FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

NEWS SUISSES : la file de Bergs
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 12:40 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

http://www.bilan.ch/argent-finances/fonds-de-placement-suisse-pesent-797-mi…

Patrimoine
En mai 2014, la fortune totale des fonds de placement en Suisse s'élevait à environ 797 mrd CHF, 13,7 mrd CHF de plus que le mois précédent, soit une hausse de 1,7%. Les entrées nettes de fonds ont atteint 681 mio CHF, indique la statistique mensuelle de la Swiss Fund Data SA et Morningstar, publiée mercredi par la Swiss Funds & Asset Management Association (SFAMA).
Tout comme les mois précédents, les fonds obligataires ont enregistré les afflux d'argent les plus importants, à 3,3 mrd CHF. Cet afflux a toutefois été pratiquement compensé par des désinvestissements de 1,9 mrd CHF dans les fonds en actions et de 1,1 mrd CHF dans les fonds monétaires, note la SFAMA.
Le classement des catégories de fonds les plus appréciés n'a pas changé. Les fonds en actions, avec une part de 39,69%, devancent toujours les fonds obligataires (29,72%), les fonds stratégiques de placement (12,26%) et les fonds du marché monétaire (7,98%).
Okay Mort de Rire


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 12:40 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 12:44 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

http://www.bilan.ch/myret-zaki/redaction-bilan/sauver-classe-moyenne-ressus…


Les classes moyennes, en Europe comme aux Etats-Unis, se meurent. Conséquence du creusement des inégalités, elles sont en train de se vider de leurs contingents. Et cela refaçonne le paysage tant politique qu’économique.
En France, le salaire réel net moyen, qui avait été multiplié par trois (+400%) de 1947 à 1975, n’a progressé que de 12% sur les vingt dernières années. Les générations nées vers 1960 n’ont jamais connu les opportunités de leurs parents.
Le déclassement social fait que les nouvelles générations sont moins riches que leurs parents et que les pauvres aujourd’hui sont les jeunes. Ce qu’on appelle aujourd’hui la classe moyenne, en Europe, est en grande partie subventionnée par la génération précédente, celles des Trente Glorieuses.
Pourquoi est-ce si préoccupant? Parce que les classes moyennes, c’est le cœur d’une société. Ce sont elles qui tirent la consommation, qui agissent comme un puissant assimilateur des divers groupes sociaux, et qui huilent les rouages démocratiques par leur participation. Lorsque la classe moyenne déprime, les taux d’abstention et les votes des extrêmes montent au plafond.
Le grand malaise de la classe moyenne est aussi palpable aux Etats-Unis, où elle se précarise à grande vitesse, cessant d’être la locomotive de l’économie. Désormais, ce sont les tranches supérieures de revenu, soit 5% de la population, qui sont à l’origine de près de 40% des dépenses de consommation, contre 28% en 1995. Des millions d’emplois de la classe moyenne ont disparu.
Il y a cinquante ans, le plus gros employeur aux Etats-Unis était General Motors, où un salarié gagnait l’équivalent de 50 dollars l’heure en dollars actuels. Aujourd’hui, le plus gros employeur est Walmart, qui paie 8 dollars l’heure. Plus de la moitié des Américains gagnent moins de 30 000 dollars par an et recourent à l’aide de l’Etat pour subsister. Or les classes moyennes subventionnées, que ce soit par les parents ou par l’Etat, ne sont pas vraiment des classes moyennes.
Etre indépendant financièrement, c’est la quintessence même de la classe moyenne. Et surtout, la classe moyenne, c’est le pilier de la croissance économique.Un fait qu’a ignoré Ben Bernanke, l'ancien président de la Fed, qui s’est étonné jusqu'à la fin de son mandat que la consommation de détail reste aussi molle, après qu'il ait subventionné les marchés financiers, espérant créer un "effet de richesse".
Les détaillants américains, eux, comprennent bien mieux le problème. J. C. Penney, Sears ou RadioShack, des enseignes grand public, voient leur base de clientèle s’effriter chaque jour.
En difficultés financières, ils ferment des centaines de points de vente à travers les Etats-Unis au profit d’enseignes de luxe. Des chaînes de restaurants et de commerces sont tentées, pour survivre, de se repositionner sur le segment haut de gamme, le seul à croître. Autre option: baisser les prix jusqu’au plancher pour être accessibles aux classes populaires. «Surtout, ne pas rester coincé au milieu», leur conseille le consultant PricewaterhouseCoopers.
Dans les économies développées, la seule politique viable serait de cibler les classes moyennes (et non les classes supérieures ou le marché boursier) par des politiques fiscales et d’emplois qui enrayent leur déclassement. Une économie dont la croissance est tirée par un minuscule groupe de consommateurs affluents va à sa perte si elle laisse la majorité basculer hors du circuit de la consommation et de l’épargne.
On pourrait avancer que le déclin des classes moyennes en Occident est inévitable, et qu’elles seront fatalement remplacées par les Asiatiques, qui selon l’OCDE représenteront plus de la moitié de la classe moyenne mondiale d’ici à 2020. Ce qui nous inciterait presque à anticiper une vague d’immigration occidentale vers ce nouvel eldorado économique.


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 13:06 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

Ecopop, « épouvantail pour l’UE » – Et alors ?





Article publié le 13.06.2014

 
Avant de nous dire ce qu'Ecopop représente pour l'UE, ce journal pourrait déjà commencer par nous expliquer les enjeux d'Ecopop. En quoi consiste cette initiative. A quelles carences, omissions ou impérities des pouvoirs intermédiaires elle réagit. Donner la parole aux initiants. Tenter de comprendre leurs motivations profondes. S'interroger sur les questions majeures brassées par ce texte, pour l'avenir de notre pays, en matière de démographie, de qualité d'environnement. Poser le problème en termes d'intérêts supérieurs du peuple suisse. Et non d'image donnée à l'UE.
Une initiative s'inscrit dans les intérêts supérieurs du peuple suisse. On l'accepte, ou on la refuse, en fonction des intérêts supérieurs du peuple suisse. Notre horizon d'attente n'est pas celui de l'univers, mais celui, tellurique, de notre appartenance à un destin national commun. Chacun juge, et un beau dimanche on tranche. Une initiative est une affaire du peuple suisse avec le peuple suisse, et non avec la carte de visite que nous souhaitons présenter à Bruxelles.
La question de l'image que notre décision souveraine, celle de notre peuple et de nos cantons, délivre à l'institution (au demeurant chancelante) appelée "UE" doit venir loin après la pesée de nos intérêts nationaux. Par rapport à ces derniers, elle est très accessoire.
A force de génuflexions apeurées face à tout ce qui ressemble aux conglomérats multinationaux, lesquels sont d'ailleurs en voie de liquéfaction, le Temps semble considérer comme dépassé, désuet, le stade d'une réflexion nationale. Il a tort, parce que non seulement l'échelon de la souveraineté nationale est encore là, mais il a peut-être un très bel avenir devant lui. En Suisse, comme partout ailleurs.
Titrer sur cette cette affaire d'image est révélateur de l'idéologie de ce journal. Il a le droit de l'avoir. Nous, de la décrypter.
Pascal Décaillet, Sur le vif , Vendredi 13.06.14



http://www.lesobservateurs.ch/2014/06/13/ecopop-2/


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 13:14 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

les USA sont nos ennemis ! Intervention d'un parlementaire à Berne

http://www.lesobservateurs.ch/2014/05/06/udc-les-etats-unis-devenus-ennemis…       Cool


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 13:41 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

Suisse: le bénéfice total des banques a fortement progressé en 2013
(synthèse)
Zurich (awp/ats) - En 2013, les banques établies en Suisse ont dégagé des bénéfices pour un total de 11,9 milliards de francs, après 7,1 milliards l'année précédente. La somme des pertes de l'exercice écoulé s'est quant à elle réduite à 1,4 milliard, contre 6,9 milliards en 2012.
Ce rebond s'explique par le fait que les deux grandes banques, UBS et Credit Suisse, ont réalisé en 2013 un bénéfice, a indiqué jeudi la Banque nationale suisse (BNS). En 2012, UBS avait en effet accusé une perte de 2,51 milliards.
Pour la première fois, les données de PostFinance, qui a obtenu sa licence bancaire l'an passé, sont prises en compte dans l'enquête sur les banques suisses. D'où des augmentations exceptionnelles de certains postes, explique la BNS. La statistique 2013 englobe 283 établissements, contre 297 un an plus tôt.
Sur l'ensemble des instituts examinés, 235 ont dégagé un bénéfice (254 en 2012), alors que 48 (43) ont subi un débours. La somme des bénéfices bruts issus de l'activité bancaire ordinaire a augmenté de 11,8% pour s'inscrire à 19,5 milliards de francs, une croissance due pour environ un quart à PostFinance.
RECUL SANS POSTFINANCE
A fin 2013, la somme des bilans des banques suisses ressort à 2849,2 milliards de francs. Cette hausse de 2,6% sur un an s'explique là encore principalement par l'entrée dans la statistique de PostFinance et son total du bilan de 117 milliards.
Sans PostFinance, le total des actifs aurait reculé de 1,7% à 2732,1 milliards de francs par rapport à l'année précédente, précise la BNS. Le bilan des banques plutôt orientées vers le marché intérieur a progressé, contrairement aux instituts axés sur l'étranger.
PLUS DE 5000 EMPLOIS BIFFÉS
Sur le front de l'emploi, 1767 postes ont été biffés l'année dernière, ce qui ramène le total des banques établies sur sol helvétique à 127'137 équivalents plein temps. Mais sans les 3419 emplois de PostFinance, l'effectif global a chuté de 4% à 123'718 emplois, soit 5185 à la trappe d'une année sur l'autre.
En Suisse, l'effectif s'est réduit de 2,7% à 102'316 postes. C'est 2840 de moins qu'à fin 2012, dont 1955 rien qu'au sein des deux grandes banques. Les coupes étaient plus nettes dans les postes basés à l'étranger, réduits de 10% à 21'402 équivalents plein temps.
Comparé au pic de 2007, qui comptait 136'200 postes, le recul atteint 6% en Suisse et 21,8% hors de frontières, note la banque centrale.
OPÉRATIONS EN COMPTES SUISSES
Dans le détail, le résultat des opérations de commissions et des prestations de service s'est rehaussé à 24,5 milliards de francs. Ceux des opérations de négoce et les autres résultats ordinaires se sont par contre repliés, tout comme les charges d'exploitation.
Les fonds de la clientèle ont encore grandi. L'épargne et les placements se sont étoffés à 601,7 milliards de francs. Les créances hypothécaires en comptes suisses, soit près du tiers de la somme des bilans, ont elles augmenté de 4,2% à 869,8 milliards.
De manière générale, les opérations en comptes suisses ont crû par rapport à celles en comptes étrangers, relève la BNS. Le franc reste la principale monnaie de placement, avec une part de 51%, devant le dollar (22,3%) et l'euro (18,1%). Les dépôts en devises helvétiques ont bondi de 10,6% sur un an à 2634,7 milliards.
Grâce la hausse des cours boursiers, les stocks de titres dans les dépôts de la clientèle ont gagné 6,7% à 5167,4 milliards de francs à fin 2013. En revanche, les fonds fiduciaires poursuivent leur déclin.
ats/jq


(AWP / 19.06.2014 13h29)


http://www.romandie.com/news/Suisse-le-benefice-total-des-banques-a-forteme…
Rolling Eyes


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Lun 23 Juin - 09:53 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

Okay Okay Shadoks ne te laisse pas démonter par ces abrutis de censeurs Foreign et ses petits soldats sont de parfait collabos ,la vérité dérange il faut la diffuser partout je le fais de mon côté .Avant même de l'avoir lu sur bourso l'info était en suisse comme quoi même ce pauvre foreign ne maîtrise pas tout le guignol  Cool Cool

Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 3 Juil - 13:11 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

http://www.20min.ch/ro/economie/news/story/L-accord-entre-la-Chine-et-la-Su…


Economie
01 juillet 2014 14:27; Act: 02.07.2014 08:00 Print

L'accord entre la Chine et la Suisse entre en vigueur Un accord de libre-échange entre la Chine et la Suisse est entré en vigueur mardi, le premier entre le géant asiatique et un pays du continent européen.

on off i





  • par e-mail

Une faute?


Pékin est le 6e partenaire à l'exportation de la Suisse et le 4e à l'importation. Depuis 2000, les exportations suisses vers la Chine ont sextuplé, atteignant 8,8 milliards de francs (7,2 milliards d'euros) en 2013, selon l'Administration fédérale des douanes. Les importations ont quintuplé, à 11,4 milliards (9,3 milliards d'euros). La balance commerciale est ainsi déficitaire pour la Suisse de 2,7 milliards de francs.
En 1980, la Chine était le 39e débouché et le 35e fournisseur de la Suisse. Les deux principales branches qui vendent leurs produits à Pékin sont la chimie-pharmacie, avec une part de 29% et l'horlogerie, bijouterie et instruments de précision, avec 28%. Suivent les machines, appareils et électronique avec une part de 26%.
Au niveau des importations, les machines, appareils et l'électronique arrivent en tête, avec 43% des achats. Longtemps en tête des importations, les textiles, vêtements et chaussures se situent désormais en deuxième position avec 18% de part. En un peu moins de 25 ans, les importations de ce secteur ont néanmoins décuplé.
Exemption de droits de douane
L'accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine, qui compte plus de 1.100 pages, a été signé le 6 juillet 2013 à Pékin. Grâce à lui, les principaux produits agricoles suisses seront exemptés de droits de douane ou bénéficieront de conditions privilégiées à l'importation en Chine. La Suisse offrira des conditions privilégiées à certains produits agricoles chinois.
Les droits de douane sur les principaux produits chinois encore taxés en Suisse, essentiellement les textiles et les chaussures, vont également disparaître. Les exportateurs suisses devront faire preuve de patience, car les douanes chinoises réduiront les taxes à l'importation par étapes, allant de cinq à quinze ans selon les biens.
Ainsi, dans l'horlogerie par exemple, dans un premier temps, les droits de douane vont reculer de 18%. La baisse ira ensuite jusqu'à 60%. Un accord de libre échange avait été conclu en 2013 entre la Chine et l'Islande, un autre pays non membre de l'Union européenne.
La Chine voudrait faire pareil avec l'Union Européenne
La Chine voudrait conclure un accord de ce type avec l'UE mais il faudrait pour cela mettre un terme aux nombreux contentieux commerciaux l'opposant à certains des 28 pays de l'Union. La Chine est le second marché pour les exportations de l'UE (148,1 milliards d'euros) après les Etats Unis, mais c'est le premier fournisseur de l'UE (279,9 milliards d'euros).
La Suisse compte sur cet accord pour prendre une longueur d'avance sur ses concurrents européens. Elle propose aussi à Pékin d'utiliser la Confédération comme base de départ pour ses opérations en Europe en y implantant les branches européennes de ses entreprises ou en y développant les opérations financières en monnaie chinoise.
(afp)


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 3 Juil - 13:26 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

http://www.seco.admin.ch/themen/00513/02655/02731/04118/index.html?lang=fr

cite de l'administration fédéral pour celle ou celui que ça intéresse ,les accords avec la chine dont la suisse est le 1 pays à avoir conclus de tels accord .....


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Jeu 3 Juil - 13:28 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

Libre-échange avec la Chine
Après des années d’âpres négociations, l’accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine entre en vigueur le 1er juillet 2014. C’est le premier traité de ce genre que l’Empire du Milieu passe avec un pays d’Europe. Des défenseurs des droits de l’homme à l’industrie d’exportation, les attentes sont diverses.


http://origin.swissinfo.ch/fre/dossiers/le-parlement-fédéral-ratifie-l-acco…


Okay Okay Okay


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 12:49 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

Enorme çà .. merci bergs 
Je fais ce week end un billet sur ce qui se passe en ce moment Brics , dollar , Chine 


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 15:52 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

En suisse réforme de l'impôt anticipé qui a pour but de favoriser les entreprises int. a rapatrier en suisse les activités de financement De fait les banques pourront les soutenir par des obligations .....lire ci-dessous

http://www.economiesuisse.ch/fr/themen/ste/steuern/pages/_detail.aspx?artID…

Idea Okay


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 15:59 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

taux chômage en suisse 3,1 %  prévu 2,8% pour 2015 le pib a baissé en juin de 0,2 par rapport au mois de mai ..voir ci-dessous les chiffres de la confédération

http://www.seco.admin.ch/themen/00374/00375/00376/?lang=fr


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Dim 6 Juil - 19:40 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

l'europe cherche à coloniser la suisse !!! C'est méconnaître le peuple suisse qui ne se laissera pas imposer le dictat des technocrates de bruxelle  une bataille envers UE est lancer

http://www.romandie.com/news/Accords-SuisseUE-la-mainmise-de-Bruxelles-deno…

Accords Suisse-UE: la mainmise de Bruxelles dénoncée

Bruxelles souhaite contrôler l'application par la Suisse des futurs accords bilatéraux et placer la Cour européenne comme instance suprême en cas de litige. C'est ce qui ressort du mandat de négociations de l'Union européenne (UE) avec la Suisse. UDC, PDC et PLR dénoncent la volonté de contrôle européenne.
Des extraits du document, non daté et non signé, ont été publiés par la "SonntagsZeitung" et "Le Matin Dimanche". Il n'a pas été possible de déterminer dimanche s'il s'agit du texte définitif du mandat de négociations adopté le 6 mai par les ministres européens. Celui-ci n'a pas été rendu public jusqu'à présent.
Le texte, dont l'ats a obtenu une copie, prévoit que la Commission européenne puisse "superviser l'application des accords par la Suisse; au besoin, la Commission devrait (...) disposer de pouvoirs d'investigation et de prise de décision dans l'exercice de ce rôle de supervision".
L'UE précise également dans les accords bilatéraux que la Cour de justice européenne soit la plus haute instance judiciaire en cas de désaccord avec un tribunal suisse.
Marge de manoeuvre réduite

Le document de sept pages détaille encore les conditions pour une participation de la Suisse au marché européen. La marge de manoeuvre de la Suisse serait réduite: le droit européen ne devra plus être interprété et appliqué différemment en Suisse. L'exigence d'une participation financière automatique de la Suisse au fonds européen de cohésion devrait faire sourciller Berne.
Pas seulement d'ailleurs. Pour Philipp Müller, la Suisse deviendrait ainsi le pays le "moins souverain" d'Europe. "Autant adhérer tout de suite", s'insurge-t-il dans une interview à la "SonntagsZeitung". "Avec ce mandat, les revendications maximales de l'UE sont sur la table", constate-t-il. "Nos exigences ne sont pas les mêmes".
"Cela n'arrivera jamais"

Mais selon lui, Bruxelles sait que la Suisse n'acceptera jamais ces exigences. "Ce que l'UE esquisse dans son mandat n'arrivera jamais", estime le libéral-radical.
Quant aux questions institutionnelles, elles devront être négociées par le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter. Son parti, le PLR, lui a indiqué des "lignes rouges très claires", souligne M. Müller.
Dans un communiqué, l'UDC a dénoncé un "contrat colonial" qui mettrait fin à la souveraineté de la Suisse. Le parti, qui se dit "choqué", a invité le Conseil fédéral à interrompre aussitôt les négociations "indignes" sur les questions institutionnelles, et le PLR à "enfin stopper son conseiller fédéral".
"Pour un pays souverain, ce n'est pas acceptable" d'être supervisé de la sorte, a réagi le président du PDC Christophe Darbellay, interrogé par l'ats. Quant aux juges étrangers, cette question est très délicate, "ce ne sera pas accepté par le peuple", tranche-t-il.


(ats / 06.07.2014 16h40)



Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Dim 6 Juil - 19:53 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

http://www.lesobservateurs.ch/2014/07/06/stopper-immediatement-les-negociat…


Le mandat de négociation de l'UE publié aujourd'hui concernant un accord institutionnel cadre avec la Suisse confirme que Bruxelles veut imposer à la Suisse un traité de type colonial qui mettrait fin à la souveraineté de notre pays. La Suisse reprendrait automatiquement du droit UE actuel et futur; elle accepterait que la Cour de justice UE tranche en dernière instance les éventuels litiges et que la Commission UE surveille l'application du droit en Suisse. Pour couronner le tout, la Suisse deviendrait une contributrice durable de l'UE. Le mandat de négociation de l'UE est un affront et ne constitue en aucun cas une base valable pour des négociations équitables. Le Conseil fédéral doit immédiatement mettre fin aux négociations sur un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE.
Il est choquant aux yeux de l'UDC que le Conseil fédéral ait accepté de négocier un traité de type colonial alors qu'il connaissait sans doute les idées de l'UE qui compromettent la souveraineté de la Suisse. En signant cet accord, la Suisse accepterait qu'on lui impose du droit et des juges étrangers et qu'une puissance étrangère prenne le contrôle du pays. De toute évidence, le Conseil fédéral cherche à pousser la Suisse dans l'UE comme l'UDC le craint depuis longtemps. Selon les informations parues aujourd'hui sur ce mandat de négociation, plusieurs "éléments" d'un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE ont déjà été négociés et retenus par Berne et Bruxelles. En clair, le département fédéral des affaires étrangères du conseiller fédéral Didier Burkhalter mène des négociations dont le but est l'abandon de la souveraineté de la Suisse. L'UDC invite le PLR à stopper enfin son représentant au gouvernement. S'il ne le fait pas, ce parti participe lui aussi au travail de sape contre la souveraineté nationale de la Suisse.
La Suisse n'a ni besoin de nouveaux accords avec l'UE, ni d'un accord-cadre. Elle n'est pas membre du marché intérieur de l'UE comme tentent régulièrement de le faire croire à tort Bruxelles et le Conseil fédéral. Dans les domaines où des intérêts réciproques sont en jeu, il existe des accords bilatéraux et on pourra toujours en conclure de nouveaux si nécessaire. Rien ne justifie en revanche des négociations sur un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE. Il faut mettre fin à ces pratiques indignes d'un pays indépendant.
UDC


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Lun 7 Juil - 10:09 (2014)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs Répondre en citant

Suisse: le taux de chômage recule en juin à 2,9%
Zurich (awp) - Le taux de chômage en Suisse a reculé en juin à 2,9%, contre 3,0% le mois précédent, a indiqué lundi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Quelques 126'632 personnes étaient inscrites au chômage, soit 3678 de moins qu'en mai.
Corrigé des effets saisonniers, le taux de chômage en juin s'inscrit à 3,2%, soit au même niveau qu'en mai (3,2%).
Le taux de chômage en Suisse alémanique s'élève à 2,4%, contre 2,5% en mai. Même légère baisse pour la Suisse romande et le Tessin, où le taux de chômage s'inscrit à 4,2%, contre 4,3% le mois précédent.
Le nombre de jeunes chômeurs, âgés de 15 à 24 ans, a diminué à 14'952 personnes, contre 15'399 en mai, soit un recul de 2,9%. Le taux de chômage des jeunes s'établit à 2,7%.
Quant au chômage partiel, il a concerné en avril 1832 personnes, soit 33,2% de moins qu'en mars. Quelque 209 entreprise ont eu recours à de telles mesures, soit 22% de moins que le mois précédent.
En avril, quelque 3257 personnes sont arrivées en fin de droit.
dg/al


(AWP / 07.07.2014 08h16)


http://www.romandie.com/news/Suisse-le-taux-de-chomage-recule-en-juin-a-29_…




les bons chiffres de la suisse dérangent les technocrates de bruxelle Okay


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:25 (2016)    Sujet du message: NEWS SUISSES : la file de Bergs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 7 sur 9

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com