FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

les "monnaies complémentaires"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Economie , Entreprise -> Economie Solidaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Mer 4 Déc - 18:12 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Money, Monnaie, Monnaies


Au-delà de ce qu’elle manque (souvent) ou abonde (rarement), la monnaie représente « l’argent » dans ce qu’il témoigne – par la quantité détenue – d’une richesse acquise ou héritée. Pourtant, la monnaie, ce peut être tout autre chose. Plus explicitement, c’est par elle que peut être restaurée un début de justice sociale. Et il n’est même pas besoin de prendre les armes pour opérer cette révolution.


La monnaie connue de tous s’exprime au travers d’une unité nommée « Dollar », « Euro », « Yuan » ou d’autres encore. Elle est originaire du monopole d’état qui fabrique le papier et les pièces correspondants. Sa valeur est fixée par un cours, lié aux réserves d’or jusqu’aux accords de Kingston (1976) pour cause de guerre du Vietnam. A cette date, le cours des monnaies devient flottant, c'est-à-dire liés les uns aux autres mais indépendant des réserves d’or. La référence est à cette date le dollar et dans les faits, les monnaies de chaque pays sont alors indexées sur le dollar. Comme le dollar n’est plus indexé sur quoi que ce soit, l’économie américaine devient quasiment gestionnaire de l’économie mondiale. La principale conséquence est que le dollar vit "sur le dos" des autres économies, et que toute difficulté économique aux USA se paye…hors USA. L'un des problèmes actuel, c’est la dépendance monétaire vis à vis du dollar. La mondialisation des échanges fait cependant surgir une monnaie « rivale » : le Yuan (chinois). Mais les règles monétaires de la Chine interdisent cependant qu’elle soit immédiatement la remplaçante du dollar, même si elle est désormais la seconde devise utilisée dans le monde.


Sauf que tout ça c’est bien joli, mais ça ne résout pas trop nos questions existentielles quotidiennes. Tout au plus devine-t-on, de loin, qu’une guerre est engagée (Yuan vs Dollar). Pour autant, la justice sociale est en partance, les institutions de plus en plus aux abonnées absentes et le salarié jetable devient un mode de gestion des entreprises. Pire : on nous explique que la déflation (traduisez par « baisse des prix ») est une catastrophe et l’économie de marché est la seule voie possible. Cher citoyen-contribuable, TINA qu’à suivre. Et comme le disait A. Maslow : « Si le seul outil dont on dispose est un marteau, tous les problèmes doivent ressembler à un clou ».
Et justement, il y a des canadiens qui se sont dit : « Tiens, mais si on inventait un autre outil ». Une autre monnaie. Au début des années 80 naissait à Vancouver un LETS (Local Exchange Trading System).
Quelques trente ans plus tard, ce sont plusieurs centaines d’associations qui ont repris le concept (en France, on les connaît sous l’acronyme SEL, pour Système d’Echange Local).
En France, ils ont donné naissance aux SEL (Système d’Echange Local).


L’idée est simple : la monnaie est d’abord (historiquement) un intermédiaire d’échanges. Aujourd’hui, elle est au moins autant une fin qu’un moyen et c’est ce qui participe à un appauvrissement d’une majorité de personnes. Revenons au début du commencement : la monnaie ne doit permettre aucune capitalisation, aucun enrichissement. Donc, dans un SEL, je vais monnayer mon aide, mon éventuel savoir-faire (mais ce n’est pas indispensable). Je vais être payé d’une monnaie virtuelle (il n’existe pas de pièce ou de billet, juste une comptabilité) qui me permettra de bénéficier d’une aide, d’une compétence que je n’ai pas. Je vais, par exemple, échanger deux heures de jardinage contre un CD des Beatles, ou un débug d’ordinateur contre…rien, parce que je n’ai besoin de rien. Mais mon compte va être crédité d’un certain nombre d’unité monétaire que j’utiliserai, par exemple, pour me faire héberger lors d’une balade à Toulouse que j’aurai envie de faire un jour à moindre frais (passque j’ai pas trop de sous). Le réseau des SEL à créé « La route des SEL » qui permet aux SEL adhérents de construire une sorte de parité entre les diverses monnaies utilisées par les quelques 300 SEL de France (pour environ 20 000 membres). Mais la plupart des SEL ont une monnaie dite « monnaie fondante ». cela signifie que si vous ne l’utilisez pas, le montant de vos « avoirs » va baisser au fil du temps. Ce principe est une incitation à l’échange et parfaitement contradictoire avec l’idée d’enrichissement.


Mais imaginez la tête de votre banquier si son capital monétaire perdait 1.5% chaque mois…


Principal problème : Pour qu’une monnaie ait un impact social remarquable, il faut un nombre d’utilisateur permettant à la fois une grande variété d’échange et une circulation facile de la monnaie. Et c’est un des problèmes auquel se heurtent les SEL en France.


Mais les SEL ne sont pas les seuls à avoir tenter d’innover en matière de monnaie, les entreprises, les collectivités (et en notamment les municipalités) sont en train de mesurer que l’économie locale nécessite peut-être, pour s’émanciper un peu de impacts du Global, de trouver une monnaie d’échange locale. Identifier un territoire d’échange pour en maîtriser le développement économique (donc les emplois…), voilà une idée qu’elle est peut être bonne ?


Fait « curieux », hormis celles créées par les SEL, les premières monnaies « non conventionnelle » sont apparues…à la suite de la crise de 1929. Quel étonnement, non ? ( Mr. Green ). Géographiquement, on les trouve en Autriche et en Suisse. (NB : Aux USA, la création monétaire à longtemps échappé à l’Etat, donc quand il l’a récupéré il l’a jalousement verrouillé).
En Autriche : C’est à Wörgl, village du Tyrol, qu’à l'initiative du maire de la ville, une monnaie locale fut émise. Sa caractéristique était de se déprécier de 1% par mois, et pour qu'un billet reste valable, un timbre devait y être apposé un jour donné de chaque mois. Ces billets avaient un double avantage sur la monnaie officielle: ils devaient être dépensés localement et ils circulaient naturellement beaucoup plus vite, puisque les garder coûtait de l'argent. Allez savoir pourquoi, l’expérience a été interrompue sur ordre de la Banque d’Autriche.
En Suisse : Le WIR est créé en 1934. Il s’agit d’une monnaie réservée aux PME suisses « qui manquent de liquidités » (traduisez par « dont l’accès au crédit est difficile à impossible »). Cette monnaie n’existe sous aucune forme physique mais facilite les échanges entre entreprises (taux d’intérêt, en particulier). Résultat ? La banque WIR existe toujours, compte 2 000 entreprises coopératives et 70 000 entreprises clientes. Ce réseau de privilégiés (en termes de facilitation d’affaires) est aujourd’hui l’argument commercial majeur. La banque WIR se porte à merveille et se fout de Bâle 3 comme de Bâle 12.


Vous l’avez compris, la force d’une monnaie locale, c’est le réseau dans lequel elle vous fait entrer. A l’échelle d’une collectivité, cette logique de réseau est immédiatement traduite par l’idée de « développement local ». Et si l’élite de la nation française a bien du mal, depuis son palais de l’Elysée, à oser lever le petit doigt (au lieu de le garder sur la couture du pantalon) quand le dollar se sert de l’euro pour stabiliser son cours, les maires, eux, ont à affronter de plus en plus souvent des taux de chômage qui s’envolent, des entreprises qui s’effondrent et des administrés qui s’agitent. Donc ils se disent que leur mandat pourrait bien faire les frais d’une gestion erratique des comptes de la nation. Alors certains franchissent le pas. De plus en plus, en fait.


Leur idée est simple : créer du réseau et des échanges, sur un territoire donné pour le (re)dynamiser le territoire en question. Mais en quoi une monnaie locale peut-elle aider ?

  • Comme il ne sert à rien de la garder, alors elle sera dépensée. Une monnaie locale circule trois fois plus qu’une monnaie nationale. Trois fois plus d’échanges, c’est plus de travail fourni et payé, c’est de l’activité économique, donc de la paix sociale.
  • Comme la collectivité est émettrice de la monnaie en question, elle maîtrise complètement la quantité de monnaie en circulation, donc la hausse des prix et/ou le nombre de « participants » (c'est-à-dire le territoire concerné). Telle monnaie locale peut être développée sur un arrondissement quant telle autre le sera sur un département. Plus que la ville, c’est bien la notion de « territoire économique » qui prévaut.
  • L’immixtion du politique s’effectue d’un seul coup autrement. Qui va oser prendre parti contre le développement dudit territoire ? Dans un tel contexte, celui qui prend l’initiative ramassera les bénéfices. Que du bonheur, pour un élu.

En fait, dans cette histoire, le principal problème c’est l’Etat français. Parce que d’un seul coup, à trop voir se développer des monnaies alternatives, il pourrait bien voir s’effriter quelques monopoles très importants.
  • Le monopole de la création monétaire (même s'il a été transféré à la BCE sous une forme indirecte), déjà, avec son pouvoir de régulation économique. Pour l'instant le risque est nul puisque les monnaies locales s'achètent avec des euros.

  • Mais l’enjeu est aussi fiscal. Ces monnaies parallèles sont convertibles en euros, mais uniquement en termes de chiffres d’affaires. Comment fiscaliser une monnaie virtuelle détenue par des particuliers ? Et sur quelle base puisque cette monnaie est fondante ? A part la TVA, pas de solution.


Et si les monnaies locales préoccupent un peu les gouvernants, ils n’en sont pas encore vraiment inquiets tant ils ont le pouvoir de tout stopper d'un décret. Par contre, il y a une monnaie virtuelle (et ses petites sœurs) qui inquiète beaucoup plus : c’est le Bitcoin.


En quelques mots, le Bitcoin est ce que l’on appelle une cryptomonnaie. Cela signifie qu’elle est virtuelle (même si très récemment des pièces sont apparues) et que la valeur du Bitcoin est établie par un algorithme sur la seule foi d’une évaluation des demandes et des offres (qui veut en acheter combien vs qui veut en vendre combien). Pas de banque centrale, pas de réel étalon (même si on l’étalonne parfois par rapport à l’or), pas de réserve physique de quoi que ce soit qui détermine une valeur, même pas de centralisation sur un serveur. Juste la valeur de marché calculée par un algorithme.



Le très gros problème que le Bitcoin pose aux gouvernement, c’est qu’il n’y a personne derrière…pas de procès à intenter, pas de couloirs à corruption, pas de chantage à mettre en place, juste la dure loi des chiffres. Pire : le bitcoin n'est adossé à aucune dette et n'en crée aucune...


Horreur, malheur ! (des banques centrales).


Bien sûr, il a été associé au blanchiment d’argent. Il faut comprendre ces braves dirigeants, ils n’avaient aucun nom à citer, alors ils ont crié « Haro sur le Bitcoin » et repris leurs sales habitudes médiatiques pour les appliquer à la monnaie ciblée, qui d'ailleurs n’a même pas sourcillé et dont le cours a bondi une fois de plus.
Et tout ce petit monde de sous-entendre : « c’est vrai quoi, le dollar a-t-il jamais servi à blanchir quoi que ce soit ? Et le Franc Suisse ou l’Euro ? Hmm ? ». Tout le monde sait bien que les cartels de la drogue ont attendu le bitcoin pour s’installer...


Pour résumer, ces monnaies alternatives (monnaies locales ou cryptomonnaies) représentent en fait le besoin éprouvé par des particuliers, des élus ou des entreprises de retrouver la véritable utilité de la monnaie. Aujourd’hui, sur 1 000 euros en circulation, 970 sont affectés à la spéculation. Cette addiction des banques d’investissement (les malnommées) et des fonds spéculatifs (les très bien nommés) pour un bénéfice obtenu avec zéro travail déstabilise toutes les économies au point de tout détruire (entreprise, territoires économiques, états) au simple motif d’un besoin de résultats financiers immédiats. Mais cet argent, puisqu’ils proclament qu’il ne fait pas le bonheur, qu’ils le rendent ! (Jules Renard).


Bibliographie :


La littérature sur le sujet est de plus en plus abondante. Pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir un peu plus :


Un très bon article de synthèse d'Alternatives Economiques :
http://www.alternatives-economiques.fr/le-boom-des-monnaies-paralleles_fr_a…


Un site récapitulant les initiatives de monnaies locales (nommées pudiquement « monnaies complémentaires ») mises en réseau :
http://monnaie-locale-complementaire.net/


Le réseau des SEL :
http://www.selidaire.org/spip/


Un exemple, à Villeneuve sur Lot, chez « Marianne » :
http://www.marianne.net/Monnaies-locales-les-petites-soeurs-de-l-euro_a2310…


Un tour d'horizon (discutable) parfois un peu technique, en 44 minutes, à « Du grain à moudre », sur France Culture :
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-d-ete-les-monnaies-a…
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Déc - 18:12 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Jeu 5 Déc - 02:03 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Je savais que tu allais commencer fort , mais là tu commences très très fort . 


Je jettes quelques idées en vrac sur le papier . 


Je crois que dans ta démonstration , il y a une notion sur laquelle il faut des développements complémentaires : sa perte de valeur .. 
Le principe même du capitalisme est bien la rente  . Si la monnaie perd de sa valeur avec le temps , comme tu le décris, sa vitesse de circulation augmente  et les échanges aussi.. elle redevient un outil d'échange .  
Si elle ne perd pas de valeur avec le temps , nous arrivons à la notion d'intérêts , de rentabilité du capital , d'enrichissement sans cause  .. La monnaie devient une fin en soi et non plus un moyen  .. 


Nous y sommes très exactement . 


Et quelque part , samines , je te pose la question : qu'est ce que l'inflation si ce n'est une perte de valeur de la monnaie . Il ne faut pas que cette perte soit trop rapide , mais si l'inflation permet justement de ne pas faire que la monnaie devienne LE tout , l'objectif , le but ultime .  L'inflation a un autre avantage : elle diminue l'impact de LA DETTE .. 
i
Théoriquement l'inflation est une augmentation de prix qui arrive en période de pénurie .  Excédent de monnaie par rapport à pénurie d'offre . Mais aujourd'hui , tout est inversé. 
Il n'y a aucune pénurie d'offre de biens et services (enfin facialement) , par contre il y a excédents monétaires puisque les banques centrales en fabriquent à tour de bras , mais ces excédents ne sont pas destinés à la production de services , mais uniquement à la spéculation . 


Sur la production de biens et services , il y a déflation volontaire (certains appellent çà compétitivité) .. mais c'est de la déflation , qu'elle se traduise par du dumping salarial , du dumping sur les prix .. et quelque part , cette déflation qui nous est imposée par nos banques centrales , favorise encore plus la détention de capital improductif . 


On continue demain ???  Je sens qu'on va faire un quatre mains sur ce sujet précis ^^^^


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 5 Déc - 11:39 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Beijing bans banks from Bitcoin deals Regulators warn of danger that it be used for criminal activity

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 5 Déc - 14:06 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

    
FINANCE-MARCHÉS


Bitcoin : la Banque de France pointe «un risque financier certain»


La Banque de France met en garde contre l’utilisation du Bitcoin, une monnaie virtuelle au succès grandissant, soulignant que ce genre de...
 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 5 Déc - 15:36 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant


Panned by Greenspan and China, $1,000 bitcoin at risk


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 6 Déc - 00:26 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant


CURRENCIES
Customer buys a Tesla with bitcoins
Bitcoins are gaining new acceptance — from car dealer to currency analysts.
Bitcoin: Thumbs-down from China, Greenspan
Bank of France joins the warnings over bitcoin


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 11 Déc - 22:29 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Verrouillage :



8:36am
John Authers
from MARKETS
Time to take the Bitcoin bubble seriously Hubbub over online currency suggests it could be widely accepted


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 11 Déc - 23:21 (2013)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Will Digital Currency Replace the US Dollar? Wall Street Strategy to Make Bitcoin the Global Currency?


Bitcoin – The Potential Monsanto of Digital Currency?


Its ultimate objective is to control, control of the “alternative currency” when the Petro-Dollar collapses. Bitcoin is “GMO Money”!
In my last article posted on 22nd November, 2013 to the website, www.futurefastforward.com entitled ―Bitcoin – The Flipside Of Bernanke‘s Digital Money ‗Printed / Created‘ Out Of Thin Air‖, I promised to write a more detailed account of Bitcoin after you, the readers have embarked on your own research and revert to me on your findings. Let us now compare our respective research.



Extrait :



So, here we have the great idea allegedly from Dr. Milton Friedman, replacing the FED with a computer. It begs the questions, ―Who controls the computer?‖ Surely, if a specified number of paper dollars are to be printed, month after month, week after week, year after year what is there to prevent the Controller of the computer to change the number of paper money to be printed and the frequency of the printing? After all, the Bitcoin system is such that no one knows who actually controls the system.
It has been said that the original amount of Bitcoins that has been ―mined‖ (i.e. created by the computer) is only 21,000,000 (21 million). This is to convey the impression that Bitcoin is limited and cannot be created out of thin air. The Controllers must take us for fools, as there is absolutely no difference between Bernanke creating digital money out of thin air by a click of a computer mouse and Bitcoin being created likewise by a click or several clicks of a computer mouse.
Then comes the sales pitch. If you ―invest‖ (buy) Bitcoins early (or has bought them in 2009) you would be very rich now, as the price of Bitcoin has skyrocketed to over US$1,000. And the price could go as high as US$100,000. This is a Ponzi scheme. The inner circle or ―founders‖ who created the initial amount of Bitcoins (not more than 21 million Bitcoins, valued at US$1 per coin) would have made a killing in the Bitcoin market.
There is absolutely no difference to Bernanke‘s FED launching QE 1, QE2, Twist, QE3 which benefited in the first instance the fat cats of Wall Street (who paid themselves huge bonuses amounting US$Billions) before the money starts trickling down to the masses. And when the money reaches Joe Six-Packs, the purchasing power of the paper money or the FED‘s digital money would have depreciated sharply.


Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Sam 4 Jan - 09:13 (2014)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

qu'est ce que l'inflation si ce n'est une perte de valeur de la monnaie . Il ne faut pas que cette perte soit trop rapide , mais si l'inflation permet justement de ne pas faire que la monnaie devienne LE tout , l'objectif , le but ultime .  L'inflation a un autre avantage : elle diminue l'impact de LA DETTE
.
L'inflation est, me semble-t-il, ce chiffre au-dessous duquel devraient se trouver le taux des intérêts d'un emprunt et au-dessus duquel on devrait trouver le taux d'évolution du pouvoir d'achat d'une société "en développement économique".
Mais ce que je viens d'écrire ne peut qu'être théorique. Si je suis un investisseur, je veux que mon pouvoir d'achat croisse, donc que le taux d'emprunt soit supérieur à l'inflation. Et si je raisonne à l'échelle d'un ensemble de pays aux économies liées, la croissance des uns ne peut guère que se payer sur les difficultés des autres. Si le commerce est une somme d'échanges, ceux dont la balance des paiements est excédentaire se payent sur la dette de ceux pour lesquels elle est déficitaire.
Outre le calcul de l'inflation, c'est donc, si l'on veut parler "monnaies", du bon calcul du mode de consommation, dont il faudrait parler (Mesure du PIB, par exemple, mais aussi identification de besoins humains et non d'un indicateur économique téléguidé par Markit et Cie...).
Quant à la dette, je ne voudrais pas paraître lapidaire, mais à part à financer les banques, elle sert à quoi ?
Mort de Rire
Je plaisante (un peu), mais je crois que la dette est une variable d'ajustement, pas un précepte théologique. Donc le jour où elle dérange, on l'annule.
.
Il y a quelque chose qui me "trotte dans la tête" depuis quelques semaines. Aujourd'hui, les marchés (de grande consommation) sont estimés par rapport à un taux d'utilisation des produits restreint à un acheteur (personne voire foyer). Que se passerait-il si le taux d'utilisation (la valeur d'usage) était notablement modifié ?
Je prends un exemple : J'ai un moule à gaufre que j'ai acheté 35 euros. Ce moule à gaufre, une fois acheté, vaut au grand maximum une dizaine d'euros. Si je cherche à le revendre, déjà j'impacte  théoriquement sa valeur d'usage et la valeur d'échange du même objet en neuf. Mais si je me mets à le partager, que se passe-t-il ? Si ce moule à gaufre, je le prête à mes voisins pour - par exemple - deux euros le week-end, j'incite tous mes voisins à ne pas en acheter un. Je stimule la consommation mais plombe le comportement d'achat.
J'étends la réflexion : Auto-partage, apprentissage gratuit des langues (système d'échange), couchsurfing...On n'est pas dans une idéologie de la décroissance mais dans une perspective de maintien de la consommation à l'écart des acteurs traditionnels de vente...
Je vais le dire autrement : "Moins de Bien (de consommation) et plus de Lien (social)" et cela dans un contexte d'exploitation maximum de chaque produit issu de la production industrielle classique.

http://www.covoiturage.fr/
https://www.duolingo.com/fr
http://www.routard.com/guide_dossier/id_dp/81/le_couchsurfing.htm

Je n'ai pas le lien sous la main, mais des gens comme Intermarché ou Boulanger mettent en place des plate-forme d'échange pour contrecarrer cette "forme de concurrence", et la SNCF annonce que son premier concurrent n'est pas l'avion mais le covoiturage....
Ils n'ont pas l'air rassurés Smile
.
Bon, je vais aller lire les liens postés par Danyves. Merci à vous.
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Sam 4 Jan - 10:04 (2014)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Merci Samines. Notre petite fille planche sur l'Equilibre de Pareto et le Taux Marginal de Substitution; du pur néolibéralisme détaché de l'économie réelle.

Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Sam 4 Jan - 10:49 (2014)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Danyves, je vous aime !
Je ne suis pas assez cultivé en économie pour l'avoir retrouvé seul, et je ne savais pas comment le chercher.
Je savais bien qu'il y avait un indicateur du "taux d'utilisation" d'un bien de consommation, mais impossible de remettre un neurone dessus Mort de Rire .
Le TMS...
Forcément, TMS évoque pour moi les Troubles Musculo-Squelettiques, ce qui, on en conviendra aisément, n'a aucun rapport Laughing
.
Merci beaucoup et bonne journée
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Lun 6 Jan - 11:31 (2014)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Samines 
tu me republierais ton billet sur les Castors affairés stp ? 


Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Sam 11 Jan - 23:27 (2014)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Je ne suis pas sûr de l'avoir gardé, mais je peux le ré-écrire Smile
Je fais ça aussi rapidement que possible.
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 12 Mar - 10:57 (2014)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Bitcoin’s body count is rising
Commentary: David Weidner takes a look at bitcoin’s growing casualty list.
Morgan Stanley CEO: Bitcoin is 'totally surreal'
Wikipedia co-founder’s bitcoin haul


Revenir en haut
Alainhh


Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2015
Messages: 7

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 20:02 (2015)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires" Répondre en citant

Bonjour. Je pense que la solution serait de se servir d’une seule monnaie partout dans le monde. Du coup, plus de perte de valeur, plus de problèmes lors des voyages, et cela facilitera aussi grandement les transactions entre différents pays, mais bon, on sait déjà à qui la situation actuelle profite le plus. 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:50 (2016)    Sujet du message: les "monnaies complémentaires"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Economie , Entreprise -> Economie Solidaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com