FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Banques 6 Derniers mois
Aller à la page: <  1, 2, 313, 14, 1522, 23, 24  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 16:18 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant


©Reuters

1:45pm COMPANIES
Monte Paschi set for €3bn capital raising Italian bank’s controlling shareholder clears crucial deal hurdle


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 19 Mar - 16:18 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 22:45 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant




La banque italienne a annoncé un plan de 8.500 suppressions de postes sur quatre ans. - Andrey Rudakov/Bloomberg
Le fonds américain BlackRock place ses pions dans le secteur bancaire italien. Après être devenu déjà le deuxième actionnaire d'Intesa SanPaolo (à 5 %), le fonds d'investissement créé par Larry Fink en 1988 a annoncé avoir franchi le seuil des 5 % dans le capital d' UniCredit (à 5,24 %). Il devient son premier actionnaire devant la fondation Cariverona, la famille Del Vecchio et la Banque centrale de Libye (à 2,9 %). Déjà actionnaire de Telecom Italia (7,7 %), Generali (3 %) et Ubi Banca, le fonds américain poursuit ainsi ses emplettes sur le marché italien, au lendemain de l'annonce par Unicredit d'une perte nette de 14 milliards d'euros après provisions massives .

«  La décision de BlackRock ressemble plus à un signal de confiance dans le management du groupe qu'à une initiative stratégique », observe-t-on de source proche de la banque. En revanche, le groupe dirigé par Federico Ghizzoni s'est refusé à commenter l'hypothèse d'une cession de sa filiale de gestion d'actifs Pioneer Investments relancée lundi par le « Financial Times ». «  Pioneer fait encore partie de notre coeur de métier », souligne-t-on au siège du groupe. Dans son plan sur quatre ans, le premier groupe bancaire italien par total d'actifs prévoit, en effet, de porter de 174 à 263 milliards d'euros le total d'actifs gérés par Pioneer d'ici à 2018.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 23:52 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

La puissance réelle des états 19 mars 2014

Des institutions financières devenues criminelles
  • Complicité de blanchiment d’argent sale :
    Jean-François Gayraud, haut fonctionnaire de la police nationale, spécialiste de la criminalité financière, auteur du "Nouveau Capitalisme Criminel" déclare ceci :
    "Il faut sortir de cette image d’Epinal, où seules des banques dites "rogue", les banques voyous du tiers monde ou des pays du sud seraient les seules coupables et responsables de complicité de blanchiment d’argent. De très grandes banques, très respectables, très connues s’en rendent complices de fait au niveau macro-économique."
    "Les masses financières dégagées par le crime organisé dans le monde moderne sont si importantes (au minimum de 1600 milliards de dollars par an), qu’elles ne peuvent pas être absorbées par l’économie réelle. Il faut des institutions financières qui soient complices. C’est mécanique, c’est inéluctable. "


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 00:37 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 00:49 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

La Société Générale en position délicate dans le dossier de manipulation des taux interbancaires
Par Sharon Wajsbrot | 17/03 | 06:00


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 14:25 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

Finance-Marchés
Le Crédit Agricole se recentre sur ses fondamentaux: la France et la bancassurance
20/03 | 07:00 | Veronique Chocron
Le groupe mutualiste présente jeudi son plan stratégique, « Crédit Agricole 2016 ». Pas d’acquisitions ni de diversification...


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 21 Mar - 18:20 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

Fed 'Stress Test' Results: 29 of 30 Big Banks Could Weather Economic Shock

Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 21 Mar - 21:31 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

 Black Rock prend des participations chez Montepaschi  et pas seulement
https://www.boursorama.com/actualites/rpt-blackrock-acquiert-5-75-de-monte-…


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 18:23 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

7:21pm
Credit Suisse settles mis-selling allegations $885m deal with US agency plunges bank into fourth-quarter loss
6:19pm
Lawsuit questions Barclays’ Libor deal Care home alleges discrepancies over US plea bargain


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 18:25 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

  1. RPT-BlackRock acquiert 5,75% de Monte Paschi | Reuters
    fr.reuters.com › Page d'accueilToute L'InfoTranslate this page
    21 hours ago - (Répétition) MILAN, 21 mars (Reuters) - BlackRock a acquis 5748% de Banca Monte dei Paschi di Siena, ce qui semble désigner le numéro un ...


  2. BlackRock acquiert 5,75% de la banque Monte Paschi - Capital.fr
    www.capital.fr/.../blackrock-acquiert-5-75-de-la-banq...‎Translate this page
    17 hours ago - BlackRock a acquis 5,748% de Banca Monte dei Paschi di Siena, ce qui semble désigner le numéro un mondial de la gestion d'actifs comme ...


  3. BlackRock acquiert 5,75% de la banque Monte Paschi - COMBourse
    www.combourse.com/.../BlackRock_acquiert_5_75_d...‎Translate this page
    15+ items - MILAN (Reuters) - BlackRock a acquis 5748% de Banca Monte ...
    20h19
    BlackRock acquiert 5,75% de la banque Monte Paschi.
    MILAN ...

    15h15
    Monte dei Paschi: Citi relève son opinion
    Citi a adopté ...





  4. BlackRock acquiert 5,75% de la banque Monte Paschi (Capital)
    www.alvinet.com/.../blackrock-acquiert-5-75-de-la-ba...‎Translate this page
    MILAN (Reuters) - BlackRock a acquis 5,748% de Banca Monte dei Paschi di Siena, ce qui semble désigner le numéro un mondial de la gestion d'actifs comme.





Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 18:26 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant


©Reuters

7:06pm COMPANIES
We are all bankers now, finds study Ex-financiers impose long-hours culture on new colleagues


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 25 Mar - 12:30 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

L'épreuve de l'AQR - Agefi
www.agefi.fr/articles/l-epreuve-de-l-aqr-1312408.html‎
Il y a 5 jours - L'épreuve de l'AQR : retrouvez l'actualité financière avec le ... La pression monte sur les Landesbanken, alors que la Banque centrale ...


Landesbanken L'épreuve de l'AQR L’«asset quality review» de la Banque centrale européenne intervient à un moment où plusieurs banques régionales allemandes sont en difficulté. Toutes sont confrontées à la faillite de leur modèle.



La pression monte sur les Landesbanken, alors que la Banque centrale européenne a lancé l'asset quality review (AQR). Dans le cadre de ce passage en revue de la qualité des actifs des 128 plus grands établissements de la zone euro, les bilans des banques régionales allemandes vont être auscultés de près. Sur les cinq grandes Landesbanken (voir le tableau p.10) que compte l'Allemagne, quatre* figurent sur la « short list » des 29 établissements européens qui vont subir un examen plus approfondi du fait de la taille de leur trading book. « Plusieurs Landesbanken vont être analysées en profondeur car elles détiennent une part importante d'actifs risqués dans leur portefeuille », explique-t-on à la BCE. A l'issue de cet examen – dont les résultats doivent être publiés en octobre – et des tests de résistances, la BCE émettra des recommandations. « Elle dira si telle ou telle banque doit augmenter son capital au vu de ses actifs, et de combien. » Cette « opération vérité » a de quoi faire trembler les Landesbanken, étant donné l'opacité de leur comptes. L'AQR pourrait avoir d'autant plus d'effet qu'elle intervient à un moment où plusieurs de ces banques publiques, détenues par les Länder allemands et les caisses d'épargnes régionales (Sparkassen), se trouvent dans une situation difficile.
 
Crise du « shipping »
 
La crise du marché du shipping frappe ainsi de plein fouet HSH Nordbank, numéro un du prêt au transport maritime, et NordLB, également très présent dans le secteur. HSH Nordbank ne détient pas moins de 26 milliards d'euros de financements de shipping, ce qui représente quasiment un quart de ses actifs, souligne Moody's dans une note récente. Déstabilisée, HSH Nordbank a demandé à ses actionnaires, les Länder d'Hambourg et du Schleswig-Holstein, d'étendre leur garantie de 7 à 10 milliards d'euros. Mais cette mesure doit d'abord être avalisée par la Commission européenne, qui a lancé une enquête afin de déterminer si elle est « appropriée », et se prononcera probablement après l'AQR, selon Moody's. Autre Landesbank en mauvaise posture : BayernLB est secouée par le désastre de son ex-filiale autrichienne, Hypo Groupe Alpe Adria, qui refuse de lui rembourser un emprunt de 2,3 milliards d'euros. Cela risque de peser sur les comptes de la banque détenue par le Land de Bavière (voir encadré).
 
Absence de modèle économique
 
Cependant, au-delà de HSH Nordbank et BayernLB, qui figurent désormais parmi les plus vulnérables, toutes les banques régionales allemandes sont confrontées à des difficultés. Toutes disposent encore d'importants portefeuilles d'actifs risqués, qu'il s'agisse d'immobilier commercial à l'étranger ou de produits de financements structurés. Même Landesbank Baden-Württemberg (LBBW), l'une des plus solides, possède un important portefeuille de crédits structurés.
 
La raison ? Confrontées à un marché allemand très concurrentiel, ces banques publiques ont multiplié les investissements risqués à l'étranger durant les années 2000, afin d'augmenter leur rendement. Cette course en avant, menée sans aucun discernement, serait liée à des dérives de leur gouvernance, et au fait qu'elles ne disposent pas d'un modèle économique leur permettant d'être profitables. « Toutes ces banques ont un problème de modèle qui s'est encore aggravé avec la crise », souligne David Benamou, associé chez Axiom Alternative Investments. Conçues pour être les banques de développement régional, elles n'ont pas accès à l'argent des particuliers, détenu par les Sparkassen et se financent sur le marché interbancaire. Elles y empruntent à court terme, et prêtent à long terme. Or, ce modèle de financement a été mis à mal par la crise financière. « Lors de la crise du marché monétaire en 2007 et 2008, les Landesbanken n'ont plus réussi à se refinancer, à l'instar de Dexia, et ont enregistré d'énormes pertes. Depuis, le marché interbancaire s'est normalisé, mais elles ont du mal à s'y financer. Elles sont structurellement déficitaires », explique David Benamou. Depuis des années, elles dépendent des aides des Länder, des Sparkassen et du gouvernement fédéral. Les Etats ont d'ailleurs dû renflouer un certain nombre de leurs banques. Les actionnaires de LBBW (l'état de Baden-Württemberg, la ville de Stuttgart et les Sparkassen régionales) ont dû injecter 5 milliards d'euros et une ligne de crédit de 12 milliards d'euros en 2008. Sept dirigeants et deux auditeurs externes sont actuellement poursuivis, accusés d'avoir masqué les risques dans leurs comptes en 2005 et 2006 et investi 6 milliards dans des ABS via des special-purpose vehicles hors bilan. Un autre procès vient de s'ouvrir à propos d'une opération ayant conduit à une perte de 3,7  milliards d'euros pour BayernLB.
 
Le modèle de ces banques régionales serait également mis en cause par la réglementation européenne. « Le ratio de financement stable à long terme, qui doit entrer en vigueur dans le cadre de Bâle 3, au plus tard d'ici à 2019, condamne le modèle de financement par transformation », indique David Benamou. Dans un tel environnement, quel est l'avenir de ces banques ?
 
Des démantèlements envisagés
 
Les professionnels n'excluent pas le démantèlement des plus vulnérables, telle HSH Nordbank. « Au vu de leur situation, il est très probable que l'on assiste, à terme, au démantèlement organisé d'une ou plusieurs Landesbanken, sur le modèle de WestLB en 2011, réalisé dans le cadre d'un plan imposé par la Commission européenne », juge David Benamou. L'AQR pourrait accélérer un tel processus, en dévoilant des besoins de recapitalisation. « Si le capital d'une Landesbank est jugé insuffisant, il faudra décider si ses actionnaires doivent encore l'aider, ou s'il faut la fermer », souligne un analyste. Or Danièle Nouy, la dirigeante du Mécanisme de supervision unique européen a indiqué début février qu'elle était prête à laisser disparaître de manière ordonnée quelques banques jugées trop faibles.
 
Le sort des Landesbanken les moins fragiles se pose également. « Elles doivent continuer de réduire la taille de leurs bilans pour les assainir. Elles comptent aussi se concentrer sur le marché allemand, en se spécialisant sur les secteurs où elles sont performantes », souligne Michael Dawson-Kropf, senior director chez Fitch ratings. Mais, y a-t-il de la place pour cinq grandes Landesbanken sur un marché allemand extrêmement concurrentiel ? « Probablement pas. Le secteur doit se consolider », estime Mr Dawson-Kropf. Des restructurations doivent également être menées, selon lui.
 
Cependant, les représentants politiques allemands, qui siègent au conseil d'administration des banques régionales, ont été jusqu'à présent très réticents à les réformer. Ils tiennent encore beaucoup à « leurs » Landesbanken, qu'ils utilisent comme un instrument de pouvoir (voir l'avis d'expert). Leur attitude va-t-elle changer ? « Il faudrait que la pression européenne augmente encore, et c'est ce qui arrivera sans doute quand la BCE deviendra seule responsable de la supervision des banques de la zone euro », estime Michael Dawson-Kropf. Parviendra-t-elle alors à faire plier les hommes politiques allemands ? Un fait paraît certain : 2014 sera une année critique pour les banques régionales allemandes.



Illustrations


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 25 Mar - 16:38 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

Qu’est-il vraiment arrivé à Bear Stearns?
     Theodore Butler.
Il y a six ans, la célèbre banque d’investissement du nom de Bear Stearns implosait. En février 2008, les actions de Bear Stearns s’échangeaient pour 93 dollars. Mi-mars, la société insolvable acceptait d’être rachetée par JPMorgan pour 2 dollars par action (puis pour 10 dollars par action après quelques poursuites). Dans les annales de Wall Street,...  Lire la suite



Il y a six ans, la célèbre banque d’investissement du nom de Bear Stearns implosait. En février 2008, les actions de Bear Stearns s’échangeaient pour 93 dollars. Mi-mars, la société insolvable acceptait d’être rachetée par JPMorgan pour 2 dollars par action (puis pour 10 dollars par action après quelques poursuites). Dans les annales de Wall Street, aucun effondrement n’a été aussi soudain que celui de Bear Stearns. La raison en aurait été une panique bancaire, causée par le retrait de leurs actifs par des investisseurs nerveux.

Quelque chose a violemment frappé Bear Stearns au premier trimestre de 2008, bien que nous n’ayons que peu d’indices quant à ce qu’il s’est passé. Puisque Bear avait une position significative sur les subprimes des prêts immobiliers et que le marché était en difficulté, on entend généralement dire que sa faillite y était liée. Ce pourrait être vrai, mais il n’y avait pas suffisamment de stress sur le marché des actions à la mi-mars pour refléter une crise du crédit. La société s’est-elle effondrée pour d’autres raisons ?

Je suis d’avis que des pertes importantes et soudaines de plus de 2,5 milliards de dollars sur des dizaines de milliers de contrats sur l’or et l’argent du Comex sont ce qui ont tué Bear Stearns. Observons les choses comme elles sont – Bear avait un tel effet de levier qu’une demande soudaine de plus de 2,5 milliards de dollars de paiements immédiats pour quelque raison que ce soit aurait pu faire s’effondrer la banque. Les positions à découvert excessives de Bear Sterns sur le Comex sont la raison la plus probable de son effondrement soudain. Bear Stearns s’est effondrée, et a été rachetée par JPMorgan pour une fraction de ce qu’elle valait deux mois auparavant. Bear Stearns avait alors la plus grosse position à découvert sur le Comex. Le jour de l’effondrement de Bear Stearns coïncide avec le jour d’un record historique des prix de l’or et de l’argent. C’est aussi le même jour que les plus grosses positions à découvert sur le Comex ont enregistré leurs plus grosses pertes et qu’une demande cumulative de plus de 2,5 milliards de dollars de dépôts a été enregistrée. Ce n’est pas une coïncidence si Bear Stearns s’est effondrée ce jour-là.

Le prix de l’or est passé de moins de 800 dollars en décembre 2007 à 1000 dollars en mars 2008, un gain de plus de 200 dollars. Le prix de l’argent est passé de moins de 14 dollars en décembre à 21 dollars à la date de l’effondrement de Bear le 17 mars 2008. Les métaux avaient atteint un record de prix depuis 1980. Bien évidemment, une hausse de 200 et 7 dollars pour l’or et l’argent n’est pas idéale pour celui qui occupe la plus grosse position à découvert sur ces métaux.

La position à découvert concentrée des quatre plus grosses positions à découvert sur l’argent était de plus de 300 millions d’onces. Pour vous donner une idée de ce que cela représente, la position concentrée des quatre plus grosses positions à la vente sur l’argent étaient légèrement supérieures aux 100 millions d’onces. En termes de contrats sur l’or du Comex, les grosses positions à découvert détenaient deux fois et demi ce que détenaient les plus grosses positions à la vente. Puisque nous savons que Bear Stearns était la plus importante et que nous savons à quel point les prix de l’or et de l’argent ont grimpé sur la période, nous n’avons plus qu’à déterminer combien de contrats à découvert la banque détenait. Cela nous indiquerait la somme que la banque devait accumuler en marges. Le membre compensateur principal du Comex (Bear Stearns) devait déposer des fonds chaque jour pour éviter des mouvements de prix adverses.

Grâces aux données enregistrées par les rapports Commitments of Traders (COT) entre décembre 2007 et le 17 mars 2008, la position nette des quatre plus grosses positions à découvert sur le Comex atteignait respectivement 165.000 et 60.000 contrats pour l’or et l’argent. Mes analyses indiquent que Bear Sterns détenait 75.000 contrats à découvert sur l’or et 35.000 contrats à découvert sur l’argent. Ce sont des minimums, et les positions de Bear pourraient avoir été plus importantes.

Un mouvement adverse de 200 dollars sur 75.000 contrats Comex sur l’or aurait résulté sur une perte de valeur marché et un appel de marge de 1,5 milliards de dollars. Un mouvement adverse de 7 dollars sur 35.000 contrats Comex sur l’argent aurait résulté sur une perte de valeur marché et un appel de marge de 1,2 milliard de dollars. Bear Stearns devait mettre la main sur 2,7 milliards de dollars parce que les prix de l’or et de l’argent ont fortement augmenté en 2008 et que la banque avait placé de mauvais paris. C’est selon moi la raison pour laquelle elle s’est effondrée.

Lire la suite


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 25 Mar - 16:41 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant





Ce qui est arrivé à Bear Stearns est exactement ce que j’avais annoncé à la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) vingt ans avant les faits. En dehors de l’impact manipulateur qu’une appropriation du marché aurait sur les prix, le plus gros risque était ce qu’il se passerait si la plus grosse position à découvert se retrouvait en difficulté. Le cas Bear Stearns indique que le pire s’est produit. La plus grosse position à découvert s’est effondrée. A l’époque, j’échangeais des emails avec le commissaire de la CFTC Bart Chilton, qui m’avait annoncé que la Commission observait de près le marché de l’argent et qu’un rapport serait bientôt publié. Le rapport de la CFTC a été publié le 13 mai 2008 et niait que quelque chose n’allait pas sur le Comex de l’argent du fait des gros traders.

Voilà où est le problème – le rapport a menti. Il a ignoré l’échec de la plus grosse position à découvert sur le Comex, mais en considérant les évènements jusqu’au 31 décembre 2007 et non jusqu’à la faillite de Bear le 17 mars 2008, ce qui est une omission évidente. Comment la CFTC a-t-elle pu publier un rapport sur les gros traders à découvert sur l’argent sans aborder la faillite de Bear ? Il m’a fallu du temps avant de voir les choses du bon angle. Ce que je vois est assez déconcertant, mais répond à beaucoup de questions. Bien que j’aie interrogé la CFTC quant à la légalité des positions à découvert concentrées sur le Comex, elle n’a pas prêté attention à mes avertissements. Et puis Bear Stearns a coulé pour les raisons que j’avais avancées. Alors la CFTC s’est tue et a nié toutes les allégations.

http://www.24hgold.com/24hpmdata/articles/200...20090516260.htm

Tout régulateur digne de ce nom aurait pu voir que certaines positions à découvert étaient déséquilibrées. Ayant mal jugé le danger de la situation, le CFTC et CME Group ont mis en place un plan de sauvetage des positions à découvert et puni les investisseurs sur l’or et l’argent. En s’arrangeant avec le directeur de la Réserve fédérale et le secrétaire du Trésor pour que JPMorgan rachète les positions de Bear, le gouvernement des Etats-Unis s’est lancé dans un long périple de manipulation de prix et de violation des lois relatives aux marchandises.

Puisque l’échec de Bear Stearns menaçait le système financier, il a invité l’implication des plus gros régulateurs du pays, le secrétaire du Trésor et le directeur de la Fed. Les deux ne pouvaient qu’être conscients du problème des marges sur l’or et l’argent de Bear. Puisque la banque était le membre principal du marché, CME Group était certainement aussi au courant. CME envoyait les appels de marge à Bear. JPMorgan ne pouvait aussi que le savoir. Et pourtant, rien n’a été rendu public.

Ces faits indiquent que ceux d’en haut savaient que l’or et l’argent étaient au cœur du fiasco de Bear Stearns. Puisque l’assistance de JPMorgan a été requise, il est évident que JPMorgan a demandé (et reçu) l’immunité permanente contre toute allégation relative à l’or et l’argent. Ceci explique comment ils ont pu s’accaparer les marchés de l’or et de l’argent bien que la loi l’interdise. Si le secrétaire du Trésor, le directeur de la Fed, la CFTC et CME Group n’avaient pas autorisé JPMorgan à reprendre Bear Stearns, la concentration et la manipulation excessives sur ces marchés n’auraient pas pu se poursuivre.

L’interférence du gouvernement américain dans les affaires de Bear explique ce qui était jusqu’alors inexplicable : pourquoi la CFTC n’a rien pu trouver après avoir enquêté pendant cinq ans sur la manipulation du marché de l’argent, et pourquoi la CFTC et la CME ont gardé le silence suite à l’effondrement du prix de l’or et de l’argent, notamment suite à la baisse de 30% du prix de l’argent en seulement cinq jours en mai et septembre 2011.

Ce qui m’étonne le plus aujourd’hui, c’est qu’aucun journaliste extérieur au marché de l’or et de l’argent n’a encore réalisé qu’il s’agit là d’une affaire aux proportions potentiellement gigantesques et facile à documenter. Il s’agit de la raison pour laquelle Bear Stearns s’est effondrée, et pour laquelle la manipulation des prix de l’or et de l’argent a continué depuis le jour où JP Morgan a racheté Bear. Cette affaire a Prix Pullizer tamponnée en lettres capitales sur son front.
 
 
 
Théodore Butler est contributeur à 24hGold.com. Les vues présentées sont les siennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour.   Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à réaliser un quelconque investissement.  L’auteur, 24hGold ainsi que toutes parties qui leur seraient directement ou indirectement liées peuvent, ou non, et à tout instant, investir ou vendre dans tous les actifs présentés dans ces colonnes. Tous droits réservés.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 26 Mar - 10:42 (2014)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois Répondre en citant

6:35pm WORLD
Bundesbank hawk signals backing for QE Weidmann says sovereign bond-buying by ECB is not ‘out of the question’


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:16 (2016)    Sujet du message: Banques 6 Derniers mois

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Revue de presse financière Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 313, 14, 1522, 23, 24  >
Page 14 sur 24

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com