FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Compétitivité : Prix ou coût du travail ?
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Les derniers Billets publiés:Retraites, Supervision bancaire, Deutsche Bank , Marchés, Compétitivité, Marché transatlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 19 Fév - 10:43 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

Danone va supprimer 900 postes de cadres
19/02 | 08:37 | mis à jour à 09:06 | Claude Fouquet 
 
 
 
La groupe agroalimentaire, qui annonce un bénéfice stable et un chiffre d'affaires record, veut économiser 200 millions d'euros. La réorganisation de ses activités en Europe aboutira à supprimer 10% de ses effectifs de cadres. 
 
09:00 DANONE : 2013 sera une nouvelle année de transition avant une accélération en 2014 (Dow Jones)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 19 Fév - 10:43 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 19 Fév - 21:57 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

EXCLUSIF Goodyear : l'incroyable courrier du PDG de Titan à Montebourg
19/02 | 18:55 | mis à jour à 19:45 | Leïla de Comarmond 
 
 
 
« Les Echos » ont obtenu la copie du courrier où le président du groupe américain Titan explique au ministre du Redressement productif pourquoi il jette l'éponge sur la reprise de l'usine Goodyear d'Amiens Nord. Dans un style très direct. 
 

DOCUMENT Goodyear : la lettre de Titan à Montebourg



« Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? »
« J'ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l'ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m'ont répondu que c'était comme ça en France (...). Monsieur, votre lettre fait état du fait que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan a l'argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu'a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n'est pas intéressé par l'usine d'Amiens nord. » 
 


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 10:55 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

"L'ARNAQUE - La Finance au-dessus des lois et des règles" par Jean de Maillard Vice-Président au Tribunal de Grande-Instance de Paris .
Extraits du livre cité en titre.
« La fraude comme la délinquance sont des variables d’ajustement de l’économie et de la finance »
« Si la fraude, la prédation, ou la spoliation deviennent des modes de gouvernance économique et politique reconnus ou tolérés, comment sont-elles apparues malgré la lourdeur des dispositifs censés les prévenir ? Comment ont-elles pu les subvertir sans que se déclenchent des signaux d’alerte et les réactions institutionnelles servant à les empêcher ? Pourquoi les mécanismes de protection sont-ils tous demeurés inertes ? S’interroger suppose de pouvoir distinguer résolument la fraude individuelle de la transgression collective, au lieu de voir la seconde comme le prolongement de la première . La fraude individuelle peut se dissimuler - d’autant plus facilement  que son auteur est un acteur politique ou économique de premier plan – et n’être découverte que lorsqu’il est trop tard, ou même ne l’être jamais. »
 « Les Etats-Unis ont fait le choix d’une fraude de « haute intensité » -, de même la France a contourné les obstacles politiques et sociaux à l’introduction d’un mode capitaliste et juridique nouveau en laissant les entreprises transgressées discrètement, mais massivement, l’ordre juridique existant sans intervenir . »
« L’entrée dans une nouvelle ère du capitalisme au seuil des années  1980 avait donc un enjeu de taille : comment passer d’un système dans lequel les structures pyramidales et centralisées étaient le pivot autour duquel  s’équilibraient des forces sociales et politiques opposées , résultat d’un compromis social historique encore actuel, à un capitalisme éclaté dans lequel la logique capitalistique n’est plus déterminée que par les nécessités de mises en valeur financière du capital et dans  lequel, par conséquent, autant les modes d’organisation traditionnels de la production que les relations sociales correspondantes apparaissent comme un obstacle ? »
«Or, les entreprises vont progressivement d’abord, massivement ensuite, recourir à toutes sortes de procédés interdits par le droit du travail français afin de passer d’un système assurant la stabilité des rapports sociaux et l’attachement des salariés à l’entreprise à un autre système assurant la flexibilité de la main-d’œuvre et la baisse du coût du travail. »
A titre d’exemple du constat accablant de la fraude économique régnant en France que dresse Jean de Maillard, Vice-Président du Tribunal de Grande-Instance de Paris dans son livre très instructif je citerai une partie du préambule du chapitre 11 intitulé « La Fraude comme alternative à la politique » :
« Ce n’est pas parce qu’elle est très importante que la criminalité crève pour autant les yeux. On tarde à voir une criminalité quand par ailleurs elle remplit des fonctions utiles. La criminalité mafieuse remplie des fonctions sociales. La criminalité financière remplit des fonctions économiques. Quand le système politique, économique et financier ne peut plus se d’elle, la criminalité devient système. »
Je terminerais par un autre constat de Jean de Maillard qui résume ce qui est en train de s’opérer en France en matière de mutation du travail à un rythme accéléré :«comme dans le cas français d’externalisation de l’emploi, les raisons sont d’abord sociales : restituer au capital sa liberté d’organisation et assurer une mutation en douceur et plutôt indolore, en l’espèce, d’une système juridique de protection sociale vers un autre moins favorable . »
Ce livre passionnant dressant un constat sans complaisance et très inquiétant de la société française en devenir est disponible en livre de poche :
http://www.amazon.fr/Larnaque-finance-au-dessus-lois-règles/dp/2070441415/r…


 La fraude n'explique pas tout, mais sans elle on ne comprend rien, 6 mars 2010
Par 
Lionel Conforto "Random Walks in Gex"



Ce commentaire fait référence à cette édition : L'arnaque: La finance au-dessus des lois et des règles (Broché)
"La fraude n'explique pas tout, mais sans elle on ne comprend rien" : cette extrait résume bien le projet du livre et la conception que se fait l'auteur, par ailleurs magistrat, du rôle de la tricherie dans l'économie. La fraude n'est pas un épiphénomène, ou un produit accidentel de l'économie saine. C'en est au contraire un élément systémique, un mode de fonctionnement normal, si l'on peut dire.

Ce livre ne s'imposera probablement pas comme un pilier majeur de la pensée économique, mais je vois au moins 3 bonnes raisons de le lire :
1) le regard historique: De Maillard s'extrait du contexte particulier de notre crise actuelle et la replace dans l'histoire des soubresauts qui ont agité l'économie mondiale depuis 1971, date de la fin de la convertibilité dollar-or décidée par Nixon. L'auteur évoque ainsi les euro-dollars, la fin de Bretton-Woods, les junk-bonds (sur le sujet on pourra lire le roman de Michael Lewis Liar's Poker, existe également en traduction française), la faillite des caisses d'épargne, la chute du hedge-fund LTCM (à ce sujet il existe un excellent livre :When Genius Failed: The Rise and Fall of Long Term Capital Management), etc. Cette perspective historique apporte un éclairage nécessaire sur la récente crise, dite des subprimes.
2) De Maillard n'est pas un économiste, c'est un juriste. Il apporte à la compréhension de l'économie un éclairage décalé, bienvenu dans une discipline qui semble parfois sclérosée par l'ancrage dans un corpus idéologique figé (si cette dernière formule vous semble lapidaire, il suffit d'écouter par exemple les chroniques économiques à la radio pour se convaincre de sa réalité)
3) Enfin, la conception que se fait l'auteur de la crise : la fin de l'économie de rattrapage, amorcée dans les années 60-70, a appauvri les pays anciennement industriels qui se sont endettés pour maintenir artificiellement leur niveau de vie. En raison de la mondialisation, les gains de productivités engendrés et l'endettement ont simplement créé un un excès de liquidités qui ne trouve plus de débouchés dans les systèmes productifs classiques. Ces liquidités s'investissent donc dans de la finance dite de Ponzi, c'est à dire de la cavalerie. C'est d'ailleurs en ce sens que la fraude peut selon l'auteur devenir un mécanisme de régulation de l'économie.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 25 Mar - 21:43 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

La compétitivité mondialisée à un prix :


CHINE 18:53

Les villages du cancer

La Chine reconnaît désormais l’existence de «villages du cancer». Comme Zhengzhuang où, chaque jour, une usine déverse ses produits toxiques dans la rivière, empoisonnant les paysans en toute impunité


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 29 Avr - 22:04 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

Privatised Royal Mail 'will deliver more quickly' Minister Michael Fallon sets out plans to privatise Royal Mail in the next 12 months, suggesting new service will be "quicker".

114 Comments


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 9 Juil - 09:35 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

Handbags at dawn
LVMH’s Bernard Arnault is locked in battle over Hermès


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 5 Aoû - 08:31 (2013)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

 Q&A: join Antony Loewenstein to debate vulture capitalism


Join investigative journalist Antony Loewenstein to discuss outsourcing and 'vulture capitalism': how governments and private companies collide, ignoring corporate responsibility




Revenir en haut
Alainhh


Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2015
Messages: 7

MessagePosté le: Jeu 26 Nov - 10:39 (2015)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ? Répondre en citant

Bonjour. Je trouve que c’est une excellente manière de présenter les choses qui sont toujours d’actu en 2015. Les gens se préoccupent plus de leur situation professionnelle que de la hausse ou la baisse des produits de base ou des services. Ce qui est dommage, c’est que ce sont plus les familles modestes qui en souffrent. 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:51 (2016)    Sujet du message: Compétitivité : Prix ou coût du travail ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Les derniers Billets publiés:Retraites, Supervision bancaire, Deutsche Bank , Marchés, Compétitivité, Marché transatlantique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com