FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La balkanisation de l'europe à marche forcée
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
BA


Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2013
Messages: 280

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 10:17 (2013)    Sujet du message: La balkanisation de l'europe à marche forcée Répondre en citant

Nous venons de vivre une semaine historique : les grands commentateurs médiatiques viennent ENFIN de comprendre que des pays européens vont faire défaut.
 
Mardi 23 juillet 2013 :
 
A propos des défauts de paiement des pays européens, Jean-Marc Vittori écrit :
 
Réfléchir à l'effacement des dettes publiques.
 
C'est intenable. En un an, la dette publique a augmenté de 450 milliards d'euros dans les pays de l'euro.
 
[ ... ] 
 
La deuxième manière est sans nul doute plus violente, mais elle va sans doute finir par s'imposer : c'est l'effacement d'une partie de la dette. En jargon, on parle de restructuration pour ne pas effrayer l'épargnant qui détient cette dette d'une manière ou d'une autre. La Grèce y est passée l'an dernier. Le Portugal, qui aura beaucoup de mal à lever les 15 milliards d'euros prévus sur les marchés l'an prochain, risque d'y aller. Les autorités européennes acceptent peu à peu la perspective de la restructuration, comme l'ont prouvé le plan grec de l'an dernier, l'intervention chypriote cette année, ou l'imputation des pertes des banques à leurs créanciers prévue dans le projet d'union bancaire. Le FMI, lui, a lancé en avril dernier un vaste chantier sur le sujet en soulignant que les restructurations ont souvent été par le passé trop faibles et trop tardives. Les propositions abondent : processus d'arbitrage, création d'une cour internationale de restructuration des dettes, allongement automatique des maturités des obligations émises par un Etat en cas d'assistance financière fournie par le Mécanisme européen de stabilité… La sortie de la crise européenne dépendra de notre capacité collective à gérer un effacement de dettes, puis ses conséquences économiques et sociales. Il est urgent d'y réfléchir.
 
http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0202911635059-reflechir-a-l-effacemen…
  
A propos des défauts de paiement des pays européens, Patrick Artus écrit : 
  
"Un défaut est inévitable pour les pays les plus vulnérables de la zone euro" 
  
La Tribune : Mais n'y a-t-il pas un danger d'une réaction en chaîne si l'un des pays de la zone euro fait défaut ? 
  
Patrick Artus : Le problème, c'est que l'on n'a pas mis en place les institutions nécessaires pour permettre d'éviter la contagion. Par exemple, si demain le Portugal fait défaut, nous n'avons rien pour empêcher les marchés d'attaquer les autres dettes européennes. Quant à l'OMT, il est inefficace parce qu'il ne peut être déclenché que si un pays demande à être placé sous programme d'aide. Il n'intervient qu'après le désastre, alors que ce mécanisme devrait être préventif. Mais il n'y a pas que cela. Il faut aussi prendre en compte le fait que les banques sont d'énormes détenteurs de dette publique. Pour qu'il y ait un défaut organisé, il faut prévoir avant une recapitalisation des banques. Or, le MES n'est pas prêt. Donc pour l'heure, un défaut signifierait automatiquement une crise bancaire. 
  
  http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130723trib000777111/patrick-art…
 
A propos des défauts de paiement des pays européens, Romaric Godin écrit :
 
L’automne sera placé sous le signe de la restructuration des dettes publiques dans les pays périphériques de la zone euro. Même si officiellement, il ne saurait en être question, l’idée fait en effet son chemin. Rajouter de la dette du MES (Mécanisme européen de stabilité) à de la dette pour « sauver temporairement » ces pays comme cela a été le cas depuis 2011 ne saurait être une solution durable. Mais comment restructurer une dette ? L’histoire donne un certain nombre de pistes. Et permet également d’évaluer les conséquences de ces défauts.
 
http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130725trib00…
 
Lundi 29 juillet 2013 :
 
A propos des défauts de paiement des pays européens, Mory Doré écrit :
 
On le voit il n’existe pas de solution simple à la crise des dettes souveraines de la zone euro : pas de possibilité de forte réduction de dette publique compte tenu du potentiel de croissance limité ; pas de possibilité de détruire purement et simplement la dette, sauf à mettre la BCE en péril ou à en revenir à des mécanismes de monétisation d’il y a plus de 40 ans. Il reste alors des solutions de restructuration qui devront être directement ou indirectement supportées par les investisseurs institutionnels et les épargnants privés.
 
http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/finance-marches/finances/221177589/insoutenable-dette-reduire-detruire-restructu
 
Pronostic :
 
Les pays européens qui vont faire défaut sont les suivants :
 
Grèce, Italie, Portugal, Irlande, Belgique, France, Espagne, Royaume-Uni, Chypre, et plus si affinités.
 
1-        Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.
 
2-        Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.
 
3-        Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.
 
4-        Irlande : dette publique de 204,054 milliards d’euros, soit 125,1 % du PIB.
 
5-        Belgique : dette publique de 394,220 milliards d’euros, soit 104,5 % du PIB.
 
6-        France : dette publique de 1870,294 milliards d’euros, soit 91,9 % du PIB.
 
7-        Espagne : dette publique de 922,828 milliards d’euros, soit 88,2 % du PIB.
 
8-        Royaume-Uni : dette publique de 1385,701 milliards de livres sterling, soit 88,2 % du PIB.
 
9-        Chypre : dette publique de 15,342 milliards d’euros, soit 86,9 % du PIB.
 
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22072013-AP/FR/2-220720…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 30 Juil - 10:17 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mar 30 Juil - 12:30 (2013)    Sujet du message: La balkanisation de l'europe à marche forcée Répondre en citant

Merci BA de ces infos et de ces chiffres 
Mais en fait  je pense aussi qu'ils feront défaut , mais ils feront défaut à cause de leurs banques .. 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:56 (2016)    Sujet du message: La balkanisation de l'europe à marche forcée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com