FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum

FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement
Finance Européenne, Crise de la Dette, Banques, Zone Euro, Forum temporaire pour analyser l'activité , informer donner des nouvelles à ceux qui en ont envie .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ?
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 712, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Les derniers Billets publiés:Retraites, Supervision bancaire, Deutsche Bank , Marchés, Compétitivité, Marché transatlantique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 20:16 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Nicolas Shaxson, Paradis Fiscaux, Chapitre 9 page 230-231


Etrait 


"De même que, dans l'Europe Médiévale, les seigneurs abritaient leur pouvoir dans des châteaux pour mieux asservir les paysans alentours et prélever leur tribut, le capital financier s'est retranché dans des noeuds de pouvoir fortifiés ne rendant de comptes à personnes, ni politiquement ni économiquement....." (les paradis fiscaux).


"L'avenir que nous promettent les paradis fiscaux a un aspect médiéval : dans un monde encore en principe dirigé par des Etats-nations démocratiques, le système off-shore ressemblera davantage à un réseau de guildes, au service exclusif d'élites, souvent corrompues ou criminelles, qui ne rendront de compte à personne.


Jersey et Delaware, qui montrent ce qui arrive quand triomphe la morale des paradis fiscaux, devraient servir d'avertissement à tous les pays."


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Nov - 20:16 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 20:19 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant




  1. Debt is capitalism's dirty little secret - FT.com
    www.ft.com › Comment

    30 Jun 2009 – Just why is there so much debt in the Anglo-Saxon world? Bankers and regulators know well that it is in nobody's long-term interests to have ...






  2. Debt Is Capitalism's Dirty Little Secret - John Lounsbury - Seeking ...
    seekingalpha.com/.../10770-debt-is-capitalism-s-dirty-little-secret

    Debt Is Capitalism's Dirty Little Secret 0 comments. Jul 1, 2009 12:54 AM. Ben Funnel has written a very evocative article with the above title in The Financial ...






  3. Obama's Second Term Agenda: Cutting Social ... - Naked Capitalism
    www.nakedcapitalism.com/.../obamas-second-term-agenda-cutting-so...

    29 Jul 2012 – One of the little known political stories of the late 1990s is how Bill Clinton ..... http ://www.latimes.com/business/la-fi-hiltzik-20120729,0,2146392.column... has in fact put the SSA in debt already by investing all of the SSA money in ......Dog Shit Obama the “technically black” Uncle Tom's Cabin Secret Agent ...






  4. Banana republic « naked capitalism
    www.nakedcapitalism.com/category/banana-republic

    Second, in the overwhelming majority of cases, the increase in debt to over ..... clientsecrets” because they established an “ethical wall,” which they also put in quotes. .....The CBO says that a far smaller austerity program, delayed by over two ...... folding on the capital regs, plus the Adebolu thing, plus the crap FI markets.






  5. [PDF] CAPITALISM'S ACHILLES HEEL Dirty Money and How to Renew ...
    e-reading.by/bookreader.php/.../Capitalism%2560s_Achilles_heel.pd...

    File Format: PDF/Adobe Acrobat
    by RW BAKER - Cited by 209 - Related articles
    River and spent the night on our mats looking at the small city of Niamey, the capital...... have produced an explosion in the volume of illegitimate commercial and fi.....traditionally make it an offense to reveal any information about the secret entity ......cheaper world-market prices, paid off all the debts of the company in the ...






  6. [PDF] FREE TRADE CAPITALISM HA-JOON CHANG - analepsis
    analepsis.files.wordpress.com/.../ha-joon-chang-bad-samaritans.pdf

    File Format: PDF/Adobe Acrobat
    refrigerator (the kitchen being too small to accommodate it). My wife, Hee-Jeong, ..... I am not suggesting that there is a sinister secret committee somewhere that ......Following the Third World debt crisis of 1982, the roles of both the IMF and ...... Trinity of the IMF, the World Bank and the WTO, the regional multilateral fi...






  7. [PDF] CAPITALISM: A Treatise on Economics by George Reisman
    www.capitalism.net/Capitalism/CAPITALISM_Internet.pdf

    File Format: PDF/Adobe Acrobat
    appears in his little known work Commerce Defended (London,. 1808), chaps. 6 and 7, which are respectively titled “Consump- tion” and “Of the National Debt.




Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 20:22 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant




Debt is capitalism's dirty little secret - FT.com
www.ft.com › Comment

30 Jun 2009 – Just why is there so much debt in the Anglo-Saxon world? Bankers and regulators know well that it is in nobody's long-term interests to have ...





High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. See our Ts&Cs and Copyright Policy for more detail. Email ftsales.support@ft.com to buy additional rights. http://www.ft.com/cms/s/0/e23c6d04-659d-11de-8e34-00144feabdc0.html#ixzz2CbFXttPJ


June 30, 2009 7:14 pm
Debt is capitalism’s dirty little secret
By Ben Funnell


Just why is there so much debt in the Anglo-Saxon world? Bankers and regulators know well that it is in nobody’s long-term interests to have allowed borrowing to escalate to a position where the US now owes far more, as a multiple of the economy, than at the start of the Great Depression.
The answer is capitalism’s dirty little secret: excessive lending was the only way to maintain the living standards of the vast bulk of the population at a time when wealth was being concentrated in the hands of an elite.

MoreIN OPINION
The amount by which the elite has benefited is startling, and illustrates the problem with lightly regulated free markets: the rich get much richer while the rest do not get richer at all. According to Société Générale economists, the inflation-adjusted income of the highest-paid fifth of US earners has risen by 60 per cent since 1970, while it has fallen by more than 10 per cent for the rest. As was recently pointed out in the New York Review of Books, the Walton family, of Wal-Mart fame, is wealthier than the bottom third of the US population put together – about 100m people. These are staggering statistics, confirmed by measures such as the US and UK’s ever-rising Gini coefficients, which estimate income disparity. Another way of putting this is that the share of profits in gross domestic product is at a 100-year high, or was until very recently.
Put simply, the benefits of economic growth have gone into the pockets of plutocrats rather than the bulk of the population. So why has there been no revolution? Because there was a solution: debt. If you couldn’t earn it, you could borrow it. Cheap financing was made widely available. Financial innovations such as the asset-backed securities market aided this process, as did government-sponsored agencies such as Fannie Mae and Freddie Mac. Regulators welcomed it all while perhaps taking insufficient account of the moral hazard problem it posed: that ever-increasing leverage meant the authorities had to keep interest rates low, otherwise the debt burden would cripple consumption. This prompted more leverage, which exacerbated the problem.
A walk in any low-income area in the UK confirms this. There are BMWs in the driveways, satellite dishes on the roofs and furniture delivery vans on the streets. In both Britain and America the jobless were encouraged to buy their own homes. No one begrudges anyone else the right to own a home or buy luxury goods. The problem is that the luxuries need to be paid for out of earnings and the houses out of equity topped up with an affordable amount of debt.
The question is whether the debt load – total US credit market debt outstanding was $53,000bn (€38,000bn, £32,000bn) at the end of March, or 3.7 times GDP – is at all sustainable and, if not, how it can be lowered without sinking the economy. Those pushing extra debt in an effort to boost the economy via increased consumption point to the scale of assets backing the debt. The net worth of US households, including their houses and after counting debt, was $50,000bn in March, according to the Fed. Not a bad tally for 306m people: $165,000 each. However, the cost of servicing this debt as a proportion of income, even with record low rates, is at a 30-year high, above 15 per cent, as incomes have stagnated and the total level of debt has risen.
The debt burden has to come down, which means more saving and lower economic growth for many years to come. Along the way inflation is likely to return, probably sooner and more violently than most expect, which will prompt investors to demand a higher return and make it even harder for governments to tackle the debt. At best the debt will fall slowly over many cycles and simply trim otherwise resilient growth. At worst it could cause growth to lurch upwards before tumbling again, with all the attendant uncertainty that entails. At this point, no one can know which is more likely. I incline to the more benign view because of the size of household assets but, if the dollar’s reserve currency status should come under serious attack, rates would have to rise to defend it and that could itself cause a consumption crisis.
What can be done? First, although it is not ideal, we should not be too hasty about abandoning the capitalist model. It is less bad than any other system yet invented. But we should redouble our efforts to increase productivity through innovation and creating new markets; simply squeezing lower-income workers is a bad option, which helped get us into this mess in the first place. This requires investment in education and research. Second, we have to learn to live within our means. This means spending less than we earn, perhaps doing without the BMWs, flat-screen television sets and leather sofas. Third, we should be careful in distributing the higher tax burden that we will inevitably have to bear over the coming decade. Very high marginal tax rates did not work in the 1970s and will not work now. That said, income disparity at current levels is a political time-bomb that needs to be dealt with. Finally, we should all come to terms with the fact that these are structural issues needing structural solutions; they need to be enforced over a longer time period than any one government’s term. So we need a new political consensus, one aimed at reducing overall debt levels while reducing inequality by encouraging education, entrepreneurship and investment in innovation.
The writer is an asset manager at GLG Partners



Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 20:28 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant




  1. Offshore Banking-An Analysis of Micro- and Macro ... - Ideas - RePEc
    ideas.repec.org/p/imf/imfwpa/99-5.html

    by L Errico - 1999 - Cited by 90 - Related articles
    1 Jan 1999 – Offshore Banking-An Analysis of Micro- and Macro-Prudential Issues ..."The Offshore Services Industry in the Caribbean: A Conceptual and ...






  2. Offshore Banking-An Analysis of Micro- and Macro-Prudential ... - IMF
    www.imf.org/external/pubs/cat/longres.cfm?sk=2867.0

    1 Jan 1999 – Offshore Banking-An Analysis of Micro- and Macro-Prudential Issues ...Subject(s ): Offshore financial centers | Capital flows | Financial crisis ...






  3. [PDF] Offshore Banking: An Analysis of Micro- and Macro - IMF
    www.imf.org/external/pubs/ft/wp/1999/wp9905.pdf

    File Format: PDF/Adobe Acrobat - Quick View
    by IMF Working - 1999 - Related articles
    Offshore Banking: An Analysis of Micro- and Macro-Prudential Issues. Prepared by Luca Errico and Alberto Musalem 1. Authorized for distribution by William E.




Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 21:24 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Un ultra propagandiste d'un libéralisme forcené :




Search Results



  1. Daniel JMitchell | Cato Institute: Policy Scholars
    www.cato.org/people/daniel-mitchell

    Daniel JMitchell is a top expert on tax reform and supply-side tax policy. Mitchell is a strong advocate of a flat tax and international tax competition. Prior to ...






  2. Daniel JMitchell - Wikipedia, the free encyclopedia
    en.wikipedia.org/wiki/Daniel_J._Mitchell

    Daniel J. "DanMitchell is a libertarian economist, senior fellow at the Cato Institute. He is a proponent of the flat tax and tax competition, financial privacy, and ...

    Personal life - Professional life - Publications - Television appearances






  3. International Liberty
    danieljmitchell.wordpress.com/

    November 18, 2012 by Dan Mitchell. If there was a prize for fighting back against tax authorities, the Italians would probably deserve first place. I'm not aware of ...

    Five Things About Me - Election - Debt - Deficit






  4. Daniel JMitchell, Ph.D. - Heritage Foundation
    www.heritage.org/about/staff/m/daniel-mitchell

    Daniel JMitchell, Ph.D. is a non staff member at The Heritage Foundation.






  5. Daniel JMitchell - Conservative Columnist and Financial ...
    finance.townhall.com/columnists/danieljmitchell/

    Daniel JMitchell is a top expert on tax reform and supply-side tax policy at.






  6. Daniel JMitchell - - Forbes
    blogs.forbes.com/danielmitchell/

    30 Oct 2012 – The folks at the Center for Freedom and Prosperity have been on a roll in the past few months, putting out an excellent series of videos on ...




Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 21:50 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Nicolas Shaxson, Les Paradis Fiscaux, Chapitre 11


ChaPitre11 lavieoff-shore
Le facteur humain
Il y a un point qui m’a toujours intrigué : comment les banquiers qui protègent l’argent des criminels et des politiciens corrompus peu- vent-ils se regarder dans la glace ? Ma rencontre en 2009 avec Beth Krall, qui a longtemps travaillé dans la banque privée, devait m’aider à répondre à cette question.
La rencontre a eu lieu un dimanche à Washington, où elle habite, dans le café de la librairie Kramerbooks à Dupont Circle. Krall a aujourd’hui quitté la banque privée et travaille dans le secteur asso- ciatif. Dans son superbe manteau blanc et noir, elle ressemble encore beaucoup à la femme d’affaires qu’elle a été. À 47 ans, après presque vingt-quatre ans dans le secteur bancaire, Krall (ce n’est pas son vrai nom) a encore du mal à faire face à son passé. Ce dont elle a été témoin la révulse, et décrire les horreurs qu’elle a vécues la met visiblement mal à l’aise. Elle refuse toutefois absolument de révéler des informations sur ses clients – elle avait juré de les tenir secrètes. Elle prend soin des nombreuses amitiés qu’elle a nouées dans le métier et fait attention à ce qu’elle peut dire ou non.
Son dernier emploi dans un paradis fiscal a été aux Bahamas. Cet archipel de 300 000 habitants est un important centre off-shore depuis les premières décennies du XXe siècle, quand la mafia américaine a connu son âge d’or. Quelques mois plus tôt, un professionnel des Caïmans m’a conseillé de faire attention à ma sécurité personnelle si d’aventure je voulais « poser toutes ces questions » aux Bahamas. Krall dit qu’elle ne sait pas ce qui lui arriverait si elle retournait là-bas, ayant en partie brisé la loi du silence des banquiers. « Je n’ai pas envie qu’on m’enfile des
273lesParadisfisCaux
chaussures en béton », dit-elle sans plaisanter. La raison de ses craintes est justement ce qui l’a conduite à se révolter : un grand nombre de ses clients étaient de puissants personnages dans leur pays. L’un d’eux était même « une figure de tout premier plan de la politique internationale ».
De manière plutôt inhabituelle pour une banquière étrangère, Krall participait activement aux festivités du Junkanoo, un défilé de carnaval mêlant les traditions sud-américaines et caribéennes (« le plus grand événement culturel non seulement des Bahamas mais aussi du monde entier », selon leur site Web). Elle semble affligée à l’idée que ses anciens amis du groupe – ainsi que tous ceux qu’elle a laissés à Nassau – pour- raient juger ses critiques de l’industrie off-shore « anti-bahaméennes » ; tandis qu’on parlait, elle cherchait en elle le courage de leur expliquer pourquoi elle ne reviendrait pas. Elle continue à s’interroger sur son rapport avec les valeurs qui ont fondé sa carrière : le secret est bon ; tout ce qui permet de gagner de l’argent est bon ; et quand on rompt la loi du silence, on est soit un jean-foutre soit un traître.
Krall est née à Leicester en Angleterre. Elle rejoint directement le secteur bancaire après ses études, d’abord à la Midland International Bank de Grande-Bretagne en 1980, puis dans une banque suédoise partiellement publique et, à partir de 1987, à la Chase Manhattan du Luxembourg, où elle travaille au back-office – du côté administratif. La Chase était l’agent payeur pour certaines émissions d’obligations et l’emploi de Krall au service des coupons consiste à s’assurer que les détenteurs d’obligations sont payés. « On s’occupait des ‘‘den- tistes belges’’, ceux qui cachent leurs coupons sous leur matelas, se souvient-elle. Parfois, ils arrivaient tous en même temps, on appelait ça le ‘‘bus des coupons’’. Ils venaient de Belgique, d’Allemagne, des Pays-Bas. Ils s’entassaient dans le hall, s’engouffraient à travers les portes, s’énervaient, brandissaient leurs coupons et repartaient avec leur chèque. » La chambre forte renfermait, entre autres, des enveloppes scellées*, pour ceux appelés les « henwees » – « HNWI : high net worth individuals » i. « On ne savait pas ce qu’il y avait dedans, dit-elle. Pas la moindre idée. Les banquiers privés et les responsables de clientèle les déposaient là, c’est tout. »
i Littéralement, « les personnes à haute valeur nette ». Terme utilisé pour désigner les personnes pos- sédant plus d’un million de dollars. (NdT)
274
lesParadisfisCaux
Systems. Un promoteur immobilier à la retraite qui souhaite garder l’anonymat confesse : « Du point de vue fiscal, je paye le quart de ce que paye le type qui ramasse mes poubelles. Je joue au golf toute la journée, alors que lui n’a sans doute même pas les moyens d’acheter la maison où il vit. C’est ça l’existence à Jersey : si vous avez de l’ar- gent, vous avez tout. » 13 Six des dix ministres actuellement en poste à Jersey sont multimillionnaires : « C’est un parlement de riches, dit le député contestataire Geoff Southern. À mon avis, il y a toujours du ressentiment que des péquenots aient pris le pouvoir. »
Un soir d’hiver de 1996, Christensen s’entretient à cœur ouvert avec un journaliste du Wall Street Journal enquêtant sur un réseau de fraude où est impliquée une banque suisse basée à Jersey ayant grugé des investisseurs américains. L’histoire s’étale à la une du journal quelques mois plus tard sous le titre : « Le risque off-shore : Jersey n’est pas un paradis pour les placements en devises ». Les financiers et les dirigeants de l’île sont pris de convulsions. C’est la première fois que le secteur financier de Jersey, supposé propre et bien réglementé, voit son statut remis en cause dans un grand journal international. La fin de l’article cite un haut fonctionnaire de l’île : tout le monde reconnaît Christensen. Il savait que, en parlant au journaliste, il signait sa démission.
« À partir de ce moment, ils auraient fait n’importe quoi pour se débarrasser de moi, mais j’étais titulaire de mon poste. La seule chose qu’ils pouvaient faire, c’était me trouver une faute professionnelle ou me surprendre au lit avec un garçon de chœur. La tension était incroyable. » Il n’est pas parti tout de suite. Son second fils était né le mois suivant et il devait accomplir une longue période de préavis. Partir d’ailleurs n’a pas été si simple. « Être un gros poisson dans une petite marre est un leurre extraordinairement puissant, dit-il. J’aurais pu si facilement acheter un yacht Swan de seize mètres, couler une paisible carrière et finir avec une décoration. » Aujourd’hui, il est un dissident et on continue de lui décocher des flèches à travers la Manche. « Le dépit n’a jamais été aussi âcre que chez M. Christensen, qui a autrefois travaillé à Jersey et s’est vu refuser une promotion, a tonné plus tard le Jersey Evening Post. Depuis lors, il œuvre sans relâche à discréditer l’île qui a eu la bêtise de lui manquer d’égards. » Un article du Monde d’avril 2009 cite une personne de l’île qui le qualifie de « traître à la nation ». Des sources bien informées nous ont confirmé que l’attaquer en ces termes était la politique officieuse de Jersey.
302
la vie off-shore
Les paradis fiscaux prospèrent grâce à un mélange d’égoïsme crasse et de culture de la collusion. Leurs partisans sont les premiers à dénoncer chez leurs adversaires des motifs intéressés et des intentions cachées. Mais, en règle générale, les gens ne parlent pas au Wall Street Journal pour avoir une promotion.
La finance profite de l’insularité, du manque de courage et de l’aveu- glement moral, mais cet éthos du « haro sur les pauvres » que partagent les élites de Jersey émane en réalité de l’industrie off-shore et de ses maîtres, non du caractère propre de l’île. La répression à l’œuvre à Jersey peut s’exercer sur des territoires plus vastes. Rudolf Elmer, un banquier helvétique qui a travaillé dans plusieurs paradis fiscaux avant de dénoncer des fraudes dont il a eu connaissance, a subi ses effets également en Suisse, un pays de huit millions d’habitants.
En 2004, il remarque d’abord deux hommes qui le suivent en allant travailler. Il les voit plus tard sur le parking de l’école maternelle de sa fille, puis à travers la fenêtre de sa cuisine. Sa femme est suivie en voiture. Les deux hommes offrent des chocolats à sa fille dans la rue et, tard le soir, passent en trombe en voiture dans l’impasse où il vit. Cette filature, intermittente, a duré plus de deux ans. Il travaillait à l’époque pour une société chinoise ; à un moment donné, les hommes ont porté des T-shirts chinois avec des dragons dans le dos. Son pré- cédent employeur, la banque Julius Baer, a nié toute implication et il a été impossible de savoir qui envoyait ces hommes. La police a dit qu’elle ne pouvait rien faire. En 2005, sa maison a été perquisitionnée et il a été incarcéré pendant trente jours, accusé d’avoir violé le secret bancaire suisse, ce qui est, comme il le rappelle, « une infraction pénale, comme le meurtre ».
« À ce stade, j’ai pensé au suicide, dit-il. Je pouvais regarder par la fenêtre à deux heures du matin. Ils ont intimidé ma femme, mes enfants, mes voisins. J’étais un hors-la-loi. J’étais le parrain d’un enfant dont le père est dans la finance. Il m’a demandé d’arrêter de les voir – ‘‘Tu es une menace pour la famille.’’ » L’un de ses amis proches a subi la pression de son supérieur pour qu’il cesse de le fréquenter ; après l’une de ces mises en garde, cet ami a quitté son bureau en larmes. « J’ai été bien naïf de croire que la justice helvétique était différente, dit Elmer. Je conçois qu’on puisse contrôler une population de 80 000 personnes


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Dim 18 Nov - 22:37 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Nicolas Shaxson, Les Paradis Fiscaux, Chapitre 12


ChaPitre12 legriffon
La City of London Corporation
L’une des rares personnes à avoir clairement annoncé la crise de 2007 est Gillian Tett, du Financial Times, une ancienne étudiante en anthropologie de Cambridge reconvertie dans le journalisme financier. Quand en 2004 un collègue lui trace un diagramme de la « City de Londres » – ce terme générique qu’on utilise pour désigner l’indus- trie des services financiers britanniques –, elle se rend compte qu’une grande part des activités de la City est complètement ignorée 1. « Pour comprendre comment une société fonctionne, dit-elle, il ne faut pas simplement regarder les domaines où il y a ce qu’on appelle du “bruit social” – ce dont tout le monde parle : le marché des actions, les fusions-acquisitions, les sujets d’actualité. Il faut aussi s’intéresser aux faits sociaux silencieux. » Elle venait de découvrir ce qui sera connu plus tard sous le nom de shadow banking, la « finance de l’ombre » – véhicules d’investissement structurés, fonds multicédants et autres entités peu réglementées (et alors inconnues) –, dont le total des actifs, au moment du déclenchement de la crise en 2007, dépassait les 10 000 milliards de dollars du système bancaire américain 2, et qui allait presque mettre à genoux l’économie mondiale.
Si la finance de l’ombre est aujourd’hui bien documentée, la City est enveloppée d’un silence bien plus ancien ; encore aujourd’hui, presque personne n’en parle. « Quand j’ai commencé à m’intéresser au sujet, il y a longtemps, j’ai été abasourdi de constater qu’aucune recherche n’avait été entreprise sur la City de Londres, même à gauche, me disait Robin Ramsay, un essayiste politique britannique. Les sociétés ont leurs zones interdites – et vous êtes sur le point de pénétrer dans l’une
305lesParadisfisCaux
des plus grandes de la politique britannique. » Ce sont deux esprits indépendants qui m’ont initié à ce mystère : Maurice Glasman, un universitaire du nord de Londres, et un jeune prêtre anglican nommé William Taylor. De mémoire d’homme, ce sont les deux seuls individus à avoir jamais défié frontalement, à titre privé, la City of London Cor- poration, l’autorité municipale de la City de Londres – littéralement : « la corporation de la cité de Londres ». Ce qu’ils ont découvert en perçant le voile du silence est, selon moi, l’un des plus étranges phé- nomènes de l’histoire financière mondiale.
À la fin des années 1990, le père Taylor a participé à un mouvement de protestation contre un projet immobilier à Spitalfields, un quartier populaire bordant le nord-est de la City. Il connaît bien l’endroit : à sa sortie de l’université en 1988, son évêque lui avait demandé de s’impliquer dans la vie de la paroisse avant d’être ordonné, et il avait ainsi travaillé à Spitalfields quelque temps comme livreur de fruits et légumes. Margaret Thatcher commençait juste son troisième mandat de Premier ministre ; à la suite du « big-bang » qui avait libéralisé les services financiers britanniques en 1986, les promoteurs cherchaient à étendre la City au-delà de ses frontières traditionnelles. Le quartier voisin de Spitalfields offrait une proie tentante. « Le marché libre régnait en maître, se souvient Taylor. Je sentais que c’était un problème et que l’Église devait avoir son mot à dire. »
Spitalfields abrite encore quelques-uns des marchés les plus pitto- resques et les plus anciens d’Angleterre : Brick Lane, Petticoat Lane et le vieux marché de Spitalfields lui-même. Différentes vagues d’im- migrants se sont superposées à travers l’histoire : Irlandais, huguenots, juifs, Bengalis, Maltais et bien d’autres. « Tous ces groupes pouvaient prétendre raconter l’histoire de Spitalfields, dit-il. Communautés immi- grées, écolos vivant dans leurs vieilles maisons géorgiennes, cockneys peuplant les pubs et les marchés. Puis maintenant, ce nouveau groupe : les promoteurs immobiliers et les urbanistes – les commis du capita- lisme. Ils étaient mal acceptés », dit-il en maugréant.
Le 1er mai 1997, la veille du jour où Tony Blair devient Premier ministre, Taylor est nommé aumônier de l’université Guildhall dans le quartier de la City. Le gouvernement travailliste accorde immé- diatement l’indépendance opérationnelle à la Banque d’Angleterre
306
lesParadisfisCaux
« Le secteur financier a travaillé pour lui-même et a dilaté le prix des actifs de façon instable. L’histoire que l’industrie [financière] raconte est une histoire de contribution positive à la société, où la finance est présentée comme une poule aux œufs d’or. Quand vous regardez de plus près, ça ne résiste pas à l’analyse. [...] Si vous étudiez les chiffres et les mettez en contexte, la contribution sociale nette est négative. » 83
La Grande-Bretagne et les États-Unis, les deux fers de lance de la finance mondiale, sont aujourd’hui parmi les sociétés les plus inégali- taires du monde développé. En Grande-Bretagne, 0,3 % de la popu- lation possède les deux tiers des terres ; au Brésil, pays notoirement inégalitaire, 1 % de la population n’en détient que la moitié. Dans une étude de l’Unicef mesurant le bien-être des enfants dans vingt- et-un pays industrialisés, le Royaume-Uni arrivait bon dernier, juste derrière les États-Unis. Les retraités en Grande-Bretagne affichent le quatrième plus fort taux de pauvreté en Europe, et sont plus mal lotis que leurs homologues en Roumanie ou en Pologne. Toutefois, à la fin de la quatrième législature travailliste en 2010, les 1 000 Britanniques les plus riches détenaient ensemble 335 milliards de livres, contre 99 milliards de livres à l’arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997. Et il ne s’agit là que des chiffres connus.
Avant la grande crise de 2007, la Grande-Bretagne avait passé un autre pacte avec la City – un pacte géographique. Les régions éloignées de Londres, notamment le Nord-Ouest, le Sud-Ouest, les Midlands de l’Ouest et l’Écosse – mais également certaines zones les plus pauvres de Londres – subissaient certes les conséquences de l’hypertrophie de la City, mais bénéficiaient de la redistribution d’une part généreuse des recettes fiscales. Cela ne suffisait à com- penser le déclin de l’industrie, mais permettait d’atténuer ses effets. Aujourd’hui, même ce boiteux marchandage part en lambeaux. Un rapport de juin 2011 sur la City de Londres l’énonce crûment : « La crise financière et les politiques d’austérité subséquentes vont mettre un terme dramatique au compromis social redistributif dont ont bénéficié de façon disproportionnée les anciennes régions indus- trielles du Nord et de l’Ouest n’ayant pas de capacité autonome à créer des emplois dans le secteur privé. Cela conforte le statut de Londres comme une sorte de “cité-État” à l’intérieur de l’économie nationale. » 84
344
le griffon
En attendant, les bonus de la City ont atteint en 2010-2011 quatorze milliards de livres, un niveau presque 40% supérieur à la moyenne des années de boom 2000-2007 précédant la crise financière. « Dans la nouvelle phase d’après 2008, poursuit le rapport, la finance londo- nienne a eu une influence perturbatrice et a résisté à toute réforme destinée à sécuriser la finance, tout en soutenant vigoureusement les politiques d’austérité. »
Jim Cousins, un membre de la commission du Trésor, est abasourdi par l’évolution de la politique britannique à l’égard de la finance :
« Pendant trente ans, cette ville a poursuivi un second projet impérial. Nous avons enregistré d’énormes déficits commerciaux pendant plus de trente ans. [...] Ils ont géré ce déficit commercial en drainant l’argent des marchés de gros, en partant du principe que de meilleurs rende- ments pouvaient être obtenus ailleurs. Ç’a été inventé par Margaret Thatcher : cette idée qu’on deviendrait les opérateurs financiers des oligarques et des rois du pétrole de toute la planète. »
Pendant presque un siècle, jusqu’à l’essor de la finance off-shore dans les années 1970, les banques britanniques avaient augmenté leurs bilans prudemment, en accord avec le niveau des dépenses dans l’éco- nomie ; ensemble, ils représentaient environ la moitié du PIB. Tout a changé après 1970. Au début du XXIe siècle, la taille de leurs bilans a enflé jusqu’à cinq fois le PIB. Sous le nouveau projet impérial de la City, l’argent a afflué à Londres, a été rempaqueté puis réexpédié à l’étranger, souvent via des satellites off-shore, pour bâtir des gratte-ciel à Dubaï, des condominiums géants à São Paulo et des jeux de leurres financiers à New York.
« L’État garantit jusqu’à 560 milliards de livres d’actifs peut-être pourris, la plupart hors du pays », disait Cousins peu après l’adoption par le gouvernement britannique d’un plan forçant le contribuable à soutenir à hauteur de cette somme les actifs détenus par la banque Lloyds et la Royal Bank of Scotland. « Est-ce que quelqu’un connaît la valeur de tout ça ? » La Grande-Bretagne est tombée dans un piège. Le National Audit Office a conclu un rapport en indiquant que « le Royaume-Uni supporte le risque ultime des dettes potentielles » 85 découlant du réseau de paradis fiscaux de la Grande-Bretagne – et, pourtant, la City continue de menacer : imposez ou régulez ceci ou
345


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 19 Nov - 00:15 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Nicolas Shaxson, Les Paradis Fiscaux, Chapitre 12


Un autre extrait, qui relève de la doxa qui finit par être imposée à l'Europe, par les institutions européennes, de l'intérieur, de l'extérieur avec ce que sera le Marché Transatlantique, et la City of London Corporation oeuvrant toujours dans l'ombre, discrètement et publiquement.


"J'ai demandé à Taylor comment il conciliait ce côté magnifique avec l'esprit démoniaque qui habite le même cadre conceptuel. Sa réponse a été immédiate : "Un esprit démoniaque est un ange déchu. C'est bien là tout le problème. Il n'est plus assujetti à ses buts originels. Il s'est inféodé à d'autres buts. Dans ses cérémonies, la City continue à mettre en scène le pouvoir des citoyens, mais elle est sous l'emprise complète des hommes d'argent. Je ne conceptualise pas la City comme une entité mauvaise en soi, mais comme une entité qui s'est détournée de sa vocation initiale."


Pour mois, cette personnalité double procède du mot "liberté". Comme l'avait compris Keynes, la liberté du capital financier entraîne l'asservissement des citoyens et de leurs élus."


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 19 Nov - 00:27 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Nicolas Shaxson, Les Paradis Fiscaux, Chapitre 12, Le Griffon p. 342


"Beaucoup d'informations authentiques ont été éliminées de ce livre à cause des lois sur la diffamation : je ne voulais pas risquer mes économies et ma maison de famille. Cette législation bien sûr convient parfaitement aux riches acteurs de la City. Elle est, comme l'acrit l'aditorialiste Georges Monbiot (The Guardian) "une loi de sédition à l'usage exclusif des millionnaires....une menace internationale, un anachronisme pré-démocratique". En définitive dans l'affaire Tesco contre le Guardian, la justice a rendu un verdict confus, plutôt en faveur du journal. Au moment de la rédaction de ce livre, les lois anglaises sur la diffamation étaient en cours de réexamen. Des changements réels dan s la législation affaibliraient sensiblement l'empire off-shorfe britannique."


Martin Wolf, du Financial Times, décrit "une machine financière effroyable,... une machine a transférer les revenus et les richesses des gens ordinaires aux initiés, tout en fragilisant l'économie dans son ensemble."


Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 19 Nov - 00:36 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

Nicolas Shaxson, Les Paradis Fiscaux, Chapitre 13




ChaPitre13 l’étoiledelamort
Le Luxembourg, trou noir de l’Europe
Quand l’industriel et homme d’affaires Vincent Bolloré prend le contrôle de l’empire Rivaud en 1996, le siège de la société vient de faire l’objet de ce que Libération appelle « la plus spectaculaire perquisition de l’histoire » – une descente massive du fisc. Bolloré parachute peu après un de ses lieutenants, Jacques Rossi, à la tête de la banque Rivaud, le cœur financier du respectable groupe industriel. Rossi n’est pas un tendre et il promet d’emblée de faire le ménage : « Je provisionne, je tape brutalement, je récure sauvagement », dit-il. Il va bientôt découvrir que la banque n’est pas une banque ordinaire et qu’il a beaucoup de mal à faire son travail.
Fondé par un entrepreneur belge ayant fait fortune au Congo belge dans les temps brutaux du roi Léopold 1, le groupe Rivaud est au début du XXe siècle un puissant conglomérat colonial. Quand Bolloré entre en scène, le groupe possède des millions d’hectares de terres en Afrique et en Asie et est dominé par trois pôles d’actionnaires : la richissime famille Fabri en Belgique et, chez les Français, Jean de Beaumont et le comte Édouard de Ribes – celui-ci vient d’une famille qui été anoblie pour avoir financé la fuite à Varennes de Louis XVI en 1791.
L’organigramme des sociétés Rivaud révèle la structure d’un véri- table nid d’oiseau : un entrelacs de participations croisées enserre la planète, avec des sociétés holding empilées les unes sur les autres. Une nébuleuse de banques habite les paradis fiscaux ; on trouve ces tirelires à Guernesey, au Luxembourg, à Jersey, en Suisse et au Panama. Il y a en fait deux banques Rivaud, comme l’expliquait un ancien employé : « L’une à Paris, très BCBG ; l’autre à Genève, qui récupérait tout
347lesParadisfisCaux
ce qui est inavouable. » Des notes personnelles découvertes dans le bureau d’un ancien directeur décrivent le système comme un « circuit de blanchiment ».
Les plantations sont la pompe à argent du groupe ; la banque son marigot politique ; et les paradis fiscaux, bien sûr, le moyen d’ensevelir tout ça dans l’obscurité. L’organigramme est devenu si complexe que même les dirigeants ne semblent plus rien y comprendre. « Imaginez un grand-père qui dissimule son argent un peu partout et ne se souvient plus où est le lingot d’or », dit l’un des associés de Ribes, qui décrit le comte comme « perdu dans son propre labyrinthe » 2.
En 1981, la banque Rivaud, la pompe financière du groupe, s’était installée avec armes et bagages au Vanuatu (ex-Nouvelles-Hébrides), un ancien condominium franco-britannique nouvellement indépendant. Selon la presse, la décision de s’installer dans ce paradis fiscal avait été motivée par la crainte de voir le nouveau gouvernement socialiste de François Mitterrand nationaliser les banques. Il y avait semble-t-il une autre raison : la banque était une plaque tournante du financement occulte du RPR 3, comptant parmi ses clients certains des hommes poli- tiques les plus connus de France. Quinze ans plus tard, Le Point appelle toujours la banque « le groupe financier le plus secret de France » ; pour Libération, le groupe Rivaud est « la société la plus mystérieuse du capitalisme français » 4.
Rossi trouve son job pénible : « Cette banque de merde commence à me faire chier », l’entend-on s’emporter lors de son grand nettoyage. En fin de compte, sa tâche s’avère si énorme et il y a tellement de cadavres dans les placards qu’il quitte son poste au bout de six mois seulement. Un proche le décrit au moment de son départ comme ayant « le visage halluciné du GI revenant de la guerre du Vietnam » 5.
Bolloré avait promis de faire toute la lumière sur les agissements obscurs de Rivaud mais, comme le dit un proche du dossier, « le monde politique est intervenu pour lui faire comprendre qu’il n’avait peut-être pas intérêt à mettre tout sur la place publique ». L’affaire est enterrée sans bruit 6 : malgré un début d’enquête tonitruant, le dossier pénal est classé sans suite et les plaintes retirées. Ainsi a pris fin ce scandale politico-financier via les paradis fiscaux.
Nous retrouverons Bolloré plus loin dans le chapitre. Pour l’ins- tant, l’épisode précédent suffit à nous remettre en tête cette question
348
l’étoile de la mort
fois la mise de départ. Il n’est pas étonnant que les hommes d’affaires ayant davantage le goût du pouvoir que le goût de l’argent chérissent ce genre de structures complexes. C’est peut-être d’ailleurs ce goût du pouvoir qui pousse les Berlusconi ou les Bolloré à acheter des entreprises de médias.
Le modèle peut se déployer indéfiniment. Plusieurs dispositifs permettent d’en renforcer l’opacité et la complexité : injecter de la dette dans les montages ; coter les sociétés en bourse pour lever des capitaux ; construire des réseaux alliance pour éviter des participations majoritaires ou des prises de contrôle directes ; donner des droits de vote différents à des catégories différentes d’actions ; utiliser plus d’une société pour en contrôler une autre ; masquer une participation dans une société à travers des sociétés écran, etc. Sans oublier enfin d’ensevelir le tout sous un voile de secret off-shore. L’empire Bolloré au Luxembourg repose sur une société holding centrale, qui détient d’autres sociétés holding, lesquelles détiennent à leur tour des plan- tations et d’autres sociétés à travers le monde 63.
Cette complexité permet au groupe de présenter un visage public qui dissimule un ensemble plus vaste, plus profitable et plus puis- sant. « Il y a bien une face cachée de l’empire Bolloré, écrit Orange. Juste évoquée en quelques mots pour ne pas donner l’impression du secret, mais en fait totalement obscure. Entre Afrique et Luxem- bourg, Vincent Bolloré a bâti un deuxième groupe puissant, discret et tentaculaire. Il lui permet de faire ses coups financiers à l’abri des regards, de prospérer hors de nombreuses contraintes fiscales et réglementaires et d’accumuler une richesse sans proportion avec celle revendiquée. » 64
Le choix du Luxembourg n’est pas uniquement motivé par le secret mais aussi pour des raisons fiscales. Je ne démêlerai pas ici les affaires fiscales du groupe Bolloré : celui-ci est si tentaculaire, si complexe et si enraciné dans le monde off-shore que je ne peux tout simplement pas en avoir une vue d’ensemble. Le Luxembourg est un lieu toutefois où – comme je le disais plus tôt – l’on peut faire fondre sa note fiscale après un bon dîner avec son percepteur : les réseaux de confiance informels sont une fois de plus indissociables de cette fameuse « souplesse » qui caractérise les paradis fiscaux dès qu’il s’agit de la règle de droit.
377
lesParadisfisCaux
La concentration de pouvoir politique et économique que le système off-shore engendre n’est tout simplement pas quantifiable. Ce livre a mis en évidence certains des dégâts qu’il occasionne : les pertes de recettes fiscales, directement ou indirectement ; le pillage des pays en développement par leurs propres élites ; la création de zones dérégle- mentées ayant rendu possible la crise financière, etc. Ce que je viens de décrire révèle une autre dimension inexplorée du phénomène : la capacité qu’ont les élites à fausser en leur faveur la concurrence sur les marchés.
C’est ainsi que beaucoup de personnes parmi les plus riches du monde – bien plus riches que Bolloré – ont bâti leur fortune. Carlos Slim, le magnat mexicain des télécommunications, un temps l’homme le plus riche de la terre, avait été surnommé « M. Monopole » par le Wall Street Journal. C’est bien un genre de monopole que Bill Gates, actuellement la deuxième fortune mondiale, a créé avec son système d’exploitation Windows. Warren Buffett a longtemps eu un œil sur les marchés à faible concurrence. Depuis que l’économie existe, limiter la concurrence sur un marché donné a toujours été le meilleur moyen de construire une fortune – aux dépens des autres. Restreindre la concurrence sur les marchés des matières premières en Afrique de l’Ouest, par exemple, permet de soustraire de l’argent aux producteurs africains et aux consommateurs français (et autres) pour le transférer dans la poche de nantis. Ces profits finissent bien souvent dans des lieux comme le Luxembourg.
Il est impossible de mesurer ou même d’évaluer l’ampleur du dom- mage que ces atteintes à la concurrence infligent aux marchés mondiaux ; du reste, les paradis fiscaux ne sont que l’un des rouages de la constitution d’un monopole. On peut imaginer que son impact est aussi important que celui des paradis fiscaux sur les recettes fiscales, par exemple.
À chaque fois que j’ai examiné un aspect de l’économie mondiale, les paradis fiscaux étaient là, causant des ravages dans l’existence des gens ordinaires au profit d’une oligarchie ne rendant de comptes à personne. La quantité toujours croissante de richesses et de pouvoir générée par les juridictions du secret est inconcevable.
Mon travail sur le livre m’a rendu plutôt pessimiste sur le monde, en particulier pour l’avenir de mes deux jeunes enfants. Mes recherches
378


Note : Ce chapitre est nouveau pour la traduction française. N'est pas dans l'édition anglaise de 2011.


Dernière édition par Danyves le Lun 19 Nov - 00:58 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Danyves
Groupe des Six

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2012
Messages: 8 405

MessagePosté le: Lun 19 Nov - 00:46 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

En Europe, le "sandwich hollandais" :




Google 2.4% Rate Shows How $60 Billion Lost to Tax Loopholes
By Jesse Drucker - Oct 21, 2010 12:00 PM GMT+0200


http://www.bloomberg.com/news/2010-10-21/google-2-4-rate-shows-how-60-billi…


 
 
Google Inc. cut its taxes by $3.1 billion in the last three years using a technique that moves most of its foreign profits through Ireland and the Netherlands to Bermuda.
Google’s income shifting -- involving strategies known to lawyers as the “Double Irish” and the “Dutch Sandwich” -- helped reduce its overseas tax rate to 2.4 percent, the lowest of the top five U.S. technology companies by market capitalization, according to regulatory filings in six countries.
.../...


Un commentaire :


Rob 1 month agoCollapse
As a citizen of Ireland, I agree we are a tax haven and support the need to close these tax loopholes that take from other countries. The Irish government of Fianna Fail and Fine Gael previously made these "deals" which contributed to our boom-bust economy. There is a skewed view by the current administration and business lobbyists that these tax loopholes "create jobs" as is regularly spouted in Ireland. However, they only create short-term gains that smokescreen our competitiveness problem. 
The "double Irish arrangement" tax loophole is also used by key Irish singers like Bono. The U.S Government needs to put pressure on our Enda Kenny to end these tax loopholes. Change won't happen otherwise.





    Revenir en haut
    shadok
    Administrateur

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 2 052

    MessagePosté le: Lun 19 Nov - 16:31 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

    Colonisation : c'est bien le terme !!! 


    Les termes mêmes montrent que la démocratie est morte en Europe . Les grecs peuvent licencier leur gouvernement et leurs politiques , visiblement ils ne sont plus d'aucune utilité et il y a des économies à faire !!!!


    Pour illustration : 


    La Grèce affirme être prête pour toucher les prêts UE-FMI :
    https://www.boursorama.com/actualites/la-grece-affirme-etre-prete-pour-touc…



     
    Citation:
    Le premier met en place un "mécanisme de contrôle budgétaire automatique" exigé par les créanciers, qui vise surtout les finances jusque là largement incontrôlées des collectivités locales et des grandes entreprises publiques. Il prévoit également un suivi mensuel assorti de corrections (augmentation des impôts locaux, mutations obligatoires de personnel...).
    Ce décret, que la constitution prévoit dans "des situations d'urgence", impose aussi que les recettes des privatisations soient versées "sur le compte spécial de l'Etat consacré au paiement du service de la dette".






    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Mar 20 Nov - 18:34 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

    EDITORIAUX
    IDÉES   EDITORIAUX
    Par Nicolas BarréL'invraisemblable naïveté de l'Europe


     

    Par Nicolas Barré | 20/11 | 07:00 | 4commentaires
    Le sujet est technique donc n'intéresse ni les politiques ni l'opinion. C'est un tort. Car ce qui se trame dans les coulisses du système financier est sidérant et atterrant. Tranquillement, patiemment, des techniciens de la finance et de la comptabilité, sans aucune légitimité démocratique, sont en train de mettre à bas le mode de financement de l'économie européenne. Quatre ans après la crise des « subprimes », l'Europe, nain politique mais concurrent majeur des deux autres pôles économiques du monde, les Etats-Unis et la Chine, est en train de se faire imposer des règles automutilantes censées répondre à une crise qu'elle n'a pas provoquée. 
     
     
    Exagère-t-on ? Hélas, non, au contraire, comme on peut le constater à la lecture du rapport édifiant de Michel Pébereau et de l'Institut Montaigne. Si les nouvelles règles devant encadrer l'activité des banques et des compagnies d'assurances devaient s'appliquer en l'état, elles auraient pour conséquence de réduire durablement la croissance économique, de limiter l'accès au crédit des entreprises, de raccourcir l'horizon économique du secteur financier, le rendant ainsi encore plus « court-termiste » juste au moment où l'on doit investir pour changer de modèle de croissance et, enfin, de favoriser l'essor d'un système bancaire parallèle, non régulé, non surveillé, dit « de l'ombre ». D'où cet hallucinant paradoxe : les nouvelles règles « prudentielles », décidément mal nommées, vont aboutir à accroître les risques de crise « systémique », c'est-à-dire mettant en danger le système financier dans son ensemble. Exactement ce que l'on cherche à éviter depuis quatre ans. 
     
     
    L'Europe disposait, avant la crise de 2008, d'un double avantage comparatif : une épargne extrêmement abondante et un système bancaire assurant plus des deux tiers du financement de l'économie. Quatre ans après, ces deux avantages sont menacés. Le premier par des règles qui orientent l'épargne vers le financement sans limite des Etats et la détournent des investissements en actions ; le second par l'adoption de normes qui vont rendre notre économie infiniment plus dépendante du financement par les marchés. Règne du court terme, financiarisation de l'économie : là encore, exactement le contraire du but recherché. 


     
    La crise des « subprimes » avait mis en évidence une faiblesse fondamentale du système financier américain : les banques ne conservent pas les risques qu'elles prennent dans leur bilan, elles les revendent à d'autres acteurs, diffusant le risque au-delà du radar des gendarmes. Les nouvelles règles prudentielles vont favoriser la migration de notre modèle européen vers un système de ce type. Pour quel progrès ? Au profit de qui ? Les Etats-Unis viennent de rejeter en bloc les nouvelles règles bancaires. Il est temps que nous fassions de même pour celles qui ne nous conviennent pas. Et que cesse l'invraisemblable naïveté de l'Europe dans la défense de ses intérêts. 
     

     
     
     


    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Mar 20 Nov - 18:41 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

    Search Results



    1. Rapport moral sur l'argent dans le monde - AEF | Association d ...
      www.aef.asso.fr/rubrique.jsp?prm=10 - Translate this page

      Le Rapport moral sur l'argent dans le monde, édité annuellement par l' Association d'économie financière, avec l'aide de la Caisse des Dépôts, fournit chaque ...






    2. Rapport moral sur l'argent dans le monde 2011-2012
      www.caissedesdepots.fr/.../rapport-moral-sur-large... - Translate this page

      16 févr. 2012 – L'édition 2011-2012 du rapport moral sur l'argent dans le monde a été présentée le 14 février à la Caisse des Dépôts. Publié par l'Association ...






    3. Rapport moral sur l'argent dans le monde 2010 - Caisse des Dépôts ...
      www.caissedesdepots.fr/.../rapport-moral-sur-large... - Translate this page

      16 nov. 2010 – L'édition 2010 du Rapport moral sur l'argent dans le monde, publié par l' Association d'économie financière (AEF) avec le soutien de la Caisse ...




    Revenir en haut
    Danyves
    Groupe des Six

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Oct 2012
    Messages: 8 405

    MessagePosté le: Mar 20 Nov - 18:44 (2012)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ? Répondre en citant

    Rapport moral sur l’argent dans le monde 2011-2012

    Finance16 février 2012
    L’édition 2011-2012 du rapport moral sur l’argent dans le monde a été présentée le 14 février à la Caisse des Dépôts. Publié par l’Association d’économie financière (AEF) avec le soutien de la Caisse des Dépôts, l’ouvrage aborde les thèmes de la lutte contre la criminalité et les délits financiers, et les grands enjeux de la crise financière.
    Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts, rappelle en avant-propos que la délinquance financière a pris de nombreuses formes, face à une communauté internationale qui a tardé à s’organiser et qui est aujourd’hui mobilisée par la crise financière. La criminalité financière peut contribuer au déclenchement des crises, mais aussi dévoyer le système financier lui-même. Il est donc important, dans le cadre d’une coopération internationale, de mettre en œuvre des politiques et des moyens spécifiques pour la prévenir, la réprimer, ou encore en réparer les effets.
    La lutte contre la criminalité et les délits financiers
    La première partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation de la lutte contre la délinquance financière sous cinq angles différents. Elle traite de la perception ambivalente de cette délinquance dans la vie publique, puis des conditions générales de lutte contre la criminalité et le blanchiment, à travers les témoignages des principaux acteurs chargés de cette lutte. Enfin, trois aspects de cette délinquance sont développés : la corruption, la délinquance des acteurs de la finance, et la fraude fiscale et douanière.
    Les grands enjeux de la crise financière
    Après avoir présenté un bilan de la présidence française du G20, la seconde partie du rapport développe quatre dossiers d’actualité qui soulèvent des questions éthiques : la crise de la dette souveraine, la nouvelle réglementation financière, le financement du long terme et enfin l’appel à la générosité publique et son contrôle.
    Contribution d’Augustin de Romanet
    Dans l’article Les Assises du financement de long terme, Augustin de Romanet rappelle que la Caisse des Dépôts a souhaité lancer une réflexion de Place avec les acteurs économiques et financiers intéressés par l’investissement de long terme (ILT), pour poser un diagnostic précis sur le cadre actuel de l’ILT en France et renforcer la crédibilité de la promotion de cet investissement. Il revient sur les trois principaux thèmes des Assises : l’importance des besoins de financement de long terme de l’économie française, les obstacles prudentiels et comptables à l’ILT, la fiscalité de l’ILT.
     
     
     
    Pour se procurer le Rapport 2011-2012 :


    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:58 (2016)    Sujet du message: MARCHE TRANSATLANTIQUE ou COLONISATION Européenne ?

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FINANCES : Sortir de la boîte, Penser autrement Index du Forum -> Rubrique Finance -> Les derniers Billets publiés:Retraites, Supervision bancaire, Deutsche Bank , Marchés, Compétitivité, Marché transatlantique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 712, 13, 14  >
    Page 6 sur 14

     
    Sauter vers:  

    Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
    Traduction par : phpBB-fr.com