FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 16 Mai - 15:14 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Lol
http://french.ruvr.ru/2014_04_17/Lhomme-de-la-rue-sent-toujours-ce-qui-sonn…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 16 Mai - 15:14 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 16 Mai - 15:50 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant


Moscow Says Massive "Holy Grail" Gas Deal With China Is 98% ReadySubmitted by Tyler Durden on 05/16/2014 - 08:19

We have previously profiled the "holy grail" gas deal between Russia and China on several occasions, and with its announcement scheduled for next week (barring some unmitigated disaster) during Putin's first visit to China since Xi's appointment as president last March, it is time to do a status update on where it stands even if according to SCMP, at this point finding the "holy grail" is merely a formality.  "Russian Deputy Energy Minister Anatoly Yanovsky said on Monday that the deal was "98 per cent ready". Supply would begin no later than the end of 2018."


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Ven 16 Mai - 17:21 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

 
FULE à Kiev , pour parler de l’accord d’association ???
link to fr.ria.ru
 
A 10 jours des élections Ukrainiennes !!!!

Avec Black Rock (plus gros fond américain  qui investit comme un malade sur les ETF (indice)  Russes ?
http://www.vestifinance.ru/articles/42847
(Traduction Google : L'afflux de fonds est due à l'ETF, qui a soulevé 50 millions de dollars principalement en raison de fonds iShares, axées sur l'indice MSCI Russie et sous la direction de BlackRock.)


Ils prennent vraiment les gens pour des C….
 
Fule , ancien diplomate , également à la Défense , a été le Contact entre la République Tchèque et l’Otan!
 
Il est là bas pour “expliquer” au gouvernement de Kiev quelle doit être sa prochaine stratégie militaire .. Au téléphone çà commence à fuiter un peu beaucoup . Et compte tenu des investissements massifs de Black Rock , il est difficile de penser que cela ne sera pas une stratégie d’apaisement … qui sera considérée comme une victoire pour la Russie .
 
Ils veulent surtout que la mascarade électorale du 25 Mai prochain puisse mettre de manière certaine leur petit candidat au pouvoir : Poroshenko .
Les médias russes doivent quand même rigoler quand ils diffusent une telle nouvelle .


http://reseauinternational.net/les-elections-ukrainiennes-du-25-mai-prochai…



 


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Sam 17 Mai - 09:12 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

bit.ly/1iSL4K4
Raccourci pour l'article sur la mascarade électorale Ukrainienne


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Sam 17 Mai - 16:11 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Shale gas and politics: Are Western energy giants’ interests behind Ukraine violence? Economic interests, such as untapped shale gas resources, already sliced and diced by Western energy giants, are behind the Kiev government’s ‘anti-terrorist’ operation against the pro-federalist regions, foreign policy expert Nebojsa Malic tells RT. 26


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 8 Juin - 19:39 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Bulgaria suspends works on South Stream project
“We have received a request from the European Commission, after which I ordered to suspend the works," - Bulgarian Prime Minister Plamen Oresharrski said


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 9 Juin - 20:12 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

  1. South Stream — Wikipédia
    fr.wikipedia.org/wiki/South_Stream
    South Stream (littéralement, « Flux du Sud ») est un projet de gazoduc paneuropéen qui, dès 2015, devrait relier la Russie à l'Europe occidentale. Ce gazoduc ...


  2. South Stream - Gazprom
    www.gazprom.com › ... › ProjectsGas pipelinesTraduire cette page
    Stroytransgaz consortium to construct South Stream in Bulgaria ... The South Stream project is aimed at strengthening the European energy security. It is another ...


  3. South Stream - Gazprom Export
    www.gazpromexport.ru/en/projects/6/Traduire cette page
    On November 30, 2011 the Council of Ministers of Bulgaria decided to award national importance to the construction of the South Stream project in this country.


  4. Bulgaria Halts Work on South Stream Gas Pipeline - ABC ...
    abcnews.go.com › Politics - Traduire cette page
    Il y a 1 jour - Bulgaria's prime minister has ordered on Sunday a halt to construction work on the Gazprom-led South Stream pipeline project planned to ...





Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 11 Juin - 00:15 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

L’Union européenne, organe de domination des États-Unis
Le sabotage du gazoduc South Stream
par Manlio Dinucci, Tommaso di Francesco
Les travaux de construction du gazoduc South Stream, qui devait approvisionner l’Union européenne en gaz russe, en 2015, ont été interrompus par la Bulgarie, sur pression des États-Unis. Cette décision, d’abord préjudiciable à l’Union (la Russie est déjà prête à vendre son gaz à la Chine), a été soutenue par le président de la Commission européenne, qui agissait ainsi à l’encontre des intérêts qu’il prétend défendre et au service inconditionnel de Washington.





Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 11 Juin - 17:23 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Iran’s gas discount not enough: Turkey
Iran’s four-page discount proposal on the price of natural gas it sells to Turkey is 'not enough,' Energy Minister Taner Yıldız said


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 16 Juin - 23:23 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Après réflexion :

  1. Oettinger n'exclut pas le soutien de South Stream
    Voix de la Russie ‎- il y a 5 heures
    La Commission européenn n'exclut pas que le projet russe du gazoduc South Stream pourrait être soutenu, a communiqué le commissaire ...



Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Sam 2 Aoû - 01:17 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Les deux textes du JSS News 
Les hydrocarbures israéliens seront le plus puissant des leviers diplomatiques Publié le : 25 mai 2012

On ne sait comment lutter efficacement contre l’anti-israélisme. On n’a pas trouvé de riposte adéquate pour juguler la désinformation anti-israélienne. 
 
On ne sait comment amener des non-Juifs à se reconnaître dans le sionisme, qui représente pourtant le droit fondamental d’auto-détermination du peuple juif à disposer librement de ses terres. 
 
Mais on peut tenter un nouveau pari. Un pari qui se base sur le réalisme, le pragmatisme, sur la real-politique, et non sur un quelconque sentiment de compassion des non-Juifs envers le peuple juif et ses malheurs. 
 
La plupart des états ne sont pas anti-israéliens par principe, mais par nécessité, on peut tenter le pari qu’enfin, grâce aux gisements gaziers Tamar et Léviathan, la real politique conduira ceux-ci vers une voie encore trop peu explorée, l’israélisme. 
 
En effet, de nombreux états dans le monde aimeraient être en mesure d’appliquer une politique neutre envers le conflit arabo-israélien, ils ne sont ni pro-israéliens, ni anti-israéliens, ils sont juste pragmatiques. 
 
Malheureusement, nécessité fait loi. Ce proverbe signifie qu’un besoin extrême peut justifier de passer outre les obligations conventionnelles. Il signifie que certaines actions, au vu des circonstances, sont inéluctables. En l’occurrence, les états en demande d’hydrocarbures laissent de côté leur devoir de réserve et de neutralité, au profit d’une politique pro-arabe unilatérale, et totalement arbitraire, parce qu’ils sont les otages des pétro-états. N’ayant pas le choix, ils font ce qu’on leur demande de faire, à savoir adopter le point de vue arabe dans toutes les grandes instances internationales, en échange de quoi ils sont ravitaillés. Aucun de ces états ne peut s’offrir le luxe de se sevrer, ne serait-ce que 24 heures, sans que son économie chancelle. 
 
Concrètement, cela signifie que les dealers d’or noir veulent bien assurer l’approvisionnement de leurs drogués, tant que ceux-ci comprennent que leurs intérêts, sont en réalité les intérêts de leurs dealers. 
 
L’intérêt de ces dealers, (et donc par ricochet, l’intérêt de leurs obligés), est de combattre Israël sur tous les fronts, qu’ils soient médiatiques, économiques, ou politiques, pour perpétuer aussi longtemps que possible la ridicule farce qui leur permet de se maintenir au pouvoir depuis des décennies en toute impunité. 
 
Cette farce, parfaitement risible au demeurant, consiste à faire croire à leurs peuples, que « l’entité sioniste » est la cause de tous leurs malheurs, et que seule l’union sacrée pourra un jour venir à bout de l’état juif. 
 
Israël peut offrir une alternative crédible à ces états qui sont en demande d’émancipation, le choix de traiter d’égal à égal avec un partenaire, plutôt qu’avec un dealer. 
 
Tout le monde connaît la célèbre phrase prononcée par Golda Meir : « Laissez-moi vous dire ce que nous, Israéliens, avons contre Moise. Il nous a menés pendant 40 ans à travers le désert pour finalement nous installer dans le seul coin du Moyen Orient où il n’y a pas une goutte de pétrole ». On reconnaitra aux Israéliens cette grande qualité, ne jamais perdre leurs sens de l’humour, et de l’autodérision, quelles que soient les circonstances. 
 
Il semblerait qu’en ce qui concerne cette insatiable appétence énergétique, les Israéliens soient enfin en mesure d’être comblés. Atteindre l’autosuffisance énergétique est, pour ce petit pays isolé au milieu d’un Moyen Orient riche en pétro-états, une impérieuse nécessité. 
 
Quel regard portera le monde sur le minuscule état israélien, lorsque celui-ci fera son entrée dans « la cour des grands », en tant qu’état producteur/exportateur de gaz et de pétrole ? 
 
Les récentes découvertes relatives aux gigantesques gisements de gaz, (ainsi qu’aux nappes de pétrole se situant en dessous du gaz), au large des côtes israéliennes, risquent d’apporter bien plus à l’état d’Israël que la dite indépendance énergétique tant convoitée. 
 
 
 
En effet, au-delà de cette indépendance non négligeable, tant espérée de surcroit, se trouve un autre filon à exploiter, et non des moindres, un filon politique et stratégique, véritable levier contre l’anti-israélisme. Les nombreuses pressions que peuvent exercer les états producteurs/exportateurs d’hydrocarbures sur leurs clients en matière de politique étrangère, sont le plus puissant levier politique qui existe en ce bas monde. Il est donc sage, si l’on veut être à son tour en mesure d’exercer des pressions, au lieu de les subir, ou de faire retomber la pression, de se tenir du bon côté du manche. Or il est indéniable que les ressources naturelles qui composent le sous-sol d’un état lui offrent l’opportunité de défendre haut et fort ses intérêts. 
 
Il existe, nolens volens, deux types d’états producteurs/exportateurs d’hydrocarbures, les états démocratiques, pour lesquels cette manne représente une bénédiction, et les états qui ne le sont pas, pour qui la manne pétrolière représente, paradoxalement, une malédiction. 
 
En effet, si l’on effectue un bref retour vers le passé, dans les années 70, et qu’on s’attarde un peu sur le bilan de quelques états moyen-orientaux ou méditerranéens, en observant les nouveaux régimes arabes à travers le prisme occidental, on s’aperçoit que ces états ont été perçus par l’Occident comme des états séculiers, socialistes et progressistes. On pensait dans un premier temps que ces états se révéleraient à même de réaliser un processus de modernisation accéléré grâce à la rente pétrolière, et donc de rattraper rapidement leurs retard. On se félicitait alors des transformations sociétales qu’on croyait profondes. Par exemple en matière d’urbanisation accélérée, d’émancipation des femmes, d’augmentation du niveau de vie, ou de baisse de la mortalité. 
 
Inscrivez-vous à la newsletter de JSSNews
Malheureusement, le même citoyen occidental aurait dû s’attarder sur les conséquences à long terme d’une sur-militarisation contagieuse de ces états dans une région politiquement sismique, du niveau effrayant de la corruption qui les gangrénait de l’intérieur, du ressentiment populaire qui grondait dans la rue, et du mécontentement des laissés pour compte du « miracle économique ». 
 
Dans ce second cas de figure, la confiscation de la rente pétrolière par une fratrie de militaires belliqueux, ne souffrant d’aucune forme de contestation, aurait dû en toute logique, apparaître comme une série de coups d’état militaires, et un accaparement des ressources énergétiques nationales à des fins d’enrichissement personnels. 
 
Pour le dire autrement, il n’existe pas de malédiction du pétrole et du gaz. Bien au contraire. Mais pour qu’un état, et par là même son peuple, bénéficie des extraordinaires privilèges que la nature lui a généreusement octroyés, il lui faut impérativement se comporter comme une authentique démocratie. 
 
D’un coté, un état démocratique verra sa rente grossir quotidiennement. Il investira son épargne en fonction des jours mauvais qui surviendront immanquablement en temps de crise. Le peuple sera l’ultime récipiendaire d’un fonds d’investissements crée dans l’espoir de servir au mieux ses intérêts. 
 
La justice sociale en sortira grandie, parce que ses citoyens profiteront de cette manne en toute transparence, sans créer pour autant une classe d’assistés qui troqueront leurs libertés fondamentales contre des avantages qui aliéneront tout bonnement leur potentiel contestataire. 
 
L’intégrité et la transparence indispensable en matière de gestion des comptes publics seront la colonne vertébrale de l’équité entre tous les citoyens. On créera des services publics plus adaptés, plus d’écoles et d’hôpitaux, et des infrastructures dignes d’un état moderne au 21ème siècle. 
 
Les états démocratiques qui prospèrent positivement grâce aux bénéfices de la rente pétrolière sont principalement les Etats-Unis, la Norvège, le Canada, ou encore le Mexique. (La situation du Mexique, en phase de devenir un narco-état, est certes particulièrement alarmante en ce qui concerne le trafic de drogues, le taux impressionnant d’homicides et d’enlèvements, et le niveau de corruption, cela étant dit, c’est pour l’heure toujours une démocratie). 
 
D’un autre coté les peuples subissant la rente pétrolière comme une triste fatalité, sont ceux dont les indices de développement humain (l’I.D.H) sont les moins élevés. Dans ces pays, aux régimes autoritaires ou despotiques, on a troqué pour les peuples, en leur défaveur bien entendu, de très nombreuses prestations sociales, en contrepartie d’un silence assourdissant concernant les droits civiques, et les libertés fondamentales. 
 
La redistribution des richesses y est quasi nulle, et ne sert que les intérêts d’une petite oligarchie, au détriment du plus grand nombre. Le niveau de corruption des classes dirigeantes y est impressionnant, le clientélisme est profondément ancré dans les mœurs, et le népotisme est un sport national, une épidémie en phase de devenir une pandémie. 
 
Cela sans évoquer, bien entendu, les gigantesques richesses qui quittent ces pays chaque année pour s’installer dans des paradis fiscaux peu regardants, et les juteux contrats d’armements qui rapportent des fortunes à leurs dirigeants, ainsi qu’à de discrets intermédiaires, mais ne servent absolument pas comme il le faudrait les besoins réels de ces pays en matière de défense. 
 
Les peuples qui se sont considérablement appauvris en termes de démocratie, en dépit du pétrole et du gaz, sont entre autres l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Koweït, l’Irak, l’Iran, le Qatar, le Bahreïn, la Russie, l’Algérie, la Lybie, l’Egypte, l’Azerbaïdjan, l’Angola, le Nigeria, ou encore le Venezuela. 
 
Nous ne doutons pas que la démocratie israélienne saura vers quel modèle se tourner dans les années à venir. 
 
Les états arabo-musulmans bénéficient de rendements financiers très importants, mais ils sont pratiquement pieds et poings liés à leurs industries d’hydrocarbures, dans la mesure où ils sont quasiment mono-exportateurs. 
 
Ce n’est bien évidement pas le cas d’Israël qui possède de très nombreux atouts dans son jeu, une économie diversifiée, et qui vend des produits High Tech « made in Israël » à très haute valeur ajoutée. Israël tente d’ailleurs de se positionner comme un leader mondial en ce qui concerne les énergies renouvelables et les énergies vertes, et tente de révolutionner le marché des voitures électriques grâce au fondateur visionnaire du groupe Better Place, Shai Agassi. 
 
La Russie a elle aussi des problèmes industriels importants. Elle s’en remet sans doute trop exclusivement à Gazprom pour espérer tirer réellement à long terme son épingle du jeu. Sa dépendance envers son industrie d’hydrocarbures est en train d’étouffer à petit feu toute velléité de créativité. La multinationale Gazprom est en train de muter en un redoutable cartel à l’échelle planétaire. Quid de toute autre forme d’industrialisation à grande échelle. 
 
L’exceptionnel pouvoir de nuisance qu’exercent les pays arabo-musulmans au sein de l’arène internationale à l’encontre de l’état hébreu est, bien entendu, lié à 95% à leur pétrole et à leur gaz. Malheureusement, leurs colossales réserves n’étant pas prêtes de s’amenuiser, leur puissance est extraordinairement élevée. Surtout si l’on considère ce que serait le pouvoir de ces états sans leurs formidables réserves d’hydrocarbures. 
 
Or la manne financière est une chose, mais le pouvoir de coercition qu’exercent certains états à l’encontre d’autres états, pour des raisons politiques, religieuses ou ethniques, en est une autre. 
 
Dans le même ordre d’idées, on a vu de quoi était capable la Russie de Poutine lorsque, suite à un différend entre les deux partenaires en 2005, Gazprom posa un ultimatum à l’Ukraine en menaçant de lui couper le gaz, ne laissant passer que celui à destination de l’Europe. Il y a eu un nouveau différend en 2009 entre Gazprom et l’Ukraine concernant un défaut de paiement d’une partie des livraisons de 2008, à la suite de quoi Gazprom a réduit, puis stoppé net, les livraisons du gaz naturel envers ce pays. Le résultat fut que les pays membres de l’Union européenne reçurent moins de gaz naturel en provenance de Gazprom, celui-ci transitant en grande partie par l’Ukraine. Or le réseau traversant l’Ukraine est particulièrement stratégique pour l’UE, dans la mesure où le géant russe est son principal partenaire. L’UE est donc éminemment tributaire de l’approvisionnement gazier d’un partenaire fort capricieux, dont il est bon de savoir ménager les susceptibilités. 
 
On voit, de ce fait, à quel point les pays occidentaux sont devenus les otages politiques de ces régimes. Ils sont dépendants d’alliances stratégiques avec des états aux méthodes souvent peu reluisantes, mais qui possèdent toutes les cartes en main pour exercer sur eux des pressions à nulles autres pareilles. 
 
Il est donc plus que probable qu’enfin, après des décennies de chantage ininterrompu de la part des états arabo-musulmans et de leurs alliés russes ou vénézuéliens, les choses prennent une tournure toute autre. Tout au moins si les réserves israéliennes d’hydrocarbures se révèlent à la hauteur de leurs espérances. 
 
Il est possible qu’Israël se libère progressivement de cette dépendance énergétique si trois critères au moins sont réunis. 
 
Premièrement, si la Renault Fluence (100% électrique), et Better Place (les batteries électriques pour Renault Fluence), se démocratisent rapidement à travers le pays. L’étroitesse du territoire en fait le support parfait pour cette « expérimentation ». 
 
Deuxièmement, si Israël joint l’autosuffisance énergétique à l’exportation de considérables quantités de gaz (et peut-être de pétrole). 
 
Troisièmement, Si l’état juif crée un puissant fond d’investissements pour pallier aux coups durs, un fond comparable au fond pétrolier norvégien par exemple. 
 
Qui sait si l’avenir, alors, ne pourrait pas se révéler en fin de compte beaucoup moins sombre qu’il n’y parait de prime abord. 
 
L’esprit d’entreprenariat israélien, combiné avec la légendaire houtzpa des enfants du pays et de très grandes réserves d’hydrocarbures, pourrait peut-être changer bien des choses à l’avenir au Moyen Orient. 
 
Les rapports de force entre les Israéliens et les nombreux états pétroliers arabo-musulmans pourraient alors s’inverser. Si tel ne devait pas être le cas, à défaut d’inverser la tendance, cette nouvelle conjecture pourrait tout au moins les placer sur un pied d’égalité énergétique. 
 
Les hydrocarbures israéliens ne serviront pas seulement les intérêts économiques et militaires de la nation, Ils serviront aussi ses ambitions politiques, et ses intérêts diplomatiques. 
 
 


Dernière édition par shadok le Sam 2 Aoû - 01:22 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Sam 2 Aoû - 01:21 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

LE ème effectivement publié un 1er Avril ce qui ne veut pas forcément dire que c'est une blaque pour auant  ou peut etre une demi blague  Publié le : 1 avril 2011


Israël bientôt 2ème plus gros producteur de pétrole au monde ?

Avec la deuxième plus grande réserve au monde, certains croient que c’est fort possible. 
 
Le plus amusant dans cette histoire et cette vieille blague juive qui n’a, aujourd’hui, plus aucun sens.
« Permettez-moi de vous dire quelque chose que nous, les Israéliens, avons contre Moïse. Il nous a fait marcher dans le désert pendant 40 ans afin de nous amener dans le seul endroit de tout le Moyen-Orient où il n’y a pas une goutte de pétrole ! » 
 
Cette blague a été rendue célèbre par Golda Meir, ancien premier ministre d’Israël, et depuis de nombreuses années, sa pertinence l’a rendue particulièrement populaire. Elle tient une grande part de vérité. Le manque de pétrole et de gaz naturel est considéré comme l’une des principales raisons de l’isolement d’Israël… Mais c’est aussi ce qui fait qu’Israël est un leader scientifique, technologique, et énergétique ! 
 
Mais avec les récentes découvertes du puits de pétrole de Tamar et des réserves de gaz naturel au large du Leviathan dans les eaux israéliennes, l’État Juif a un avenir radieux en tant que pays indépendant de l’énergie. Alors pourquoi s’arrêter là ? Certains croient qu’Israël pourrait devenir l’un des principaux producteurs mondiaux de pétrole. Israël, un leader de l’OPEP ? Devant l’Iran et l’Irak ? 
 
Tel est le plan de Harold Vinegar et de ses collègues. Le docteur Vinegar est le chef scientifique de la compagnie pétrolière hollandaise Royal Shell. Et c’est lui qui est aujourd’hui le directeur scientifique de l’Israël Energy Initiatives (IEI). Et c’est toujours lui qui estime que les réserves d’Israël en pétrole pourraient être plus qu’énormes !L’IEI travaille sur un projet ambitieux d’extraction de pétrole et de gaz naturel à partir de schistes bitumineux, dans une zone de 238 kilomètres carrés au large du bassin Shfela, au sud-ouest de Jérusalem.Comme le prix du pétrole augmente à vu d’oeil, les schistes bitumineux ont attiré l’attention en tant que source d’énergie, et comme un moyen utile d’assurer l’indépendance énergétique nationale. Toutefois, l’extraction du schiste bitumineux soulève un certain nombre de préoccupations environnementales parce qu’elle nécessite une très grosse utilisation d’eau et rejète dans l’air énormément de gaz à effet de serre.

  
 

Le bassin de Shfela
 
 
La Chine a une industrie pétrolière bien établie à base schiste et le Brésil, l’Allemagne et la Russie utilisent autant que faire ce peut les schistes bitumineux. 
 
Les revendications de l’IEI sont simples : « nos techniques seront plus propres que celles utilisées actuellement parce que le pétrole sera séparée de la roche de schiste à 300 mètres sous le sol. Cela nous permet de grandement réduire la quantité d’eau consommée ».Selon le Dr Vinegar, Israël a le deuxième plus grand gisement de schistes bitumineux au monde, en dehors des États-Unis. « Nous estimons qu’il y a l’équivalent de 250 milliards de barils de pétrole. Pour mettre cela dans le contexte, il existe des réserves prouvées de 260 milliards de barils de pétrole en Arabie saoudite. »Une fois opérationnel, l’IEI estime que le coût de la production d’huile de schiste se situe entre 34 et 40 dollars le baril. Il serait ainsi comparable au prix actuel de 30-40 dollars le baril pour les champs pétrolifères en eau profonde et moins cher que le pétrole tiré du désert ou du brut canadien de l’Arctique.
Les attentes de Tamar et Leviathan ont déjà donné à Israël une attitude très positive. Si les prévisions de l’IEI deviennent réalité, Israël deviendra l’un des pays les plus riches du monde… Et, dés lors,  il n’est aucun doute que, de manière très étrange, tous les problèmes diplomatiques disparaitront ! Tiens tiens…

Jonathan-Simon Sellem – JSSNews 
 
 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 18:57 (2014)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

Comment and Analysis

©AFP

4:00pm GLOBAL INSIGHT from WORLD
Isis advances puncture Kurdish confidenceGo-it-alone experiment may not survive without help from Iraq and western and regional allies


Revenir en haut
bergs2


Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2013
Messages: 106

MessagePosté le: Lun 12 Jan - 20:50 (2015)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz Répondre en citant

http://fr.ria.ru/world/20150112/203402996.html

Otan ne manifeste pas pour les 48 morts d'Odessa personne n'en parle Question Question Question


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:00 (2016)    Sujet du message: Ukraine, Syrie, Vénezuela : Cherchez le gaz

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Billets d'humeur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Page 10 sur 10

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com