ever since Deng Xiaoping advised his countrymen to hide their strength and bide their time, China has favoured reassurance over intimidation in its regional dealings.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Déc - 16:03 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 30 Déc - 16:05 (2013)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Debt surge signals rising risks in Chinese financial system
China’s local government debt had swollen to 17.9 trillion yuan by the middle of this year according to the latest figures from the National Audit Office (NAO), up nearly 70 per cent from its...

9:06PM

Li Ka-shing's British power firm UKPN under fire over alleged tax avoidance
A British energy firm owned by tycoon Li Ka-shing has come under fire amid allegations the company, at the centre of a storm over Christmas power blackouts, avoided paying millions of pounds in...

9:26AM
7 comments


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 1 Jan - 02:52 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant


©Bloomberg

1:39pm WORLD
Malaysia cuts subsidies to plug deficit PM Najib risks backlash with austerity drive


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 1 Jan - 13:09 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

La Chine maintiendra une politique monétaire prudente et une liquidité appropriée 
http://french.xinhuanet.com/economie/2013-12/31/c_133010358.htm
Chine : les dettes des gouvernements estimées à 20.700 milliards de yuans
http://french.peopledaily.com.cn/Economie/8500010.html


Revenir en haut
Mary-Carol de la Mollardi
TROLL

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2013
Messages: 37

MessagePosté le: Mer 1 Jan - 23:08 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Mouais 3400 milliards en dollars (dettes "estimées", évidemment, les comptables chinois et leurs bouliers...), mais aussi :
« Fin juin, le montant total des dettes garanties par les gouvernements à différents niveaux était de 2.930 milliards de yuans (479,7 milliards de dollars), a ajouté la CNC sur son site Internet.

Le montant des dettes que les gouvernements à divers niveaux pourraient en partie prendre en charge en cas de problème était de 6.650 milliards de yuans.
»
Ça fait donc 1600 milliards à rajouter aux dettes directes "estimées" en dettes indirectes "estimées"...
Et fin 2010 les dettes directes n'étaient "estimées" qu'à 1700 milliards de dollars (10700 mds yuans), soit un doublement (et 20% du pib} en trois ans...
Espérons que les gvts chinois n'aient pas en plus fait appel au Yingzi yinhang comme les privés. Lui aussi, le "financement de l'ombre", pèserait ses 2/3 du pib, soit 5000 milliards de $. Cela dit maintenant que les taux bancaires ont été libéralisés, à priori y'a pas d'raison qu'ils continuent...
_________________
Les passereaux de passage sifflent sur les passerelles rive-droite rive-gauche.


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 1 Jan - 23:27 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Mary-Carol de la Mollardi a écrit:
Mouais 3400 milliards en dollars (dettes "estimées", évidemment, les comptables chinois et leurs bouliers...), mais aussi :
« Fin juin, le montant total des dettes garanties par les gouvernements à différents niveaux était de 2.930 milliards de yuans (479,7 milliards de dollars), a ajouté la CNC sur son site Internet.

Le montant des dettes que les gouvernements à divers niveaux pourraient en partie prendre en charge en cas de problème était de 6.650 milliards de yuans. »
Ça fait donc 1600 milliards à rajouter aux dettes directes "estimées" en dettes indirectes "estimées"...
Et fin 2010 les dettes directes n'étaient "estimées" qu'à 1700 milliards de dollars (10700 mds yuans), soit un doublement (et 20% du pib} en trois ans...
Espérons que les gvts chinois n'aient pas en plus fait appel au Yingzi yinhang comme les privés. Lui aussi, le "financement de l'ombre", pèserait ses 2/3 du pib, soit 5000 milliards de $. Cela dit maintenant que les taux bancaires ont été libéralisés, à priori y'a pas d'raison qu'ils continuent...







Le fonctionnement monétaire Chinois n'est pas le même que le nôtre . 
Ils ne sont pas rentrés dans le système de "la dette" puisqu'ils n'ont pas cédé leur pouvoir régalien de création monétaire aux banquiers privés , comme ce qu'ont fait les USA et ce qui est fait en Europe . 
Ils ont donc d'autres possibilités et les injections de liquidités peuvent se faire directement  sans passer par le système financier  au sens ou nous l'entendons . 


Et même si ils faisaient marcher leur planche à billets , ne serait-ce que du quart que de ce que font les USA , cela ne nuirait pas vraiment à leur monnaie compte tenu de la force actuelle de l'économie chinoise . 


Il est donc impossible d'analyser leur "dette" avec nos propres prismes . L'analyse est par définition fausse 


Il suffit de reprendre vos chiffres :la FED injecte actuellement 85 Milliards par mois dans le système financier . Et M3 a gonflé de manière totalement démesurée , surtout depuis qu'ils ont décidé de ne plus publier les chiffres, chiffres dont on peut néammoins se faire une idée sur des sites comme shadowstats. 
Donc  , en combien de temps la Chine résoudrait-elle 479 Milliards de dollars de dettes "garanties par le gouvernement" , si jamais elle décidait de suivre une politique de création monétaire dans le vide comme le font les USA ??  Je vous laisse vous même faire le calcul  : 479/85 .. vous devriez y arriver , et en l'occurence , pas de sophisme possible sur une simple division . 


D'autres questions ? 
Vous pouvez comparer avec les encours bancaires Européens et Américains .. qui sont garantis de fait avec les nouvelles loi publiées par les petits dictateurs corrompus  de  la république bananière nommée Union Européenne , sans même oser les faire passer devant les parlements nationaux , et pour cause !!! 


Dernière édition par shadok le Mer 1 Jan - 23:36 (2014); édité 2 fois
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 1 Jan - 23:31 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant


©Bloomberg

9:22pm COMPANIES
India cancels AgustaWestland order ‘Integrity-related issues’ cited in termination of helicopter deal


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 1 Jan - 23:45 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Mary-Carol de la Mollardi a écrit:
Mouais 3400 milliards en dollars (dettes "estimées", évidemment, les comptables chinois et leurs bouliers...), mais aussi :
« Fin juin, le montant total des dettes garanties par les gouvernements à différents niveaux était de 2.930 milliards de yuans (479,7 milliards de dollars), a ajouté la CNC sur son site Internet.

Le montant des dettes que les gouvernements à divers niveaux pourraient en partie prendre en charge en cas de problème était de 6.650 milliards de yuans. »
Ça fait donc 1600 milliards à rajouter aux dettes directes "estimées" en dettes indirectes "estimées"...
Et fin 2010 les dettes directes n'étaient "estimées" qu'à 1700 milliards de dollars (10700 mds yuans), soit un doublement (et 20% du pib} en trois ans...
Espérons que les gvts chinois n'aient pas en plus fait appel au Yingzi yinhang comme les privés. Lui aussi, le "financement de l'ombre", pèserait ses 2/3 du pib, soit 5000 milliards de $. Cela dit maintenant que les taux bancaires ont été libéralisés, à priori y'a pas d'raison qu'ils continuent...





De plus cet article dont vous ne citez pas les sources est extrêment vague sur la nature des dettes en question . Une fois de plus , l'auteur mélange tout .. 


Personnellement je préfère le bulletin de l'ambassade de France , en général assez précis et assez complet à des sites dont on ne sait pas trop d'ou ils tirent leur information et encore moins le niveau de compétences de leurs journalistes qui visiblement n'a pas l'air au top .. 


Pour Information  , En Aout 2013 , voici le contenu du bulletin de l'ambassade de France à Pékin . C'est précis , documenté , chiffré  en particulier sur la nature des endettements en question . Visiblement , les Chinois n'ont encore pas trop de soucis à se faire , contrairement à ce que certains journaux anglo saxons voudraient faire croire pour essayer de faire revenir des capitaux qui sont partis chercher la cohérence gouvernementale , politique et économique en fuyant l'incohérence totale d'une caste mafieuse au seul service d'intérêt privés .. et je parle aussi bien de ce qui se passe aux USA qu'en Europe . 
http://www.ambafrance-cn.org/La-dette-chinoise-est-elle-soutenable.html


La dette chinoise est-elle soutenable ?
Dernière mise à jour : 14 août 2013


L’endettement des agents non financiers chinois a fortement augmenté depuis 2008, et peut être estimé à 219% du PIB à fin juin 2013 (pour mémoire, il était de 259% du PIB dans la zone euro fin mars 2013). Le risque de cet endettement est pour l’essentiel porté par les banques chinoises, dont la situation reste solide, et la Chine est protégée par sa très faible dépendance aux capitaux extérieurs. La dynamique de l’endettement est cependant préoccupante, conduisant les autorités chinoises à chercher à améliorer la transparence de la structure de la dette, tout en mettant fin aux pratiques les plus risquées.
1 – L’endettement des agents non financiers chinois a fortement augmenté depuis 2008, et peut être estimé à 219% du PIB à fin juin 2013
La banque centrale chinoise (People’s Bank of China - PBoC) publie mensuellement les statistiques sur le financement social total (total social financing, TSF), qui recouvre les principaux moyens de financement de l’économie réelle, qu’ils soient directs ou indirects, et que les engagements soient inscrits au bilan des banques ou non. Le TSF mensuel ne mesure pas l’encours de financement mais un flux sur le mois, établi en combinant des variations d’encours et des mesures de flux. Il comprend :
  • les crédits en RMB accordés par les banques résidentes aux entreprises et aux particuliers ;
  • les crédits en devises accordés par les banques résidentes aux entreprises et aux particuliers ;
  • les trust loans, c’est-à-dire les prêts accordés aux entreprises par les sociétés fiduciaires ;
  • les entrusted loans, qui correspondent à des prêts entre sociétés non financières intermédiés par le secteur bancaire. L’entruster prête une somme à un emprunteur pour un usage, un montant, une maturité et un taux d’intérêt déterminés. Une banque, agissant en tant qu’entrustee, va contrôler l’utilisation de ce prêt, tout en gérant le remboursement du principal et des intérêts ;
  • les acceptations bancaires non escomptées ;
  • les émissions nettes d’obligations par les entreprises non financières ;
  • les émissions nettes d’actions par les entreprises non financières ;
  • les indemnités d’assurance ;
  • les investissements immobiliers des institutions financières ;
  • et enfin une catégorie « autres », regroupant notamment les crédits accordés par les sociétés de crédits de petits montants.

Il convient de souligner que les véhicules spéciaux de financement crées par les collectivités locales (local governement financing vehicles – LGFV) sont assimilés à des entreprises. Le TSF comprend donc les crédits qu’ils obtiennent ainsi que les obligations qu’ils émettent.
Entre 2002, date à partir de laquelle les statistiques sont disponibles, et 2012, le financement social annuel est passé de 2 011 Mds CNY – environ 240 Mds USD - à 15 761 Mds CNY - environ 2 500 Mds USD (graphique 1). Sur la même période, la part des crédits bancaires (toutes devises) est passée de 95% à 58% du TSF. A l’inverse, la part des trust loans, entrusted loans et acceptations bancaires non escomptées est passée de 1% à 22%, et celle des émissions nettes d’obligations de2% à 14%. La croissance du TSF est particulièrement forte entre 2008 et 2009, année marquant le début du plan massif de relance de l’économie chinoise. Sur les 6 premiers mois de l’année 2013, le TSF a atteint 10 151 Mds CNY.
A fin juin 2013, l’endettement cumulé des entreprises et des ménages chinois peut être estimé, sur la base du TSF publié par la PBoC, à 102 360 Mds CNY, soit 190% du PIB (graphique 2). Sur ce total, 74% correspond à des crédits enregistrés dans les bilans bancaires, 18% à des prêts hors-bilan et 8% à des obligations .
Une approche plus large conduit à une dette de 117 957 Mds CNY, soit 219% du PIB (graphique 3). Ce montant est obtenu en ajoutant trois types d’engagement non compris dans le TSF publié par la PBoC : les obligations émises par le gouvernement central ; la dette extérieure du gouvernement et des entreprises ; le financement privé. L’encours des obligations émises par le gouvernement central, pour son compte ou celui des collectivités locales, atteignait 8 438 Mds CNY à fin juin 2013. La dette extérieure du gouvernement et des entreprises s’établissait pour sa part à 3 076 Mds à fin mars 2013. Le financement privé, que la PBoC définit comme l’ensemble des prêts accordés par des acteurs autres que les institutions financières et non intermédiés par ces dernières, ne peut qu’être estimé. Sur la base d’une enquête auprès de 6 300 fournisseurs et utilisateurs de crédit, la PBoC a évalué que le financement privé s’établissait à 3 380 Mds CNY à fin mai 2011, soit 5,8% du total de l’encours des crédits bancaires en RMB à cette date. En partant de l’hypothèse que cette proportion serait restée stable, le financement privé s’établirait à 4 086 Mds USD fin juin 2013.
2 - Cet endettement reste mesuré et le risque pèse essentiellement sur le secteur bancaire chinois, qui demeure solide.
L’endettement des agents non financiers chinois reste inférieur à celui accumulé par les agents non financiers de la zone euro. A fin mars 2013, les agents non financiers de la zone euro étaient endettés à hauteur de 259% du PIB . La comparaison entre ces deux dettes (cf. graphiques 3 et 4) montre que :
  • l’endettement des ménages et des entreprises chinois s’établissait à 203% du PIB à fin juin 2013 (190% pour au titre du TSF calculé par la PBoC + 8% de financement privé + 5% de dette extérieure), contre 159% pour les ménages et entreprises de la zone euro. Ce dernier pourcentage est toutefois un minorant, puisque les statistiques européennes ne comprennent que les crédits accordés par les Monetary Financial Institutions et excluent donc des prêts apparentés à des trust loans ou des entrusted loans en Chine : crédits interentreprises, prêts accordés par des fonds d’investissement…. Par ailleurs, cette présentation surestime l’endettement des acteurs privés chinois. En effet, comme indiqué plus haut, les crédits accordés aux plates-formes de financement des gouvernements locaux, ainsi que les obligations qu’elles émettent, sont comptabilisés dans la catégorie des prêts aux entreprises, alors que ces plates-formes bénéficient de la garantie des gouvernements locaux. Or les montants en jeu sont significatifs. Selon la China Banking Regulatory Commission, les encours des seuls prêts bancaires aux plates-formes s’établissaient à 9 700 Mds CNY à fin juin 2013, soit 18% du PIB, qui en toute rigueur, devraient être imputés aux gouvernements locaux.
  • Le gouvernement chinois est très peu endetté (16% du PIB) en comparaison des gouvernements de la zone euro (99%). Ce constat demeure même après retraitement, qui ne peut qu’être partiel, des plates-formes de financement des gouvernements locaux. En ajoutant les 18% du PIB identifiés plus haut, on aboutir à un taux d’endettement de 34% du PIB. Dans son dernier rapport sur la Chine au titre de l’article IV, le FMI évalue l’endettement du gouvernement à 45% à fin 2012 en ajoutant aux crédits bancaires les trusts loans accordés au LGFV et les obligations émises par ces dernières.

Par ailleurs, les agents non financiers de la zone euro dépendent à 21% d’un financement externe à la zone, alors que ce taux n’est que de 5% pour les agents non financiers chinois. Ces derniers sont donc moins exposés à un retrait des financements étrangers. Cette protection est renforcée par le montant des réserves de change de la PBoC.
Le risque de défaut pèse pour l’essentiel sur le secteur bancaire chinois, dont la situation reste solide. Les prêts bancaires représentent 64% de la dette totale. Les banques détiennent également une grande part des obligations émises par les entreprises (40% à fin juin 2013). Or les établissements de crédit chinois possédaient des fonds propres de 9 360 Mds CNY à fin juin 2013, soit 17% du PIB, et des provisions atteignant à fin juin 2013 1 537 Mds CNY (3% du PIB), soit près de trois fois le montant actuel des créances douteuses (539,5 Mds CNY à fin juin 2013 soit un ratio de créances douteuses de 0,96%). Enfin, le secteur bancaire chinois pourrait, si nécessaire, bénéficier comme par le passé du soutien de son principal actionnaire (majoritaire au sein de chacune des principales banques), le gouvernement chinois.
3 - La dynamique d’endettement observée depuis 2009 est toutefois préoccupante et explique les mesures du gouvernement chinois visant à l’enrayer.
La croissance rapide de la dette est une source de préoccupation. Entre 2008 et fin juin 2013, le ratio dette/PIB a crû de plus de 60 points de pourcentage, passant de 155% à 219% du PIB. Une expansion si rapide du crédit ne peut que soulever des interrogations sur la rentabilité des actifs financés. Les prêts ont notamment servi à développer les capacités de production. Or, de l’aveu même des autorités chinoises les taux d’utilisation de la Chine sont particulièrement bas dans de nombreux secteurs industriels. Ainsi, selon la Commission nationale pour le Développement et la Réforme (NDRC), les taux se situaient en mars 2013 entre 70% et 75% pour les industries traditionnelles (acier, ciment, aluminium, etc.), et étaient de moins de 70% pour l’éolien et de 60% pour le photovoltaïque.
Le montant de la dette publique locale, et la qualité des actifs associés, sont incertains. La dette publique locale représente la principale composante de la dette gouvernementale. Or les collectivités locales ont en théorie interdiction de s’endetter. Elles ont donc crée des véhicules spéciaux d’investissement qui émettent des obligations ou s’endettent auprès de trusts ou de banques en apportant comme garantie le foncier dont la collectivité les a doté. Le dispositif est fragile, car très lié au cycle du marché immobilier. Les dernières données exhaustives sur l’endettement des collectivités locales et la rentabilité des projets financés remontant à fin 2010. La Commission Nationale des Comptes (NAO) a annoncé le 26 juillet 2013 le lancement d’un audit “urgent” de la dette des gouvernements locaux, qui permettra de disposer de données actualisées.
Les composantes de la dette ont récemment évolué, avec une forte progression de la part du shadow banking, qui recouvre en Chine les sources de financement indirect alternatives aux banques et le financement privé. Certes, la majeure partie des acteurs du shadow banking, et notamment les trusts, sont supervisés par la China Banking Regulatory Commission (CBRC). Mais ils servent les secteurs les plus risqués de l’économie chinoise (LGFV, promoteurs immobiliers…). De plus, alors qu’ils financent des projets à long terme dans les infrastructures ou dans l’immobilier, leurs ressources sont fréquemment constitués de produits structurés, émis en leur nom ou au nom des banques, et dont la maturité dépasse rarement un an.
Les autorités chinoises cherchent à freiner l’expansion trop rapide du crédit ainsi que le recours aux pratiques les plus risquées. Les taux interbancaires ont ainsi augmenté à partir de de la fin du mois de mai pour atteindre des niveaux historiques le 20 juin, avant de refluer dans les jours suivants. En laissant les tensions perdurer plusieurs jours, la PBoC a signalé qu’elle entendait freiner la progression très rapide du crédit enregistrée depuis le début de l’année 2013. Elle a également voulu sensibiliser le secteur financier aux risques engendrés par le développement de certaines pratiques : emprunts à court terme pour financer des positions à long terme ; emprunts d’USD pour les convertir en CNY et bénéficier ainsi de l’appréciation de la devise chinoise.
Le plan de relance lancé en 2009 a conduit à une très forte augmentation de l’endettement des agents non financiers chinois. Une deuxième accélération est constatée à partir de fin 2011, laquelle s’accompagne d’une modification de la structure de la dette, avec le développement du shadow banking. Si l’endettement global reste inférieur à celui constaté dans la zone euro, la dynamique inquiète. Le précédent épisode de forte croissance de la dette, entre 1994 et 1998, avait abouti à une envolée du taux de créances douteuses puis à une restructuration très coûteuse du secteur bancaire. En cherchant à accroitre la transparence des composantes de la dette, tout en incitant le secteur financier à mettre un terme aux pratiques les plus risquées, les autorités actuelles souhaitent conduire un deleveraging ordonné. La santé affichée par le secteur bancaire chinois, qui dégage toujours des profits records, ainsi que le très faible niveau de la dette extérieure, sont des atouts pour y parvenir.
Christian Masson, JI Tianhe
Service Economique Régional de Pékin

 
 


Revenir en haut
Mary-Carol de la Mollardi
TROLL

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2013
Messages: 37

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 00:54 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Est-ce que vous vous rendez compte de ce que représentent des dettes à hauteur de 220%/pib pour un pays émergent (i.e pauvre) ? C'est juste colossal. Et encore que la répression financière leur a permis jusque là de plus ou moins tenir le cap mais dorénavant..,
Par ailleurs je ne comprends pas vos récriminations contre mes sources puisque je me suis contenté de reprendre celles que vous citez, en l'occurrence l'article de l'agence de propagande officielle chinoise Xinhua... Mais je suis bien aise que vous ayez du coup repris in extenso un article d'une source assurément moins partiale et que je consulte habituellement avec des pincettes beaucoup moins longues, je veux parler ben sûr du site de l'ambassade..,
Sur M3 aux US, arrêtez le délire, il est évident que ça stagne méchamment malgré les efforts de la FED. Comme la base monétaire d'ailleurs... Ne me dites pas que vous ignorez où passent les liquidités échangées par la FED ?
Va p'têt falloir se mettre à bosser sérieusement ma p'tite shadok.
_________________
Les passereaux de passage sifflent sur les passerelles rive-droite rive-gauche.


Revenir en haut
Mary-Carol de la Mollardi
TROLL

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2013
Messages: 37

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 01:18 (2014)    Sujet du message: [Voir l'information] Répondre en citant

Information :
Ce message apparaîtra après avoir été vérifié par un modérateur.

_________________
Les passereaux de passage sifflent sur les passerelles rive-droite rive-gauche.


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 12:03 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

Mary-Carol de la Mollardi a écrit:
Est-ce que vous vous rendez compte de ce que représentent des dettes à hauteur de 220%/pib pour un pays émergent (i.e pauvre) ? C'est juste colossal. Et encore que la répression financière leur a permis jusque là de plus ou moins tenir le cap mais dorénavant..,
Par ailleurs je ne comprends pas vos récriminations contre mes sources puisque je me suis contenté de reprendre celles que vous citez, en l'occurrence l'article de l'agence de propagande officielle chinoise Xinhua... Mais je suis bien aise que vous ayez du coup repris in extenso un article d'une source assurément moins partiale et que je consulte habituellement avec des pincettes beaucoup moins longues, je veux parler ben sûr du site de l'ambassade..,
Sur M3 aux US, arrêtez le délire, il est évident que ça stagne méchamment malgré les efforts de la FED. Comme la base monétaire d'ailleurs... Ne me dites pas que vous ignorez où passent les liquidités échangées par la FED ?
Va p'têt falloir se mettre à bosser sérieusement ma p'tite shadok.









Apprenez à lire !!!
L’endettement des agents non financiers chinois a fortement augmenté depuis 2008, et peut être estimé à 219% du PIB à fin juin 2013 (pour mémoire, il était de 259% du PIB dans la zone euro fin mars 2013).



AGENTS NON FINANCIERS  ET NON ETATIQUES par rapport à 260% en zone euro . 


Donc on ne parle pas de la même DETTE !!!
Dans un pays ou le taux de croissance est de 8% par an .. c'est moins dramatique que dans un pays en récession . 
Raisonnement de base et de bon sens . 
Et encore le taux européen d'endettement des agents non financiers est très inférieur au taux américain . 


Pour M3 aux USA , très simple 
HYPERINFLATION WATCH
January 2013 Broad Money Growth Rose to 4.5%.  Based on roughly three weeks of reported data and on annual benchmark revisions published by the Federal Reserve, the preliminary estimate of annual growth in the ShadowStats Ongoing-M3 Estimate for January 2013 is 4.5%, as published in the Alternate Data tab at www.shadowstats.com.  January annual growth was up from an unrevised 4.4% in December.
Where growth has been on the upswing in recent months, the January 2013 reading was the strongest level of annual growth seen since July 2009, when growth was headed lower.  The last time that annual growth broke through 4.5%, on the upside, was in September of 2004.
Any prior-period revisions in the following numbers are due to Federal Reserve revisions to underlying data.  The seasonally-adjusted, preliminary estimate of month-to-month gain for the January 2013 money supply M3 is 0.5%, down from a revised 1.0% (previously 1.1%) in December.  The estimated month-to-month M3 changes, however, remain less reliable than the estimates of annual growth.
For January 2013, early estimates of year-to-year and month-to-month changes follow for the narrower M1 and M2 measures (M2 includes M1, M3 includes M2).  Full definitions are found in the Money Supply Special Report.  M2 for January is estimated to show year-to-year growth of about 7.5%, versus a revised 7.9% (previously 8.1%) gain in December, with month-to-month growth estimated at roughly 0.3%, down from a revised 1.1% (previously 1.2%) in December.  The early estimate of M1 for January is year-to-year growth of roughly 11.6%, down from a revised 12.9% (previously 14.2%) in December, with month-to-month change a likely gain of 0.7%, versus a revised 1.5% (previously 3.3%) in December.


Vous avez également des graphiques sur le site de Berruyer qui montrent les croissances de la masse monétaire américaine . 
Oui je sais vous n'aimez pas berruyer , mais personne n'a jamais mis en cause les chiffres qu'il annonce : 
http://www.les-crises.fr/masse-monetaire-usa/#!colorbox[1614]/1/













 
 
 


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 12:24 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant




çà vous va comme source pour l'évolution de la masse monétaire américaine ? 



 
Citation:
Sur M3 aux US, arrêtez le délire, il est évident que ça stagne méchamment malgré les efforts de la FED. Comme la base monétaire d'ailleurs... Ne me dites pas que vous ignorez où passent les liquidités échangées par la FED ? 
Va p'têt falloir se mettre à bosser sérieusement ma p'tite shadok.




La stagnation est effectivement impressionnante ^^^^


Revenir en haut
Mary-Carol de la Mollardi
TROLL

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2013
Messages: 37

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 12:48 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

En deux mots seulement shadok.
1) où lisez-vous que j'ai parlé de dette publique à propos des 220% ? J'ai bien dit "des dettes" et pas dette publiques (même si pour la Chine plus encore que pour un autre pays la limite public/privé soit plus que floue). Et oui 220 % de dettes totales pour un pays émergent (pauvre), même avec une économie dite "d'endettement" (plus ou moins bien) administrée type trente glorieuses et donc avec une dette massivement intérieure, c'est colossal. Je vous rappelle que la France n'est guère que 30 points de pib au-dessus.
2) quant au M3 ricain, ben vous me faites bien marrer puisque primo XXXXXXX se contente de reproduire les estimations au doigt mouillé de votre référence (le site "stats de l'ombre", arf arf) et secundo ses courbes "de l'ombre" confirment l'effondrement de M3 après 2008 et les chiffres que vous citez pour 2013 sont juste anémiques (4,5%, "croissance démesurée" ? arf arf).
Bref, vous racontez n'importe quoi pourvu qu'ça fasse du vent.
Et pas de 3) puisque vous ne répondez pas sur les 1600 vs 450 milliards d'engagements indirects...


Ce commentaire a été modéré et censuré pour ce qui touchait de nouvelles atteintes à la vie privée . 
C'est le dernier commentaire du pseudo Mary Carol  de la Mollardi qui sera publié . 
La personne étant incapable de respecter une charte de fonctionnement et des règle si légères soient-elles , ce qui prouve un mépris total de l'autre .. comportement sectaire , raciste et xénophobe que nous essayons de ne pas se laisser se développer ici ,  ce forum étant destiné à apporter des informations complémentaires à celles que l'on trouve partout et de nouveaux éclairages  . 
_________________
Les passereaux de passage sifflent sur les passerelles rive-droite rive-gauche.


Revenir en haut
Mary-Carol de la Mollardi
TROLL

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2013
Messages: 37

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 13:01 (2014)    Sujet du message: [Voir l'information] Répondre en citant

Information :
Ce message apparaîtra après avoir été vérifié par un modérateur.

_________________
Les passereaux de passage sifflent sur les passerelles rive-droite rive-gauche.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 2 Jan - 14:42 (2014)    Sujet du message: Asie Répondre en citant

6:05am WORLD
China to tackle debt through rollovers Move targeted at helping local governments avoid default



China gives local governments go-ahead to roll over debt
By Simon Rabinovitch in Shanghai


Faced with a mountain of maturing loans this year, China has given local governments the go-ahead to issue bonds as a way of rolling over their debt to avoid defaults.
The announcement by the National Development and Reform Commission, a top central planning authority, is the most explicit official endorsement of a massive debt refinancing operation that has become unavoidable and is already under way, analysts said.





More
On this storyOn this topic

The need for the rollover highlights the tricky balance that Beijing must strike as it tries to rein in debt without triggering a sharp downturn in growth.
Local government debt levels have soared 70 per cent to almost $3tn in less than three years, according to an official audit published on Monday. Nearly 40 per cent of that overall amount will mature before the end of this year, placing huge pressure on local governments to come up with the cash to make repayments.
With many of the original loans used for infrastructure projects that have yet to generate revenue, rollovers have long been seen as one of the few viable options for preventing defaults. Regulators have quietly allowed rollovers in the past while still discouraging them in public comments, fearful that cities and towns would exploit them as an easy way out of their debt troubles.
But the NDRC’s announcement makes clear that Beijing is now willing, on the record, to support rollovers for the so-called financing platforms owned by local governments.



Read More .../...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:59 (2016)    Sujet du message: Asie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 313, 14, 1519, 20, 21  >
Page 14 sur 21

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com