FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'économie Française
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> ARCHIVES Billets -> Archives Revue de presse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 01:19 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Florange .... 


Montebourg attaque Mittal 


Lettre de Pierre Laurent à FH 


En mettant les enjeux de cette manière  sur le terrain médiatique , Montebourg a peut être réussi l'exploit d'empêcher tout enterrement du dossier . Même ses principaux opposants au sein du gouvernement ne pourront pas éluder l'aspect qui vient d'être évoqué . 


La dette fiscale


et le consensus Européen sur la sidérurgie !!! : texte de Pierre Laurent 


 
Citation:
Pourquoi ne pas proposer à nos partenaires européens la tenue d’une conférence sidérurgique pour une négociation sur le redressement industriel de l'Union européenne, avec les pays intéressés, en perspective d'éventuelles coopérations renforcées et anticipant sur de nouveaux cycles de négociations pour chaque branche ? Ce serait l'occasion de traiter ensemble des enjeux de financement avec, notamment, un autre rôle de la BCE dont vous-même, Monsieur le Président, avez préconisé la réorientation lors de votre campagne électorale.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Nov - 01:19 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 02:20 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

La CECA

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 10:27 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Logique :





Dernière édition par Danyves le Ven 23 Nov - 10:43 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 10:29 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

La preuve de la logique :


Moscovici s'amuse de son mauvais classement dans le Palmarès du FT
22/11 | 22:50

Pierre Moscovici arrive 16e dans le classement annuel des grands argentiers des 19 plus grands pays européens, publié jeudi par le quotidien des affaires et dominé cette année par l'Allemand Wolfgang Schäuble.






 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 10:41 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Sapin et Montebourg s'opposent sur Florange
23/11 | 08:25 | mis à jour à 08:45 | Claude Fouquet

Interrogé sur LCI, le ministre du travail écarte la solution d'un contrôle public, même temporaire, du site d'ArcelorMital en attente d'un repreneur.





 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 10:47 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 10:50 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Mittal, ou la stratégie de la tenaille.


Extrait de la lettre de Pierre Laurent à FH, où il donne une leçon de gaullisme :


"Par cette lettre, Monsieur le président je veux souligner l'importance de cette question de la sidérurgie pour la compétitivité de notre économie.
Il est de la plus haute importance d'entreprendre très vite une véritable action de redressement productif à Florange, contre les prédations de la finance que vous aviez dénoncées le dimanche 22 janvier au parc des Expositions du Bourget et qui, là, a bien un visage, celui de M. Lakshmi Mittal.
Ce dernier se soucie comme d'une guigne de la sidérurgie française et européenne à la consolidation desquelles, pourtant, il s'était engagé à contribuer en 2006 lorsqu'il s'appropria les actifs d'Arcelor.
Depuis, il a « surfé » sur la croissance des années 2006-2008 et utilisé d'énormes profits à se verser des dividendes, des bonus somptueux et tirer massivement sur le crédit bancaire et les aides publiques pour déployer une expansion financière internationale débridée.
Arguant du ralentissement de la croissance depuis 2009, M. Lakshmi Mittal décide de mettre les hauts fourneaux de Florange sous cocon et fait alimenter la « filière froide » à partir de brames d'acier transportées depuis Dunkerque.
En 2011, il n'hésite pas à faire signaler dans les comptes du quatrième trimestre que « la société se concentre sur les dépenses d'investissement dédiées à la croissance stratégique de ses activités minières, étant donné les profils de rendement attractifs des projets en cours de réalisation ».
Aujourd'hui, après avoir accumulé une dette de plus de 22 milliards de dollars qui a prélevé 1,8 milliards de dollars en charges d'intérêt nettes sur les richesses produites l'an dernier, il est mis en demeure par ses créanciers d'emprunter à des taux de 7-8%, du fait de la dégradation de sa notation financière.
Sa réponse consiste, dans la précipitation, à fermer des sites, comme récemment à Liège, en Belgique, d'où il n'a pas hésité à transférer 37 milliards de dollars vers le Luxembourg par « optimisation fiscale ». Il multiplie les cessions d'actifs pour ne garder que les plus rentables, au mépris de toute cohérence industrielle et en laissant, à chaque fois, sur le carreau des centaines de familles et des bassins d'emploi sinistrés.
M. Lakshmi Mittal a une stratégie de gestion essentiellement financière et spéculative, achetant, débitant et revendant à la découpe des unités de production et des potentiels de savoir-faire, au grès de la conjoncture des marchés financiers.
Si tout cela coûte très cher aux Français, le rendement pour la famille Mittal est considérable. Le groupe présentait un excédent brut d'exploitation (EBITDA) de 10,1 milliards de dollars en 2011 et de 4,4 milliards de dollars encore au premier semestre 2012. Cela a permis à la famille d'encaisser quelques 40 % des 1,19 milliards de dollars de dividendes versés en 2011 et des 598 millions de dollars versés au premiers semestre 2012.
Ajoutons à cela les bonus versés au « senior management » d’ArcelorMittal, dont font partie le PDG et son fils, qui ont atteint 17,2 millions de dollars en 2011. On ne peut pas, on ne doit pas laisser ce financier cynique dépecer nos atouts nationaux !
En 2006, nos échanges extérieurs d'acier en volume présentaient encore un solde positif de 1, 7 millions de tonnes. Il est tombé à 82 000 tonnes en 2011. Le commerce avec les pays membres de l'Union européenne est au c?ur de ce déclin.
Toute reprise de la croissance, éminemment souhaitable, sera très consommatrice d'acier alors que la tendance est, malgré quelques écarts, à la hausse des prix depuis début 2002 . C'est dire, si on laisse faire, les prélèvements extérieurs croissants que pourraient subir les industries consommatrices d'acier : construction automobile, ferroviaire, électroménager, agroalimentaire, construction navale et transport maritime et fluvial, production d'électricité, industrie pétrolière, bâtiment et travaux publics, emballage, outillage.
En France, ce sont donc des millions d'emplois industriels, et de services associés, qui dépendent peu ou prou de la compétence et du savoir-faire des 45 000 salariés directs et des 30 000 salariés indirects de la filière sidérurgique.
Celle-ci doit être considérée comme tout à fait prioritaire pour un effort de redressement productif digne de ce nom.
Votre ministre, Arnaud Montebourg s'est fait remettre, le 27 juillet dernier, un rapport commandé à Pascal Faure sur « la filière acier en France et l'avenir du site de Florange ». Il y est souligné combien les hauts fourneaux, l'usine d'agglomération et la cokerie d'ArcelorMittal à Florange s'insèrent de façon cohérente, avantageuse et efficace dans le « cluster lorrain » de ce groupe. Cet ensemble a toujours su être en pointe en matière d'innovations, comme en attestent à la fois les nombreuses nuances d'acier qu'on lui doit, tout récemment encore l'Usibor si performant, et le fait qu'il ait été retenu pour concevoir et expérimenter une sidérurgie de l'avenir, économe en CO2 (projet ULCOS).
Le rapport ajoute que « ce patrimoine de compétences est aujourd'hui menacé » par la fuite en avant financière et spéculative de M. Lakshmi Mittal.
Il dénonce le fait qu'y ait été réalisé « très peu d'investissements de transformation et de croissance » depuis 2006, soulignant en contrepoint le besoin urgent d'investissements « de mise à niveau et de développement » à hauteur de 450 à 600 millions d'euros sur cinq ans.
Monsieur le Ppésident, méconnaître une telle préconisation et se contenter d'attendre le 30 novembre, conduiraient inéluctablement à une mise en cause de la « filière chaude » de Florange mais aussi, n'en doutons pas, à celle de sa « filière froide » à un terme plus ou moins éloigné.Il est donc indispensable de faire tout le nécessaire pour mobiliser un financement pour ces investissements et sécuriser le débouché des productions qui ensuivront.
ArcelorMittal Florange est emblématique de ce qui devrait motiver un soutien de la Banque publique d'investissement (BPI) dédiée au service du redressement productif pour le début 2013.
Monsieur le président, je vous demande solennellement de faire se réunir avant le 30 novembre tous les acteurs impliqués ou intéressés par cette affaire : M. Mittal, bien sûr, les syndicats du site et du groupe, les élus des collectivités territoriales concernées, mais aussi les représentants des PME clientes ou sous-traitantes, ceux des services et entreprises publics ou mixtes gros consommateurs d'acier (SNCF, RATP, EDF, GDF-Suez, Renault, grands propriétaires de logements sociaux, compagnies immobilières...), ainsi que les représentants de la CDC, du Fonds stratégique d'investissement (FSI) et du pool des banques d'ArcelorMittal.
Il s'agirait, premièrement, de dégager un prêt à très bas taux d'intérêt pour les 600 millions d'euros d' investissements urgents nécessaires. Deuxièmement, en attendant l'entrée en phase opérationnelle de la Banque publique d'investissement, ne pourrait-on pas constituer une structure à capitaux mixtes de prise de contrôle des actifs sidérurgiques mosellans d'ArcelorMittal, avec des participations possibles de la Région et d'entreprises clientes en vue d’élargissements ultérieures jusqu’à d'autres actifs du groupes ? On progresserait ainsi dans le sens de « l'option nationale » préconisée par le rapport Faure  avec la reprise, qui peut être progressive, par un autre actionnaire de « l'ensemble des activités sidérurgiques du groupe ArcelorMittal sur le territoire français », option présentée par ce rapport comme la « plus cohérente » au plan industriel.
Il s'agirait, en même temps, d'obtenir l'engagement de la famille Mittal de continuer de faire alimenter les unités de la « filière froide » de Florange par les productions de sa « filière chaude ». Si elle l'accepte, on aiderait à une renégociation d'une partie de la dette du groupe. En cas de refus, ne faudrait-il pas la mettre en demeure de rembourser toutes les aides publiques accordées depuis 2006 ?
Simultanément, pour une politique de redressement national, il faudrait conditionner les aides du « plan automobile », décidé en juillet dernier, à l'engagement par Renault et PSA d'acheter de l'acier français, comme il faudrait, en liaison avec la relance du logement social et des transports ferroviaires, que les secteurs de la construction immobilière et la SNCF soit incités à faire de même. Et on pourrait négocier une participation de ces clients majeurs au capital de la structure mixte de contrôle des actifs sidérurgiques mosellans d'Arcelor et au-delà.
En agissant ainsi pour le redressement productif de la Lorraine et du pays, on contribuerait aussi à celui de l'Europe. Sa part dans la production mondiale d'acier n’est plus que de 15 % environ, contre 27 % en 1995.
Rappelons-nous du traité CECA , une telle situation aurait sans doute conduit à décréter la sidérurgie européenne en état de « crise manifeste » pour organiser le marché et réguler la concurrence, comme ce fut le cas le 31 octobre 1980, avec des quotas, un système de prix minimaux et un « système de surveillance », lequel a perduré jusqu'en 1990.
Aujourd'hui l'Europe laisse s’entre-déchirer ses productions nationales en les mettant en rivalité sous prétexte de « concurrence libre et non faussée », au lieu d’organiser les coopérations permettant, chacun chez soi et tous ensemble, de les développer au sein d'une union solidaire.
Pourquoi ne pas proposer à nos partenaires européens la tenue d’une conférence sidérurgique pour une négociation sur le redressement industriel de l'Union européenne, avec les pays intéressés, en perspective d'éventuelles coopérations renforcées et anticipant sur de nouveaux cycles de négociations pour chaque branche ? Ce serait l'occasion de traiter ensemble des enjeux de financement avec, notamment, un autre rôle de la BCE dont vous-même, Monsieur le Président, avez préconisé la réorientation lors de votre campagne électorale.
Dans l'immédiat, ne faut-il pas demander, pour la sidérurgie, un soutien de la Banque européenne d'investissement (BEI) ? Dans le « pacte de croissance » que vous avez contribué à faire accepter par l'Allemagne, lors du sommet européen des 28 et 29 juin derniers, cette institution doit jouer un rôle majeur d'orientation des 120 milliards d'euros prévus sur trois ans. Il faut la solliciter.
Enfin, nous savons tous combien ces enjeux doivent être aussi traités désormais au niveau mondial. Il y a, en effet, le regain attendu de concurrence engendré par les efforts de « ré-industrialisation » des États-Unis qui disposent du « privilège exorbitant » du dollar, comme disait De Gaulle, et n'hésitent pas à recourir au protectionnisme. Il y a aussi la pression des productions provenant des pays émergents à partir de très bas coûts salariaux.
Des protections communes européennes légitimes et souples, associées à des coopérations ambitieuses d'avantage mutuel avec nos partenaires des pays tiers, paraissent indispensables. Et il serait de la plus haute importance que la France agisse dans ce sens."

--" 


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 11:11 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Lol , Hier au soir, il y avait un commentaire assez incendiaire d'un militant communiste sur la lettre de Pierre Laurent . Ce matin il a disparu . 
Le PCF devrait se débarasser de ces méthodes là . La lettre de Pierre Laurent est très bien et les commentaires insultants se décrédibilisent eux mêmes . Ils n'ajoutent rien que de remettre des débats autour de la forme et non sur le fond .. (politiciens) . Mais les censurer n'est pas forcément la bonne solution. Il vaudrait au contraire mieux laisser d'autres personnes leur répondre. 


D'après ce que j'ai compris Severstal qui était déjà sur les rangs lors de la vente fait une offre globale pour la filière chaude et la filière froide et Mittal refuse . 
Je n'ai d'ailleurs jamais compris à l'époque pourquoi c'est la solution Mittal qui avait été retenue . Celle de Severstal m'avait toujours paru beaucoup plus intéressante ...


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 11:51 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Déficit des retraites complémentaires : le Medef propose de raboter les pensions
http://www.romandie.com/news/n/Deficit_des_retraites_complementaires__le_Me…
PARIS (Sipa) -- Pour éponger les déficits et reconstituer les comptes des caisses de retraite complémentaire Agirc-Arrco, le Medef a proposé jeudi aux syndicats près de six milliards d'euros d'économies, en jouant notamment sur le montant des pensions qui seront versées aux futurs retraités.  


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 12:36 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Il faut absolument lire Histoire secrète du patronat, pour voir comment se sont remis en place après 1945 les méthodes de contrôle sociale sous l'égide du patronat, avec des ponctions financière.


Pour casser des actions jugées socialement dangereuse, on casse Lip par exemple. En 1973, après le choc pétrolier, Jacques Chirac convoque à Matignon Antoine Riboud (qui à fait transformer à Claude Neuschwander un rapport en livre au Seuil sur son expérience à Lip, pour modeler son image -fausse- de patron social) Joe Bidegain, François Ceyrac. Afin d'empêcher la contagion syndicale le choix politique est de casser le symbole Lip. Chirac met Riboud et Bidegain au pied du mur "Ou vous arrêter Lip, ou c'est vous qui sautez".


Mine de rien, Antoine Riboud interroge ensuite Claude Neuschwander "Est-ce que vous pourriez réduire le personnel ?". "Si des actionnaires français cédaients des participations à des investisseurs étrangers, par exemples arabes, serait-il possible de monter un plan financier pour qu'ils obtiennent un retour de 20%. "Autrement dit un plan de restructuration avec licenciements à la clé". Riboud voulait savoir si j'étais prêt à jouer le jeu contre les Lips".


Claude Neuschwander refuse. 


La machine est désormais enclenchée : l'Etat a décidé de sacrifier Lip. Du jour au lendemain, les fournisseurs traditionnels n'honoraient plus leurs commandes. le tribunal de commerce de Besançon presse Claude Neuschwander de régler les 6 millions de dette contractée par l'ancienne direction. Renault, entreprise nationalisée annule ses commandes de pendulettes de tableau de bord. Les industriels horlogers du Doubs s'opposent à toute aide de l'Etat. Sur ordre du premier ministre, l'Etatrevient sur un versement de 5 millions de francsqu'il devait honorer dans le cadre d'un vaste "plan quartz". Le couteau sous la gorge, Claude Neuschwabder est révoqué à l'initiative d'Antoine Riboud, le 21 février 1976.


Il sera sur liste noire pendant 10 ans, et Antoine riboud le traînera en justice pour escroquerie, et le fera poursuivre par d'ancines créanciers avec procédure devant les impôts et consignation de 100 000 francs; qui finalement lui seron restitués.


.../...


"Jusqu'à Lip, c'est un capitalisme certes dur,mais dans lequel l'entreprise est au coeur de l'économie, analyse Claude Neuschwander. Après Lip, c'est un capitalisme dans lequel la finance a remplacé l'entreprise. L'intérêt de l'argent est devenu le moteur. On joue au Monopoly avec les entreprises ! On broie les hommes. On broie les territoires. C'est ce qui a commencé avec Lip."


pages 223-224


On peut dire que c'est la version douce de "plutôt Hitler que le Front Populaire".


Les procédés se sont encore améliorés depuis.


Le gouvernement fait une opération de relations publique pour Florange, condamné.


Dernière édition par Danyves le Ven 23 Nov - 21:00 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 16:48 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

Florange, la tenaille toujours, sauf contrôle public :


ArcelorMittal refuse de céder l'intégralité de Florange
23/11 | 13:49

Tout vendre « mettrait en péril » les activités du groupe en France et ses 20.000 salariés. Le sidérurgiste oppose ainsi une fin de non-recevoir à la requête du gouvernement français de céder les installations de traitement aval de l'acier.





 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 17:32 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 17:47 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

GM veut vendre son usine de Strasbourg à Punch Metals (Reuters)                 

Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 17:58 (2012)    Sujet du message: L'économie Française Répondre en citant

India: 'Scarface'-style shootout showcases gangland democracy


Uttar Pradesh liquor baron's death shakes the shadowy corridors of power.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 26 Nov - 13:47 (2012)    Sujet du message: Arcelor Mittal Répondre en citant

From COMPANIES 10:36amFrench minister attacks ArcelorMittal
Montebourg accuses steelmaker of ‘lying’


 Montebourg ne "veut plus" de Mittal en France
25/11 | 21:16 | mis à jour à 23:17 | Elsa Freyssenet et Sharon Wajsbrot 
 
ArcelorMittal ne veut pas céder la totalité de Florange, bloquant une reprise possible. Le ministre du Redressement productif travaille sur un projet de nationalisation avec un partenaire industriel. 
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:56 (2016)    Sujet du message: L'économie Française

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> ARCHIVES Billets -> Archives Revue de presse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 4 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com