FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ?
Aller à la page: <  1, 2, 3, 412, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Les derniers Billets publiés:Retraites, Supervision bancaire, Deutsche Bank , Marchés, Compétitivité, Marché transatlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 18:03 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

ENTRETIEN AVEC NICHOLAS SHAXSON, AUTEUR DE LES PARADIS FISCAUX : ENQUÊTE SUR LES RAVAGES DE LA FINANCE NÉOLIBÉRALE
« La Grande-Bretagne est au centre d’un réseau de paradis fiscaux qui enveloppe la planète »
Par Christophe Ventura  |  4 juillet 2012     
Journaliste financier et auteur britannique de réputation internationale, Nicholas Shaxson écrit régulièrement dans leFinancial Times et dans The Economist. Dans son enquête approfondie consacrée au système de la finance internationale « off-shore », l’auteur éclaire d’un jour nouveau le rôle de la City de Londres – située au cœur du nouveau scandale bancaire du Libor – et du réseau formé par les anciennes colonies de l’empire britannique dans ce dernier.

Christophe Ventura : Dans votre ouvrage, vous indiquez les montants exorbitants (actifs bancaires, investissements directs à l’étranger des multinationales, évasion fiscale, etc.) qui transitent par le système international des paradis fiscaux. Selon vous, « plus de la moitié du commerce international (...) passe par eux ». Mais, au fond, qu’est-ce qu’un paradis fiscal ?

Nicholas Shaxson : On peut expliquer facilement ce qu’est un paradis fiscal avec deux mots : « échapper à » et « ailleurs ».
Les paradis fiscaux permettent d’échapper à l’impôt, certes, mais aussi aux lois pénales, à la régulation financière, aux obligations de transparence, etc. En un mot, aux responsabilités civiques et sociales. Ils exemptent les riches et les entreprises des contraintes, risques et obligations que la démocratie exige de chacun d’entre nous. La fiscalité n’est qu’un aspect de la question.
Le mot « ailleurs » est également crucial. Pour échapper aux responsabilités, il faut mettre son argent (son argent personnel ou celui de sa société) ailleurs. D’où le mot « off-shore », littéralement, en anglais : « hors du pays ». Ainsi, par exemple, la législation des Bahamas sera conçue pour attirer l’argent, non pas des habitants de l’archipel, mais des ressortissants étrangers.


CV : Vous décrivez l’un des mécanismes auquel ont recours les multinationales : la « manipulation des prix de transfert  ». De quoi s’agit-il ?
NS : Les prix de transfert sont un dispositif utilisé par les multinationales pour réduire le montant de leurs impôts. En gros, ce dispositif permet de localiser les profits de la société dans un paradis fiscal – où ils ne sont pas imposés –, et les coûts dans un Etat à forte fiscalité – où ils sont déductibles des impôts. Comment la multinationale procède-t-elle ? En jouant sur le prix des biens et des services que se facturent ses filiales. Prenons par exemple le cas d’une machine construite en France et vendue en l’Equateur via les Bermudes. Les coûts de production s’élèvent à 1000 dollars pour la filiale française ; le prix de vente en Equateur est de 2000 dollars. La filiale des Bermudes paie à la filiale française 1001 dollars pour la machine, qu’elle facture ensuite à la filiale équatorienne 1998 dollars. La filiale française réalise donc 1 dollar de profit (1001 – 1000 = 1), la filiale équatorienne 2 dollars (2000 – 1998 = 2), ce qui génère très peu de recettes fiscales tant pour l’Etat français que l’Etat équatorien. La filiale des Bermudes réalise quant à elle un profit de 997 dollars (1998 – 1001 = 997), qui n’est pas imposé. Hey presto ! Voilà comment a disparu une note d’impôt salée ! La réalité est bien sûr plus complexe, mais l’idée de base est là.
CV : Qu’est-ce que l’Offshore Magic Circle  ?
NS : C’est le nom que s’est donné le petit groupe de cabinets juridiques qui dominent le secteur de la finance « off-shore ». Ils ont des bureaux dans de nombreux paradis fiscaux à travers le monde et sont passés maîtres dans l’art d’élaborer des montages financiers transfrontaliers, si fréquents aujourd’hui.

Lire la suite....


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 13 Nov - 18:03 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 18:12 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Super
Merci
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 18:16 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Danyves a écrit:

 Nous regardons le dossier comme bien d'autres", a-t-il ajouté.
-Manuela Mesco, Dow Jones Newswires

Curieux, n'est-il pas ?
C'est clair. D'ailleurs, son métier, c'est de regarder passer les dossiers... Mr. Green
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 18:20 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Un commentaire sur Amazone :


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les impôts, c'est pour les pauvres !, 24 avril 2012
Par 
E. Quilgars (Londres, Royaume-Uni) - Voir tous mes commentaires



Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Paradis fiscaux : Enquête sur les ravages de la finance néolibérale (Broché)
Un livre exceptionnel sur les paradis fiscaux !... Où l'on n'apprend notamment que le plus grand paradis fiscal de la planète n'est pas une petite île avec palmiers de la mer des Caraïbes mais un pays au climat nettement moins agréable situé à deux heures de train de Paris : le Royaume-Uni !

L'intérêt de l'ouvrage est multiple : il retrace l'histoire des paradis fiscaux, en dresse une typologie, décrit leur fonctionnement et en explicite la dimension politique et idéologique. Il permet de modifier complètement sa perception du phénomène : les paradis fiscaux ne sont pas des parasites qui viennent se greffer sur le corps sain de la mondialisation, mais des rouages essentiels du système économique international. Ils s'inscrivent dans le cadre de la dérégulation financière et participent au projet néo-libéral de refonte des Etats. Loin d'être des territoires isolés fonctionnant en autarcie, ils interagissent entre eux, se concurrencent, se spécialisent et opèrent à l'intérieur de réseaux structurés et hiérarchisés sous la houlette de Londres et de New York. En fournissant les infrastructures indispensables à la circulation du capital, en favorisant le dumping fiscal et juridique, ils entravent la croissance économique des pays en développement et appauvrissent l'Etat-providence. In fine, leur opacité, leur législation permissive et leur interconnexion avec les grands centres financiers de la planète contribuent à la diffusion du risque systémique.

En définitive, les paradis fiscaux s'inscrivent parfaitement dans le projet néolibéral de liquidation de l'Etat-providence. La pression fiscale qu'ils exercent au nom du saint principe de concurrence permet un nivellement par le bas des politiques fiscales des gouvernements. Face au siphonnage de ses ressources, l'Etat est conduit à mener une double politique : d'une part, réduire ses dépenses, et donc tailler dans les services publics ; d'autre part, trouver de nouvelles sources de financement, et donc taxer davantage ceux qui ne peuvent pas échapper à l'impôt (par exemple, en augmentant la TVA). L'antique maxime de justice fiscale « à chacun selon ses facultés » (en vertu de laquelle chaque personne contribue à l'impôt en fonction de ses revenus) a été mise au rebut au profit de considérations beaucoup plus pragmatiques : aujourd'hui, celui qui paye l'impôt, c'est celui qui n'a pas les moyens d'embaucher un fiscaliste ou d'ouvrir un compte à Zurich. Cela vaut autant pour les particuliers que pour les entreprises : les PME, en proportion de leurs bénéfices, payent plus d'impôts que les multinationales. L'opposition entre riches et pauvres recouvre désormais une opposition entre mobiles et immobiles. La mobilité dont il s'agit ici n'est pas celle évidemment qui depuis trente ans sert à légitimer la précarisation des salariés : c'est la faculté bien réelle de pouvoir changer de pays à tout moment pour profiter d'un statut fiscal taillé sur mesure (cf. le statut de « résident non domicilié » au Royaume-Uni, qui permet aux étrangers fortunés de ne pas payer d'impôts dans le pays). Les inégalités explosent, et ce sont in fine les personnes ordinaires qui, par leurs impôts, financent les privilèges fiscaux des plus riches. Comme disait la millionnaire new-yorkaise Leona Hemsley : « Les impôts, c'est pour les petites gens ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non

Signaler un abus | Permalien
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire




Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 19:37 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Perdu :


From WORLD 2:53pmUK loses battle over corporation tax
©Getty


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 22:11 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

On en parle :


Le prix du gaz aurait été lui aussi manipulé


Mais en citant que le Financial Times, qui le reprenait du Guardian qui a initié le dossier.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 16:22 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

MATIÈRES PREMIÈRES Mercredi14 novembre 2012

Une fronde militante accueille le sommet céréalier Global Grain
Un millier de représentants du monde du négoce céréalier sont réunis à Genève. Une manifestation dénonce «la spéculation sur l’alimentation»


Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 16:44 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

En septembre 2012, les émissions de dette par les entreprises non financières ont grimpé de 14% cependant que les crédits alloués par les banques baissaient de 20%.
Dit autrement : les entreprises essaient de se débrouiller sans les banques.
Faut-il s'en réjouir ? Pas sûr.
Mais c'est symptomatique d'une "brouille" entre le financier et l'économique.

http://www.wansquare.com/index.php?option=com_wscontent&view=article&am…
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
samines
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2012
Messages: 98
Localisation: Poitiers

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 17:06 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Un article simple mais qui illustre me semble-t-il très bien les contradictions européennes en cours.

Pris à leur propre piège
_________________
Être humain c'est aimer les Hommes, être sage c'est les connaître.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 17:12 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Variante de Ponzi. Ou plus prosaïquement, Cavalerie, appelée vis sans fin par Paul Jorion.


Visible dès le début des hostitilités.


Revenir en haut
netmamou
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2012
Messages: 24
Localisation: HYERES

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 21:14 (2012)    Sujet du message: exportations blé russe Répondre en citant

A propos de denrées alimentaires.
J'ai lu que cette année, les russes ne comptaient pas exporter de blé .
Ils "monnaient " leur entrée à l'OMC ?


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 21:46 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Une divergence .. Il doit pas être au parfum de tout celui là !!!
A Athènes pendant la manif, la charge du banquier Dallara contre l'austérité :


Revenir en haut
shadok
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 2 052

MessagePosté le: Mer 14 Nov - 21:50 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

netmamou a écrit:
A propos de denrées alimentaires.
J'ai lu que cette année, les russes ne comptaient pas exporter de blé .
Ils "monnaient " leur entrée à l'OMC ?



Je crois que les récoltes ont été dégueu .. et que la spéculation touche aussi le marché intérieur Russe qui est un gros marché . 
Ils ont peut etre décidé de ne pas se laisser déstabiliser par les traders sur matières premières agricoles . L'ennui c'est que ce sont les pays les plus pauvres qui vont le plus souffrir . 


AGRICULTURE - La Russie pourrait limiter ses exportations de céréales si les prix continuent à augmenter...
La Russie pourrait limiter ses exportations de céréales si les prix continuent à augmenter sur son marché intérieur, a dit vendredi le ministre russe du Développement économique, évoquant pour la première fois un éventuel embargo, un scénario exclu jusqu'alors par Moscou.


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Jeu 15 Nov - 09:31 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Ofgem under fire over fixing claims

Price reporting agency where whistleblower worked may have told regulator about energy price rigging as long as a month ago


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Ven 16 Nov - 21:25 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Journaliste financier et auteur britannique de réputation internationale, Nicholas Shaxson écrit régulièrement dans leFinancial Times et dans The Economist
 







 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:41 (2016)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Les derniers Billets publiés:Retraites, Supervision bancaire, Deutsche Bank , Marchés, Compétitivité, Marché transatlantique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 412, 13, 14  >
Page 3 sur 14

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com